Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 15:53
Chabaneix
 
 
palma de majorque
 
 
 
Pour A. - P. Garnier.
 
L'odeur m'est douce encore des jardins de Grenade
En leur charme lointain,
Mais rien n'est aussi beau, Palma, que sur ta rade
Une voile au matin;

Et rien ne me séduit, ville des tubéreuses,
Des jasmins et des fruits,
Autant que la langueur des femmes amoureuses
Sous le ciel de tes nuits !
 
 
 
philippe chabaneix (1898-1982). Aux sources de la nuit. (1955).
 
 
une ile sous un ciel...
 
 
 
Une île sous un ciel plein d'oiseaux d'or, une île
M'apparaît par instants au delà des brouillards
Comme le seul endroit qui serve encore d'asile
A tous les songes nés du feu de tes regards,
Une île calme et longue, une île verte et belle,
Une île d'ombre douce aux lumières des soirs,
Une île où par les nuits de silence étincelle
Ainsi qu'un diamant l'éclat de tes yeux noirs.
 
 
 
philippe chabaneix (1898-1982). Le désir et les ombres. (1938).
 
 
les saintes-maries
 
 
 
L'unique espoir semble être aux Saintes,
Là-bas, là bas, près de la mer;
Pour nos coeurs las de trop de feintes
L'unique espoir semble être aux Saintes.
Parmi les marais d'où les plaintes
Des trépassés montent l'hiver
L'unique espoir semble être aux Saintes,
Là-bas, là bas, près de la mer.
 
 
 
philippe chabaneix (1898-1982). Musiques du temps perdu. (1960).
 
 
femme
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche