Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 15:46
Louis Pize
 
 
chateaux dans la montagne
 
 
 
Tandis qu'à l’horizon dansent les croupes vertes
De la montagne offerte au soleil de juillet,
Les portes des châteaux demeurent grand ouvertes
Sur les gazons fleuris de pivoine et d'œillet.

Mais quand nous franchirons les enceintes d'ombrages
Captives des fossés où dort un pont-levis,
Saurons-nous découvrir les voix et les visages
Aux bonheurs d'autrefois par le destin ravis ?

Dans les après-midi l'accueil des châtelaines
Dont le rire enchantait le parc plein de soleil
Ne réjouira plus nos cœurs près des fontaines,
Sous les pins où le vent propage un lourd sommeil.

Rondes, colin-maillard courant sur les prairies,
Lents croquets poursuivis jusqu'à la fin du jour,
Promenades sous bois, galantes rêveries :
Un aimable enjouement préludait à l'amour.

Rentrez vos blancs moutons! Il pleut sur la montagne.
L'herbe des près frissonne et le ciel devient froid.
La bourrasque du nord, que l'averse accompagne,
Remplit tous les ravins de souffrance et d'effroi.

Sous les murs des châteaux les roses sont fanées
Avant l'automne — et dans nos souvenirs amers,
Comme un brouillard sans fin défilent les années
Qui vont nous engloutir au gouffre des hivers.

Ce soir où le vent noir, frappant les roches nues,
De l'océan des bois fait jaillir des sanglots,
Dans vos manoirs de songe, ô belles inconnues,
Reines d'anciens étés, m'obsèdent vos yeux clos.
 
 
 
louis pize (1892-1976). La Muse française (janvier 1939).
 
 
jours de clarté
 
 
 
Les beaux jardins sur la colline
L’eau dans un golfe ensevelie…
Tout Gardone chante en sourdine
La fièvre et la mélancolie.

De mainte fleur déjà fanée
S’attristent les sommets arides.
Oublions notre destinée
Sous la treuille des Hespérides

La figue ouvre sa chair dorée
La pêche aux lèvres s’abandonne
En mordant la grappe sucrée
Buvons aux sources de l’automne.

Les oliviers sont immobiles
Sous leur fardeau léger de cendre.
Vois les cyprès, en longues files,
Vers l’onde et vers l’ombre descendre.
 
 
 
louis pize (1892-1976). Le Divan. (mars 1941).
 
 
chanson de montagne
 
 
 
Pas de maisons, pas de feuillages.
Le soleil cache le ciel bleu.
La route est longue où tu voyages.
Dans le désert des prés en feu
Approche ta jument légère
Où vas-tu, cavalière ?

Le vent qui tord les herbes grêles
Monte la garde autour du col.
Son souffle agite tes dentelles.
il veut t'étendre sur le sol.
Mais tu bondis, joyeuse et fière,
Où vas-tu, cavalière ?

La ferme est loin, le vent s'irrite,
Casse les pierres en courant.
Ta jument saute bien plus vite,
Et, sur l'horizon transparent,
Monte un nuage de poussière.
Où vas-tu, cavalière ?
 
 
 
louis pize (1892-1976). Chansons de montagne. (1929).
 
 
soleil.jpg
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche