Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 09:54
Royaumes
intérieurs
 
 
 

 

LETTRES
Géographies
de la mémoire.
Philippe Le Guillou.
Gallimard.
Février 2016.
265 pages.

 

 

 
Philippe Le Guillou, né en 1959, est romancier et essayiste. Après avoir enseigné les lettres à Brest puis à Rennes, il a rejoint en 2002 l'inspection générale de l'éducation nationale. Il a récemment publié : Le Bateau Brume. (Gallimard, 2010), L'Intimité de la rivière. (Gallimard, 2011), Le Pont des anges. (Gallimard, 2012), A Argol, il n'y a pas de chateau. (P.G. de Roux, 2014), Les Années insulaires. (Gallimard, 2014), Le Pape des surprises. (Gallimard, 2015).
 
Présentation de l'éditeur.
On peut se raconter en prenant appui sur les grandes étapes d'une vie, l'enfance, l'adolescence, les années de formation, la maturité, l'âge qui vient... Le parti pris par Philippe Le Guillou dans Géographies de la mémoire est différent : on retrouve certes ces phases capitales d'une existence dont le cheminement affectif et intellectuel se place sous le signe des mots et des livres, mais c'est un parcours à travers les territoires et les lieux d'une vie qui sous-tend ce récit autobiographique. Plutôt que de centrer le regard sur lui, l'auteur l'ouvre aux espaces aimés et inspirateurs, la Bretagne, les bords de Loire, l'Irlande, Rome, Paris. Géographies de la mémoire modifie la perspective autobiographique : il s'agit de se dire à travers les paysages et les villes, dans la pudeur et les intermittences de la mémoire, il s'agit aussi de faire revivre quelques présences essentielles, figures familiales, anonymes capitaux, écrivains admirés, témoins des sutures décisives d'une existence. Passent ainsi les veilleurs ancestraux des confins du Finistère, quelques intercesseurs lus puis rencontrés - Morht, Gracq, Déon, Fernandez, Grainville -, des religieux et des artistes ; défilent surtout les paysages qui, depuis L'Inventaire du vitrail, ne cessent d'inspirer l'écrivain : la rivière du Faou, les grèves de l'Aulne, quelques sanctuaires élus, les berges de la Loire, les quais de la Seine et du Tibre, les tourbières d'Irlande et les proues basaltiques, Paris et son royaume intérieur.Géographies de la mémoire est un livre de souvenirs et de confessions, mais dans lequel la première place revient aux lieux et à ceux qui les habitent.
 
L'article de Bernard Quiriny - L'Opinion du 22 mars 2016.
Le ciel vu de la terre. Les premières pages de Géographies de la mémoire – on a envie d’écrire « la scène d’ouverture », comme pour un film – ressemblent à du poème en prose, tant elles confinent à l’abstraction. L’Homme, les hommes, y sont presque absents ; Philippe Le Guillou y parle d’un paysage, en l’occurrence sa Bretagne natale – la mer, les rivières, les rochers, la lande, les villes, la configuration des lieux, la toponymie. Très vite, on devine ce qui motive cette peinture méditative et scrupuleuse du décor breton : l’attachement affectif de l’auteur à sa terre natale, le mysticisme de l’enracinement, l’idée, assez plausible au fond, selon laquelle les hommes se définissent d’abord par les lieux où ils vivent, « les étendues et les terroirs qu’ils ont parcourus », là où s’est inscrite leur histoire.
Pourquoi, par exemple, associe-t-on toujours les grands écrivains à des lieux-fétiches, Pierre Reverdy à l’abbaye de Solesmes, Julien Gracq aux méandres de la Loire, Michel Déon à la verdure irlandaise ? C’est bien que ces lieux font partie d’eux, qu’ils imprègnent leurs livres, qu’ils résument et contiennent toute leur œuvre. Je ne cite pas ces trois auteurs au hasard : Philippe Le Guillou a beaucoup lu le premier et bien connu les deux autres, et il leur consacre ici des pages magnifiques. Plus qu’une autobiographie, Géographies de la mémoire est un essai littéraire, un livre de souvenirs, une galerie de portraits ; un objet à tiroirs multiples, en somme, organisé savamment autour des paysages et des lieux.
Atmosphère littéraire. Le lecteur peut prendre le livre par le bout qu’il veut. Les amateurs d’histoire littéraire apprécieront les passages sur Gracq, Michel Mohrt et Michel Tournier, les coulisses du milieu de l’édition (le Mercure de France, la NRF, la vieille maison Gallimard) et l’atmosphère littéraire des années 1970-1980, quand Le Guillou commence d’écrire sous l’influence de son modèle de l’époque, Patrick Grainville. Les amateurs de paysages s’intéresseront aux réflexions captivantes sur le génie des lieux, aux chapitres lyriques sur la Bretagne (Argol, Morlaix, Rennes) ou sur le vieux Paris, avant l’arrivée du béton et la destruction du centre historique sous Pompidou, sujet fétiche de l’auteur qui l’a traité dans ses Années insulaires.
Mais le mieux, évidemment, est de ne pas séparer les pièces du puzzle. On découvre alors au fil des pages une autre clef de lecture, une dimension souterraine, plus discrète et plus intime : Géographies de la mémoire est un itinéraire spirituel, le récit d’une aventure intérieure. Le Guillou y raconte comment il a oscillé au cours de sa vie entre l’indifférence religieuse, les religions personnelles (le christianisme de sa jeunesse, « celtique, primitif, lié aux éléments, rugueux, entier ») et le retour au giron du catholicisme romain. Sous ses airs de célébrer la nature et d’exalter le monde visible, ce livre parle en fait de l’invisible et de l’au-delà. Comme s’il fallait écrire un roman de la Terre, pour parler convenablement du Ciel.
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Lettres
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche