Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 11:50
.................................................................................................................................................
Hiver 2010/2011       
Rousseau
et ses héritiers       
Ecolos
.................................................................................................................................................

- En 1912, par François Renié. [lire]

Les idées et les livres

- La question allemande, par Henri de la Barre de Fréville. [lire]
L'Allemagne a cessé d'être le bon élève de l'Europe. Elle a profité de la crise financière de 2008 et du désarroi des institutions communautaires pour se faire un autre visage. Celui d'un Etat sûr de son destin et qui ne veut plus transiger sur ses intérêts. "Ou l'Europe en passe par l'Allemagne, ou il n'y aura plus d'Europe", semble nous dire Mme Merkel en pleine crise de l'euro. Le torchon brûle entre Berlin et la Commission et il brûle aussi avec Paris et Londres. La nouvelle Allemagne a-t-elle réellement les moyens de ses ambitions en Europe et dans le monde ? Ou ne cherche-t-elle pas plutôt à jouer son va-tout, au moment où son déclin démographique s'amorce ? N'est-elle pas en celà plus dangereuse pour nous ?

- Rousseau et ses héritiers, par Vincent Maire. [lire]
Avec le succès de l'écologie politique, on assiste au retour en grâce des idéologies naturistes, que le marxisme avait cru supplanter. Rousseau revient à la mode et, avec lui, une certaine vision du monde, méfiante vis-à-vis de l'histoire, de l'idée de civilisation et qui évacue rapidement la question du travail. Des philosophes et des penseurs, à droite comme à gauche, commencent à s'élever contre ce qu'ils considèrent comme une régression intellectuelle. Quelle place tient le "rousseauisme" dans la pensée des écologistes et de la fraction de la social-démocratie qu'ils influencent de plus en plus ? Comment d'autres courants de pensée - socialisme français, fédéralisme, traditionalisme - peuvent-ils servir d'antidote à cette nouvelle et envahissante doxa ?

- Nouveaux visages de la laïcité, par Antoine de Pascal. [lire]
La laïcité, qui faisait partie du magasin d'accessoires de la République, renait de ces cendres. L'extrême droite et une partie de la droite cherchent à en faire un instrument de combat contre l'islam et contre l'immigration nord-africaine. D'autres, à gauche, veulent profiter de l'islamophobie ambiante pour lancer une nouvelle croisade contre les religions, et c'est d'abord le catholicisme, qu'on cherche à atteindre. Sans compter ceux qui cherchent à importer par ce biais en France la querelle du Proche-Orient. Dérives dangereuses.

- Triomphe de Molière, par Eugène Charles. [lire]
Molière est une sorte d'énigme française. Il traverse le temps sans prendre de rides et chaque époque cherche à lui donner le beau rôle. Le XIXe siècle a fait de lui le sympathique représentant du bon sens bourgeois face aux excès de son temps. Le XXe siècle l'a peint sous les traits d'un contestataire avant la lettre. On découvre aujourd'hui qu'il était - tout comme La Fontaine - un homme de la "civilisation mondaine", à l'aise avec son époque et avec ses contemporains. La leçon de Molière est moins morale que politique. Elle cherche à préserver un certain art de vivre.

- Vaudeville chez Sherlock Holmes, un conte de Jean Giraudoux. [lire]
Jean Giraudoux ne fut pas seulement un homme de théâtre doublé d’un romancier hors pair. A partir de vingt ans, il écrit des nouvelles. Au retour d’un premier séjour en Amérique, il fait son entrée au Matin, un des gros tirages de la presse parisienne, où on lui demande de renouveler la rubrique des « contes du matin ». On y découvre un Giraudoux plein d’humour et de vie, farceur, presque potache, qui n’hésite pas à pasticher les classiques. Le conte que nous donnons ci-dessous illustre l’aplomb, voire l’effronterie avec lequel notre apprenti romancier traitait ses histoires. Il y est question de Sherlock Holmes, mais d’un Sherlock Holmes de comédie, qui est ici sa propre dupe.

- Le jardin français, poèmes de J. M. Bernard, T. Corbière, G. Fourest. [lire]

Chroniques

- Notes politiques, par Hubert de Marans. [lire]
Docteur Strauss et mister Kahn. - Malaise à la CGT. - L'Hôtel de la Marine.

- Chronique internationale, par Jacques Darence. [lire]
Sur le front de l'euro. - Censeurs et pyromanes. - Benghazi.

- La vie littéraire, par Eugène Charles. [lire]
Stendhal. - Albert Vidalie. - Jacques Réda. - Jean-Claude Pirotte.

- Idées et histoire, par François Renié. [lire]
Régis Debray, avec et sans frontières.

- Revue des revues, par Paul Gilbert. [lire]
Myopies démocratiques. - Pierre Manent. - Gide et Maurras. 

- Les livres, par Paul Gilbert, Eugène Charles, François Renié. [lire]
Mainstream (Frédéric Martel). - La nouvelle idéologie française (Béatrice Durand). - Alexandre Soljénitsyne (Lioudmila Saraskina). - La séparation des races (Charles-Ferdinand Ramuz).- Louis-Philippe (Arnaud Teyssier). - La grandeur de l'homme au siècle de Périclès (Jacqueline de Romilly). - Petite sélection stendhalienne. - Livres reçus.

 

Accès à la revue

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Sommaire Revue
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche