Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 16:46
Mistral
 
Hymne pour la Grèce
 
C'est en 1897, en pleine insurrection crétoise, que Mistral écrivit son Inne Gregau, son hymne pour la Grèce. L'oeuvre fut un succès politique immédiat. Les étudiants qui manifestaient de Paris à Marseille pour la liberté de la Grèce prirent les vers de Mistral comme étendard. Grâce au concours du poète Costis Palamas, le poème fit rapidement le tour de la presse d'Athènes et il est encore célébré aujourd'hui comme une des plus belles expressions de l'amitié franco-grecque. Nous dédions cet hymne aux foules d'Athènes, du Pirée et de Salonique qui ont redonné l'espoir aux peuples d'Europe.
 
 
inne gregau
 
A Soun Autesso Reialo
la Princesso Mario de Grèço.
 
I
 
Dins lou matin la mar se fai viouleto,
Dins lou clarun tout se rejouvenis :
Au Partenoun amount la dindouleto,
Sian au bèu tèms ! vai rebasti soun nis.
Minervo santo, abrivo ta civèco
Sus lou ratun que manjo lis escot !
Se fau mouri pèr la patrio grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
II
 
Sèmpre que mai l'oundo se fai daurado,
Sian au bèu tèms! Mai au cresten di baus
De Prometieu estrassant la courado,
Negrejo alin un grand voutour à paus.
Pèr cousseja l'aucelas que te bèco,
Enfant dis isclo, armejo toun barcot :
Se fau mouri pèr la patrio grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
III
 
Ausès crida l'antico Pitounisso :
- « Vitori pèr li felen di mié-diéu ! »
Dou mount Ida fin-qu'au ribas de Niço
Lis oulivié boumbisson renadiéu,
Fusiéu en man, zou! escalen la brèco,
De Salamino esbrudissènt l'eco :
Se fau mouri pèr la patria grèco,
Rampau de Dieu! se mor jamai qu'un cop.
 
IV
 
Alestissès vosti raubeto blanco
Pèr espousa li novi de retour;
Anas coupa, nouvieto, à la calanco,
Lou verd laussié pèr vosti redemtour !
Davans l'Europo agrouvassado e nèco,
Beguent, jouvènt, la glori à plen de got :
Se fau mouri pèr la patria grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
V
 
Co que s'es vist pou mai se vèire, fraire !
E, s'au trelus d'aquéli roucas rous
Divinamen l'ome a pouscu retraire
De touti si pantai lou mai courous,
L'amo crestiano aqui restarié mèco !
E gibarian sus noste rasigot ?
Se fau mouri pèr la patria grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
VI
 
De Maratoun seguènt lou bèu courrèire,
Se cabussan, auren fa ço que fau !
E, mescladis au sang de noste rèire
Leounidas, noste sang triounfau
Enrouitara lou courau di pastèco
E lou rasin que pènjo au paligot :
Se fau mouri pèr la patria grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
      1897.
 
 
 
hymne pour la grèce
 
A son Altesse Royale
la Princesse Marie de Grèce.
 
I
 
Dans le matin la mer se fait violette, - dans la lumière tout se rajeunit : - c'est le beau temps ! l'hirondelle là-haut - au Parthénon va rebâtir son nid. - Minerve sainte, lance ton hibou - sur les rongeurs du pampre de nos vignes ! - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
II
 
De plus en plus l'onde se fait dorée, - c'est le beau temps ! mais aux crêtes des monts, - de Prométhée déchirant les entrailles, - un grand vautour au loin est immobile. - Pour chasser le rapace noir qui te becquète, - enfant des îles, équipe ton esquif : - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
III
 
Entendez-la crier, l'antique Pythonisse: - « Victoire aux petits-fils des demi-dieux ! » - Du mont Ida aux rivages de Nice - les oliviers revivent éternels. - Fusil en main, sus ! gravissons la brèche, - de Salamine réveillant les échos : - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
IV
 
Et préparez vos belles robes blanches - pour épouser vos fiancés au retour - allez coupez, fiancées, dans la ravine, - le laurier vert, pour eux, vos rédempteurs ! - Devant l'Europe accroupie et confuse, - buvons la gloire, jeunes gens, à plein verre : - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
V
 
Ce qui s'est vu peut se revoir, ô frères ! - et si, dans la splendeur de ces falaises rousses, - l'homme divinement a pu réaliser - le plus brillant de tous ses rêves, - l'âme chrétienne là resterait muette ! - Et nous sécherions là sur un tronçon de souche ? - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
VI
 
De Marathon suivant le beau coureur, - si nous tombons, nous aurons fait notre devoir ! - Et, mélangé au sang de notre ancêtre - Léonidas, notre sang triomphal - empourprera le corail des pastèques - et le raisin qui pend à l'échalas : - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
      1897.
 
frédéric mistral (1830-1914). Les Olivades. (1914).
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche