Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 15:42
 
 
dimanche soir
 
 
 
Un crépuscule tiède, lumineux et rose
tombe sur cette fin de dimanche parisien;
c'est un des premiers jours de mars. A peine on ose
croire à tant de douceur sous un ciel si câlin.

Et cependant on va, soudain léger et souple,
roi d'un pays féerique qu'on ne soupçonnait pas.
Rien ne nous meurtrit plus, ni la laideur des couples
ni le piétinement des pieds bêtes et las.

La joie de ne rien dire et d'être solitaire,
l'art aisé de la vie, tout s'éclaircit à voir
que le vrai et le seul bonheur qui soit sur terre
est de respirer l'air de ce paisible soir.

— Des bonnes passent à deux, chapeaux verts, confidences,
et mon cœur dur incline aux pires indulgences. —

Les cafés sont remplis de gens à l'air heureux
qui se disent des choses qu'ils estiment profondes;
les manilleurs échangent des mots connus entre eux...

Et ce soir simple et doux des premiers temps du monde !
 
 
 
guy-charles cros (1879-1956). Les Fêtes quotidiennes. (1912).
 
 
chant de septembre
 
 
 
Quel oiseau prisonnier dans la nuit d'équinoxe
regrette en soupirant les souffles de l’été ?
Quelle tremblante voix monte du cœur des phlox
et des géraniums qui bordent les allées ?

Cette plainte qui parle et s'enfle et se déchaîne
est-ce le cri perdu d'un arbre à mort frappé;
est-ce l'appel, là-bas, d'un dieu chargé de chaînes
et qui rugit en vain son grand désir ruiné ?

Ah ! ce n'est que le vent qui s'étire et qui rôde,
l’âpre vent voyageur qui n'a pas de patrie;
il se souvient d'avoir passé sur les mers chaudes
et de s'être couché sur les villes d'Asie.

Il se souvient des soirs où sous la lune ronde
il s'endormait, bercé aux cimes des forêts,
jusqu'à l'heure où l'aurore épanouie et blonde
posait les doigts sur son front nu et l'éveillait.

Et le vent, vagabond de la nuit automnale,
va tout droit son chemin à travers les espaces;
mais rien n'apaisera son implacable mal,
sa nostalgie brutale et cruelle et rapace.

Il arrache, en passant, les feuilles à poignées,
il courbe les rameaux qu'il dénude et les tord,
et pousse, en poursuivant ses courses effrénées,
son cri rauque et plaintif, chant de guerre et de mort.
 
 
 
guy-charles cros (1879-1956). Les Fêtes quotidiennes. (1912).
 
 
août s'achève
 
 
 
Les vertes feuilles, jaunies un peu, sur le ciel pur
bougent frileusement comme au temps de l'automne.
Qu'il a pâli, déjà, ce large et bel azur !
A l'orée de l'été son lapis nous étonne.

Il nous dit aujourd'hui que la douce saison
est fragile et blessée, que son bonheur la quitte,
qu'il est temps pour l'hiver de parer la maison
où tout amour humain se réchauffe et s'abrite.

Il dit encor ce pâle azur taché d'argent
que puisque cet été, tel un jour clair, s'achève
il te faut, faisant trêve aux soucis moins urgents
rappeler sous ton toit tes désirs et tes rêves.
 
 
 
guy-charles cros (1879-1956). Mercure de France. (novembre 1926).
 
 

 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche