Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 11:44
Henri Bouvelet
 
 
première sortie
 
 
 
Au long du toit rustique où décline la tuile
Le soleil qui s’étend et glisse en nappe d’huile
S’arrête sur le bord un instant, et soudain,
De son poids ruisselant tombe sur le jardin
Dont la pelouse fraîche est une île étalée
Qu’enserre étroitement le fleuve de l’allée.
Le jour coule à flots lents au fil du sable doux
Pour la première fois je n’ai plus mal du tout ;
J’ai pu comme une enfant qui met sa robe blanche
Reprendre pour sortir mon âme du dimanche,
Et pour habituer mes pas convalescents,
Ayant pris du chemin le côté qui descend,
Je marche sans effort sur la brise qui m’aide
En me poussant le dos du plat de ses mains tièdes.
 
 
 
henri bouvelet (1890-1912). Revue "Shéhérazade". (septembre 1910).
 
 
la volière
 
 
 
Dans les mille maillons d’un flexible roseau,
Le vent rude qui jette un filet sur la plaine
Capture nos bonheurs comme on prend les oiseaux,
Et sur son large dos les charge et les emmène ;

Nos orgueils et nos yeux, aigles ou passereaux,
L’averse les retient dans sa volière pleine
Que l’orage fabrique avec ses tringles d’eau
Où vient se mutiler l’effort des ailes vaines.

Aux regrets pérégrins des plumes et des becs.
Le songe offre un perchoir et l’art un biscuit sec
Où chacun à son gré s’irrite ou se balance,

Tandis qu’au bord d’une auge où croupit le silence
Un merle avec ardeur des cultes puérils
S’égosille à crier le retour de l’avril.
 
 
 
henri bouvelet (1890-1912). Revue "Schéhérazade". (mars 1910).
 
 
vocations
 
 
 
Les chambres de couvent ressemblent à mes nuits :
Leur veilleuse est la sœur de mon inquiétude,
Et de tous les côtés ma jeunesse qui fuit
Est blanchie à la chaux sévère de l’étude.

Je consacre à mon dieu que blesse une croix rude
Un rameau de laurier plus amer que le buis ;
Et c’est loin de mes yeux que le matin dénude
Avec mes doigts ardents la forme d’aujourd’hui ;

Je ne suis point captif puisque j’ai pour frontière
Le rectangle permis d’un petit cimetière
Où je creuse dans l’ombre un trou pour mon cercueil ;

Même je me complais à ce jeu qui me hausse
Depuis l’instant subtil où j’ai trouvé l’orgueil
D’être deux fois plus grand sur le bord de ma fosse.
 
 
 
henri bouvelet (1890-1912). Le Royaume de la terre. (1910).
 
 

 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche