Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 14:43
 
 
la sologne aux étangs
 
 
 
De ces châteaux au front sévère, au grave accueil,
Le Chêne-Rond, la Loge aux Cerfs, la Fauconnière,
Le gentilhomme-loup, terré dans sa tanière,
Ne sort que pour courir le lièvre ou le chevreuil.

Là, vit un monde un peu lointain, presque fossile.
Là, tenant son esprit raide comme le corps,
Dans des abois de chiens, des fanfares de cors,
Une race hautaine avec morgue s'exile.

Des hobereaux distants, nourris de préjugés,
Sont les chefs désuets de très vieilles familles
Où s'ossifie un lent convoi de saintes filles
Qui ne quittent jamais des parents très âgés.

Et dans leur vie atone, immuablement blanche,
Où l'amour n'a passé qu'à travers des romans,
Les visites seraient les seuls événements,
Si Monsieur le Curé ne dînait le dimanche.
 
 
 
andré foulon de vaulx (1873-1951). Le Vent dans la nuit (1920).
 
 
paysages de normandie
 
 
 
Des chemins creux bordés de hêtres et d'ormeaux,
Entre deux hauts talus où quelque chèvre broute,
S'engagent sur le blanc poussiéreux de la route
Et cernent de fraîcheur la grâce des hameaux.

Ce ne sont que sentiers que le feuillage encombre,
Petits prés habités par des pommiers en fleurs,
Murailles de fourrés pleines d'oiseaux siffleurs,
Corridors de verdure où règne la pénombre.

C'est Manneville ; c'est Ectot ; c'est Saint-Léger ;
Et, proprette, disant une vie humble et vraie,
La moindre des maisons, qu'environne une haie,
Mêle à l'air embaumé l'odeur de son verger.

Et, le long d'un couloir que la broussaille emmure,
Dans les taillis, surgit parfois, inopiné,
Le museau gauche et vif d'un poulain étonné
Qui s'exerce les dents à ronger la ramure.
 
 
 
andré foulon de vaulx (1873-1951). L'Allée du silence. (1904).
 
 
matin d'automne
 
 
 
Septembre aux pieds cornus et coiffé de raisins
Secoue au grand soleil sa chevelure jaune ;
Et glorieux, vêtu de pampres, tel qu'un faune,
Il danse un pas furtif à l'entour des bassins.

Dans l'eau de plomb qui dort d'un lourd sommeil, il mire
Son visage pensif et sa fauve toison ;
Son rêve a la langueur de l'arrière-saison,
Et sa tristesse est d'or autant que son sourire.

Les feuillages sont roux, du manteau qu'il revêt.
Il étend son ampleur sur l'herbe calcinée.
Dans le calme engourdi de cette matinée
Son souffle imperceptible est doux comme un duvet.

Sa sérénité molle avec faste allongée
D'un geste solennel s'étire noblement ;
Et l'Heure, sous le bleu voilé du firmament,
Dispose en réseaux lents sa tiédeur orangée.

Sous les bois, des rayons d'ambre et de nacre ont lui,
Où le vol d'un insecte ivre d'air se balance.
Tout le parc est grisé d'un inerte silence :
Versailles se complaît dans un auguste ennui.

Et dans le cœur aussi que l'amour abandonne
La sève se dessèche et s'en va peu à peu.
Les baisers qu'on échange ont comme un goût d'adieu :
Et ce n'est pas l'hiver, mais c'est déjà l'automne !
 
 
 
andré foulon de vaulx (1873-1951). L'Allée du silence. (1904).
 
 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche