Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 11:04
Charles-Ferdinand Ramuz
 
 
pour marcher au pas
 
 
 
Gauche, droite, gauche, on est vignerons,
on taille, on sulfate, on sarcle, on rebiolle,
on a des tonneaux, on a des canons,
on est des tout beaux, on est des tout bons,
on est des tout bons quand l’année est bonne,
on est vignerons.

Gauche, droite, gauche, on est paysans,
on a des tridents, des râteaux, des herses,
tout le long du jour, on est dans les champs ;
l’homme va derrière, les bêtes devant,
mais à l’occasion l’ordre se renverse ;
On est paysans.

Gauche, droite, gauche, c’est nous les vachers,
ceux d’en haut les monts, d’entre les nuages,
de parmi la neige, de près des rochers ;
on est descendus, ayant tout lâché,
on a dit aux femmes : « Faites le fromage »,
c’est nous les vachers.

Gauche, droite, gauche, on est maréchaux,
tout gronde chez nous et ronfle et ressaute ;
tant mieux, qu’on se dit, on sait ce qu’on vaut,
on battra le fer pendant qu’il est chaud,
on est faits au feu d’avance, nous autres,
on est maréchaux.

Et, les menuisiers, on est là parmi,
on est tous venus, nous qu’on fait les chaises ;
on fait les berceaux, les cercueils aussi ;
on en refera, mais pour l’ennemi,
on les fera grands qu’il y soit à l’aise,
on a nos outils.
 
 
 
charles-ferdinand ramuz (1878-1947). Chansons. (1914).
 
 
chanson des vaudois
 
 
 
Il nous fallait des fusils :
vite, on a été les prendre ;
l’ouvrier sans son outil
Ferait mieux d’aller se pendre.

On nous a dit : « La frontière,
ça n’est pas assez marqué,
faites-y un mur de pierre,
cimenté, recimenté.

« Faites-y une muraille,
où il n’y ait pas de trou... »
Dites-m’en une qui vaille
celle de ceux de chez nous.

Cent mille hommes, deux cent mille,
trois cent mille, s’il le faut,
un joli mur de poitrines :
des poitrines, pas de dos.

Blanc ? présent, Belet ? de même,
et Belet qui touche Blanc,
ça vous a fermé la plaine,
du levant jusqu’au couchant.

Et, derrière, la montagne,
mais y en a-t-il besoin ?
Après Belet vient Chavannes
et plus loin vient Parmelin.

Et tous se sentent les coudes,
et, quand le cœur bat à un,
chez très tous le cœur leur bouge,
ayant mille cœurs chacun.

Alouette, monte vite
voir si l’ennemi viendrait ;
nous, on a bourré nos pipes,
c’est vous dire qu’on est prêts.

Et on écrira à celles
qui restent à la maison ;
Faites-vous seulement belles
pour le retour des garçons.

Pleurer, ça fait les yeux rouges,
les garçons seraient déçus ;
gardez-nous des joues bien douces,
qu’on mette un baiser dessus.

Qu’on vous trouve toutes prêtes
et sentant bon le savon ;
et on fera une fête
qui tiendra tout le canton.
 
 
 
charles-ferdinand ramuz (1878-1947). Chansons. (1914).
 
 
le jour de nos noces
 
 
 
Le jour de notre noce, j'y pense tout le temps,
il fera un soleil comme on n'a jamais vu;
il fera bon aller en char
à cause du vent frais qui vous souffle au visage,
quand la bonne jument va trottant sur la route
et qu'on claque du fouet pour qu'elle aille plus fort.
On lui donnera de l'avoine,
en veux-tu, en voilà ;
on l'étrillera bien qu'elle ait l'air d'un cheval
comme ceux de la ville ;
et trotte ! et tu auras ton voile qui s'envole,
Et tu souriras au travers
parce qu'il aura l'air
de faire signe aux arbres,
comme quand on agite un mouchoir au départ
On se regardera, on dira: « On s'en va,
on commence le grand voyage;
heureusement qu'il n'y a pas
des océans à traverser. »
Et quand nous serons arrivés,
la cloche sonnera, la porte s'ouvrira,
l'orgue se mettra à jouer ;
tu diras oui, je dirai oui ;
et nos voix trembleront un peu
et hésiteront à cause du monde
et parce qu'on n'aime à se dire ces choses
que tout doucement à l'oreille.
 
 
 
charles-ferdinand ramuz (1878-1947). Le Petit Village. (1903).
 
 

 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche