Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 11:28
René Kerdyk
 
 
green
 
 
 
L'orgue éclate dans la rue
Du village d'Otterton.
La machine tonitrue
Fausse au moins d'un double ton.

Ce n'est pas l'humble détresse
De nos petits orgues bas.
C'est une ardente allégresse
Qui tourbillonne et s'ébat.

Tzing, tzing ! Vive la musique !
Ça vous saisit à la peau.
Tantôt l'hymne britannique
Qui soulève les chapeaux,

Tantôt le song de la veille,
Succès de Gertie Millar
Et les groupes s'émerveillent
De cet orchestre braillard

Qui, sur la rose des dalles
Du village d'Otterton
Bâtit une succursale
Au paradis de Milton.
 
 
 
rené kerdyk (1885-1945). Mercure de France. (août 1913).
 
 
ariette de guerre
 
 
 
Je songe à vous, rayons chargés
De mes fins livres reliés,
0 chers bouquins qui consoliez
Mes longs nocturnes affligés,

A vous les files principales
Des classiques de bonne marque,
La robe mauve d’Andromaque
Et les pâle Provinciales,

Et toi, multiple intermezzo;
Tout tiède encore de mes mains,
Livres jaunes, Régnier, Samain,
Et notre Verlaine si haut,

Si haut dans la chaleur des lampes,
Parmi les roses balancées,
Et les caresses tôt passées,
Et les distants gestes d'estampes…

Et je songe à disposer pour
Vous, Despax, Hourcade, Drouet,
Et nos moindres frères tués
Un coin choisi de tendre amour

Où peut-être un soir une femme
Mettra, avec des doigts qui tremblent,
Ces vers, afin qu'on dorme ensemble
Très doucement, serrant nos âmes.
 
 
 
rené kerdyk (1885-1945). Mercure de France. (mars 1917).
 
 
intime
 
 
 
Les lettres sur le bureau
Semblent exhaler des plaintes
Et la courte horloge peinte
Fait des poids comme un vieux beau.

L'inutile plume d'oie
Et le bloc de pâle azur
Dévotement dorment sur
L'album de Ma Mère l'Oye.

Sous les verres les images
Disent des enfantillages
Et les parents dans leurs cadres
Sont bien sages pour leur âge.

Le buvard aux bavardages
Rose comme un écolier
Attend l'heure de lier
Sa bouche aux lèvres des phrases

Tandis qu’au loin mes pigeons
Roucoulent des gargarismes
Et font un Henri Matisse
Avec l'ombre du balcon...
 
 
 
rené kerdyk (1885-1945). Nouvelle Revue française (septembre 1921).
 
 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche