Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 10:35
Le souvenir de Racine


  C'est un 21 Avril, par une belle journée comme celle d'aujourd'hui, que s'est éteint Jean Racine, emporté dans la plénitude de sa gloire. Racine, notre Racine, à qui la Revue critique rendra d'ici peu l'hommage qui lui est dû. Racine, à qui nous dédions sans attendre les deux petits extraits qui suivent, en reconnaissance à l'illustre auteur de Bérénice.

Le premier rapproche Racine et Stendhal. A propos des remarquables "réflexions sur le roman" qu'Albert Thibaudet publiait au début du siècle dernier dans la Nouvelle Revue Française, la Revue Critique des Idées et des Livres du 10 septembre 1912 apportait, sous la plume d'Eugène Marsan, un précieux témoignage au culte de nos deux maîtres. Marsan cite ainsi cette phrase de Thibaudet :

 

Il est aussi dangereux d'imiter Stendhal que d'imiter Racine, parce que tous deux sont, à des points de vue bien différents, un paradoxe de limpidité et de simplicité, parce que l'imitateur voudra rajouter à leurs dedans des dehors, les compléter, les enrichir, faire mieux et tout sera gâté!

 

Et Marsan de la commenter comme suit :

 

Le parallèle de Stendhal et de Racine, ou plus exactement la réunion de leurs deux cultes, pourrait bien, en résumant nos admirations, résumer les tendances de la nouvelle époque. Ce sera demain le mot de passe de toute une famille d'esprits.

 

Et ce mot de passe reste bien évidemment le nôtre. Quant à l'autre extrait,  publié  par Pierre Gilbert dans la Revue critique du 10 janvier 1911, c'est un hymne à la création et à la liberté de l'esprit, contre tout déterminisme :

 

Toute théorie fondée sur la notion de race, tout fatalisme historique ou ethnique aboutit ainsi à retrancher l'intelligence du corps des facultés humaines. (...) Or, l'intelligence de Racine fut étincelante et souveraine. Il faut lire ses préfaces et ses oeuvres de critique pour en apprécier le degré d'affinement. Portée jusqu'à ces cimes, l'intelligence semble un miracle ou quelque émouvant  défi. Racine était, par la loi même de son être, par son intelligence, élu pour disputer aux démons inférieurs de la terre et du sang l'empire des destinées. Et si ses pieds trempèrent dans le limon natal, son beau front rayonnait dans l'éther, trône des Idées et des dieux. 

Eugene Charles.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche