Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 20:58
Les socialistes ont-ils besoin de savants ?

Notre chronique politique de la semaine dernière, consacrée à la campagne européenne du PS, ("La chute de la Maison Delors", RCIL du 26 Mai 2009) a suscité de nombreux commentaires, échanges et reprises, au-delà même du cercle encore modeste de nos lecteurs réguliers. C'est sans doute que les mésaventures des socialistes intriguent, que bon nombre de nos compatriotes s'interrogent sur cette capacité du PS à échouer sur toute la ligne, alors qu'il devrait se sentir pousser des ailes. Jamais, depuis les débuts de la Ve République, le chef de l'Etat n'aura été aussi décrié, honni, moqué; jamais sans doute le pouvoir en place n'aura été aussi falot, inconsistant, nul, incompétent; jamais les extrêmes - qu'il s'agisse de la droite ou de la gauche - n'auront été aussi faibles, divisés, privés de toute crédibilité. Et pourtant rien ne réussit à Mme Aubry et à ses  équipes. Rien, au point que l'on se demandera dans quelques semaines pourquoi elle est encore là.

En réalité, si les Français sont aujourd'hui aussi sévères avec les socialistes, c'est qu'ils les trouvent tristes, sans audace et sans idées. Prenez le temps de lire le programme du PS pour le prochain scrutin européen, l'ennui y transpire à chaque ligne, tout y est morne, terne, sans vigueur et sans goût. Quant aux idées, nos amis de la rue de Solférino en sont à ce point privés, qu'ils tressaillent, s'épouvantent et s'enfuient à la moindre thèse nouvelle qui sort un tant soit peu de leur champ de vision habituel.

En témoigne l'aventure qui vient d'arriver à l'économiste Jacques Sapir. Sollicité pour donner un entretien à la gazette interne du PS, il développe son argumentaire bien connu sur les délocalisations, les méfaits de l'ultralibéralisme et l'impuissance  des institutions européennes à répondre à la crise. Lorsqu'il finit par émettre l'idée - somme toute assez juste - que l'Europe sociale relève du pur fantasme, c'est "panique à bord" chez "l'interviouveuse" socialiste. Celle-ci finit d'ailleurs par lui préciser qu'elle ne  passera pas l'entretien, pour cause d'incompatibilité avec la ligne du PS, et qu'elle n'était d'ailleurs point là pour faire de l'information mais de la communication. On ne pouvait mieux résumer ce que l'équipe de Mme Aubry entend par débats d'idées!

Hubert de Marans.

 

NB. Pour un récit détaillé de ce grand moment de liberté de la presse ou, plus simplement, pour prendre connaissance de l'oeuvre de Jacques Sapir, nos lecteurs se reporteront avec profit au blog de Bertrand Renouvin, ainsi qu'à la dernière livraison de l'excellent bimensuel Royaliste [1] (n°949, 1er Juin 2009).
 
[1]. Royaliste, bimensuel - 17, rue des Petis-Champs 75001 Paris - www.narinfo.fr.st

 

Partager cet article

Repost 0
la revue critique des idées et des livres - dans Politique
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche