Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 19:11
Mary
 
 
rondeau des fontaines
 
 
 
Verdine, Ondine et Bordine aux yeux verts.
ronsard.  
 
Jonquine, Ondine, Antrine, Verdeline,
Au matinet, quand sifflent rubeline,
Tarin, linotte, un souffle zéphirin
Apporte aux prés harmonie angéline,
Jusque à tant qu’à l’orière décline
L’ombre du bois ou menace le grain.

Alors se tait l’échôle et le clarain :
Dorment les bœufs ; c’est midi souverain,
Le bain sacré de Diane Ourceline ;
Près de la source où git sa javeline,
On n’entend plus rubeline et tarin.
Jonquine, Ondine, Antrine, Verdeline.

Sous les rainceaux guigne l’œil satyrin
A basse vêpre un corps alabâtrin.
Le ciel s’éclaire au loin d’une chaline.
Enfin la nuit a refermé l’écrin,
Mais plus souef que flûte et tambourin,
Je r’ois chanter le long de la colline
Jonquine, Ondine, Antrine, Verdeline.
 
 
 
andré mary (1879-1962). Poèmes inédits (Le Divan, 1941).
 
 
rondeau des petits enfants
prisonniers de l'hiver
 
 
 
En ces mois noirs, errant par sentes et chalées,
Nous ressentons aux mains chauboulures, onglées,
Et tout autour de nos oreilles les pinçons
De la brise aigre, encependant que nous paissons
De faînes et calots et prunelles gelées.

Ou bien, le soir, devant les flammes enroulées,
Sur sellettes de bois sommes petits garçons,
Frileux, encoquillés si comme limaçons,
En ces mois noirs.

Quand orrons-nous subler fauvettes et quinsons ?
Las ! ne reverrons-nous le temps des béniçons
Ou bien tant seulement le lundi des roulées,
Le vert bois, la prairie aux rives glaïolées ?
Enfantelets petits, c'est à quoi nous pensons
En ces mois noirs.
 
 
 
andré mary (1879-1962). Les Rondeaux (1924).
 
 
rondeau des bedons
 
 
 
Toujours assis, les pieds sous le bâton
De chaise, au cou la touaille de coton,
Ne leur chaut prou Montfaucon ni Vatable :
Leur ventrelot s'arrondit sous la table
Dont le rebord caresse leur menton.
Or de pinter, or d'engouler, glouton,
Râble de lièvre, éclanche de mouton,
Puis vont ronflant comme porcs en l'étable,
Toujours assis.

A l'heure dite ils iront chez Pluton
De l'eau du Styx attremper leur picton,
Ensevelis en nappe délitable,
Car ils ont fait testament véritable,
Pour être mis au tombeau, ce dit-on,
Toujours assis.
 
 
 
andré mary (1879-1962). Poèmes inédits (La Muse française, 1938).
 
 
fontaine 2
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche