Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 12:00
Montalembert                           
et l'Europe de son temps                      

de Marguerite Castillon du Perron
Mis en ligne : [12-07-2010]
Domaine : Histoire
Montalembert.gif

 

 
Historienne réputée, Marguerite Castillon du Perron est l'auteur de plusieurs biographies qui font référence, parmi lesquelles La princesse Mathilde (Perrin, 1963), Louis-Philippe et la Révolution française (Pygmalion, 1997), Charles de Foucauld (Grasset, 1982).


Marguerite Castillon du Perron, Montalembert et l'Europe de son temps. Paris, François-Xavier de Guibert, octobre 2009, 366 pages.


Présentation de l'éditeur.
Journaliste, homme politique, historien, voyageur et pèlerin, grand seigneur et gentilhomme campagnard, voire même économiste rural et sylviculteur, mais toujours et d'abord chevaleresque apôtre de Dieu et de la liberté, Montalembert a connu en France et en Europe une gloire dont on a peine aujourd'hui à mesurer l'importance. Par ses relations, ses familiers, ses engagements, il se trouve au coeur de tous les grands débats politiques, intellectuels et spirituels du XIXe siècle dans ce qu'ils ont de plus moderne et de plus éclairant encore pour nous aujourd'hui. Doué d'une intelligence et d'une volonté peu communes associées à une prodigieuse capacité de travail, exaltant à fréquenter, irritant à plus d'un égard mais en définitive d'une désarmante sincérité, Montalembert n'aura cessé d'appeler à la controverse, à la fureur ou aux applaudissements. Exhumant des milliers de pièces d'archives, Marguerite Castillon du Perron nous révèle la complexité d'un homme de combats et de fidélités, qui fut l'un des plus lucides observateurs de la société de son temps et un voyageur infatigable. Ce sont ainsi cinquante années capitales de l'histoire de l'Europe qui nous sont brillamment restituées et rendues vivantes.

Recension de Francine de Martinoir. - Etudes, juin 2010.
Cette biographie magistrale restitue la figure de Charles de Montalembert (1810-1870), aristocrate, grand voyageur, écrivain, homme politique, né la même année qu’Alfred de Musset dont il partageait la mélancolie d’« Enfant du siècle », mais tourné, lui, vers l’action et l’avenir. L’Avenir est d’ailleurs le nom du journal qu’il lance en 1830 avec Lamennais et Lacordaire. Les débats philosophiques, religieux, politiques dans lesquels il fut engagé sont encore les nôtres. Les enjeux de ses luttes sont liés à la complexité des familles spirituelles de son époque, déchirées entre la tradition légitimiste et l’attrait de la démocratie, entre le gallicanisme hérité des ancêtres et le désir de restaurer l’autorité papale, entre le culte de la liberté et la peur des violences révolutionnaires, et ils nous semblent étrangement actuels. Ses interrogations sur les rapports entre la foi et le monde, sur la liberté d’expression, la liberté de l’enseignement qui, selon lui, ne devait pas être inféodé au pouvoir politique, sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, sur la place à donner à la démocratie, sur la déchristianisation de la France sont encore celles du christianisme d’aujourd’hui. Sa mère était anglaise, son épouse, belge : Montalembert fut un Européen visionnaire. Et de plus, avec Armand de Melun et Frédéric Ozanam, il fut un des penseurs de ce catholicisme social, souvent méconnu, occulté, peut-être parce qu’il était moins fondé sur des analyses économiques que sur une exigence éthique et qui, dans la situation présente, retrouve force et signification.

Partager cet article

Repost 0
la revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche