Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 11:30
La séparation des races           
 
de Charles-Ferdinand Ramuz
Mis en ligne : [10-01-2011]
Domaine : Lettres 
RAMUZ--Charles-Ferdinand--La-separation-des-races.gif

 

Charles-Ferdinand Ramuz (1878-1947). Publications récentes  : Chant de notre Rhône (Les Amis de Ramuz, 2005),   Le gros poisson du lac. (Éd. Séquences, 2005), Vendanges. (Ed. Séquences, 2005), Romans. (Gallimard-La Pléiade, 2005), Présence de la mort. (Ed. de l'Aire, 2009) .

  


Charles-Ferdinand Ramuz, La séparation des races, Paris, Gallimard, avril 2010, 212 pages.


Présentation de l'éditeur.
" Il y a ces pâturages qui sont sous le col à deux mille cinq cents mètres, et c'est seulement vers la fin de l'été qu'ils y montent, à cause que leur vie va de bas en haut comme l'oeil fait. Tout là-haut, au milieu de la dernière pente d'herbe, on voyait le chalet ; ils étaient devant le chalet, assis par terre, parce qu'il n'y avait même pas de banc, se tenant adossés au mur de pierres sèches, en face et au-dessus du vide. Vu de cette hauteur, le fleuve, au fond de la vallée, n'était plus qu'un bout de fil gris apparaissant à travers une brume bleue, comme si ce n'eût pas été de l'air, mais de l'eau, dans laquelle on aurait mis fondre du savon, qui remplissait cet immense bassin de fontaine ; ils se tenaient là sans parler, parce qu'on se sent tellement petits, c'est tellement trop grand pour nous. "

 
Recension d'Alexandre Fillon, Lire - juillet-août 2010

De l'autre côté de la montagne.  Avec Charles-Ferdinand Ramuz, l'oeuvre est toute affaire d'écriture. "J'étreindrai la langue et, la terrassant, lui ferai rendre gorge et jusqu'à son dernier secret, et jusqu'à ses richesses profondes, afin qu'elle me découvre son intérieur et qu'elle m'obéisse et me suive rampante, par la crainte, et parce que l'ai connue et intimement fouillée", notait l'écrivain vaudois en 1904.  Ce qui frappe lorsqu'on attaque La séparation des races, c'est la présence du paysage. Des carrés d'ardoise, des forêts de sapins et des pâturages. Beaucoup de couleurs et peu de bruits, hormis celui du vent. Les bergers locaux forcent sur le muscat qu'ils boivent dans des gobelets de bois. Firmin en a peut-être trop abusé, lui qui évoque "ceux de l'autre côté de la chaîne, ceux de là-bas, ceux d'au-delà du col, du côté au nord". Car l'on "n'aime pas ce qu'on ne connaît pas", on se "méfie de ce qu'on a jamais vu".  Dans son discours, il y a également cette fille "rudement belle" qui parle une autre langue. Elle est grande, avec des cheveux "comme de la paille de seigle, comme du bois de châtaignier neuf... comme de l'herbe sèche...". Une fille qu'il se sent prêt à ramener chez lui par tous les moyens. Afin de la récupérer, son fiancé Hans enverra Mathias dont c'est le métier "d'aller", avec sa barbiche, son cornet et son tricorne. "C'est un roman qui ne peut valoir quelque chose que par le ton", affirmait Ramuz à propos de La séparation des races. Le sien reste unique.  

  

Partager cet article

Repost 0
la revue critique des idées et des livres - dans Notes Lettres
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche