Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 23:00
La nouvelle                               
idéologie française           
 
de Béatrice Durand
Mis en ligne : [17-01-2011]
Domaine :  Idées  
DURAND--Beatrice--La-nouvelle-ideologie-francaise.gif

 

Ancienne élève à l’École normale supérieure, Béatrice Durand vit à Berlin depuis vingt ans. Elle enseigne au Lycée français et à la Freie Universität. Elle a une double culture qui la place idéalement pour évaluer notre républicanisme et le comparer à ce qui se fait outre-Rhin. Elle est notamment l’auteur de Cousins par alliance. Les Allemands en notre miroir (Autrement, 2002).  


Béatrice Durand, La nouvelle idéologie française. Paris, Stock, septembre 2010, 228 pages.


Présentation de l'éditeur.
Depuis les années 1980, au moment où les projets marxistes et révolutionnaires quittaient la scène, une nouvelle idéologie typiquement française s’est installée dans le paysage : le républicanisme. Tout le monde s’est mis à se réclamer de la république et de ses valeurs ; aucun mot n’est mieux porté, à droite comme à gauche. Le « modèle républicain » serait maintenant le modèle français. L’identification à la République est devenue l’épine dorsale de notre identité. Ce républicanisme recouvre, en vrac, notre conception de l’État de droit, la manière dont nous comprenons la laïcité et la séparation de l’Église et de l’État, notre conception de l’école méritocratique, etc. Et aussi la manière dont nous réglons les revendications particularistes, depuis le régionalisme jusqu’aux fameuses affaires du voile islamique et, maintenant, de la burqa. Un regard sur ce qui se passe chez nos voisins européens nous aiderait à comprendre qu’on peut conjuguer d’autres façons les idéaux qui sont les nôtres et leur mise en application. Non seulement la République n’est pas l’apanage de la France, mais son principe devrait permettre d’articuler les identités particulières et la vie commune en laissant à l’individu un maximum de liberté dans le choix et l’expression de ses convictions. Ne serait-ce que dans la manière de gérer les revendications identitaires. Ne serait-ce aussi que dans la manière d’aborder la question de la religion et de son articulation au politique. Il faut revisiter notre conception de la République, en espérant qu’on pourra ainsi la rendre moins arrogante, moins franchouillarde, en espérant aussi que notre actuel républicanisme cessera d’être un autoritarisme contraire aux principes d’une société démocratique.


Recension de Paul Valadier. Etudes, décembre 2010.
Ces pages agaceront. Surtout du côté des républicains intransigeants, s’ils ne s’avisent pas que l’auteur tient seulement à balayer du regard un « pano­rama des lieux communs de l’idéologie républicaine » dans ses récentes évolu­tions. S’en prenant à la « doxa républi­caine » ou encore au « républicanisme franchouillard », elle ne fait certes pas toujours dans la dentelle. Mais tous ont intérêt à entendre les critiques acérées, la plupart du temps justes et perti­nentes, adressées à ce qu’elle appelle une « idéologie » ; elle vise en particulier les adversaires d’une reconnaissance de différences de la part de l’Etat, caricatu­rée sous le nom de « communitarisme ». L’idéologie en cause est celle qui néglige d’admettre l’importance du culturel pour cimenter une société et asseoir un Etat respecté. Celle qui éradique les diversités au profit d’une idée de Nation devenue désuète. Et de fait, quoi qu’on dise, la République française n’aime guère ce qui va apparemment contre l’unité, pas plus les religions qu’elle res­pecte dans la mesure où elles se bornent au privé et se taisent, que les langues régionales. La défense des différences, en ce qui concerne voiles et burqas ou langues, aurait pu être plus nuancée, ou plus lucidement abordée la difficile pré­sence de l’islam dans l’espace public de ce pays. Mais ce discours rarement entendu ne doit pas être identifié à un anti-républicanisme de principe, ce dont Béatrice Durand se défend à juste titre. Les références à l’Allemagne, où vit l’auteur, sont aussi tout à fait éclairantes.

Partager cet article

Repost 0
la revue critique des idées et des livres - dans Notes Idées
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche