Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 13:01
Vent du sud
 
Un vent de révolte se lèverait-t-il enfin sur l’Europe ?  Le 14 novembre prochain, dans les trois pays européens les plus durement touchés par la crise, un grand mouvement de grève générale se dessine. Les salariés grecs, espagnols et portugais descendront dans la rue le même jour pour protester contre les politiques d'austérité et de récession qui saignent leurs pays à blanc. Signe des temps, la Confédération européenne des syndicats (CES), qui se situe pourtant d'ordinaire sur une ligne très réformiste, a décidé d’appuyer le mouvement en décrétant une journée d’action européenne ce même 14 novembre. Rien d’étonnant à tout cela. On sentait depuis plusieurs semaines la colère monter dans les rues des grandes capitales européennes. Le 15 septembre, en Espagne et au Portugal, une journée commune de protestation, rassemblant des masses impressionnantes, a rapidement tourné à l’émeute. Le 9 octobre, 30 000 personnes ont manifesté à Athènes contre la venue de Mme Merkel, en débordant là encore la police. Au cri de « Dehors, le IVe Reich », des salariés très en colère pendaient l’effigie de M. Schaüble, l’ennemi des Grecs, le chien enragé de la CDU allemande. Le 21 octobre, à Londres et à Rome, des centaines de milliers de manifestants défilaient derrière les banderoles des syndicats en conspuant allègrement MM. Cameron et Monti, Mme Merkel et les gouvernements aux mains des banques. Le 12 novembre, deux jours avant la grève générale, ce sera au tour de la jeunesse portugaise de protester contre la venue à Lisbonne de la chancelière allemande. Elle sera, nous dit-on, bien reçue !
Il faut se féliciter de la tournure politique que prennent les évènements. Pour des millions de salariés européens, l'heure n'est plus à la protestation ni à l'indignation, elle est à l'action. Les manifestants de Madrid, de Rome ou d’Athènes n'hésitent plus à pointer du doigt les coupables, les responsables, ceux qui, au niveau de chacun des pays ou à l’échelle de l’Europe toute entière, organisent la récession, ouvrent les vannes du chômage, fragilisent les droits sociaux au nom du libéralisme, de la compétitivité et du sauvetage de l’euro. Leur colère a désormais un visage, des visages : celui de Mme Merkel, ceux des hobereaux arrogants du gouvernement allemand, ceux de MM. Draghi, Barroso, Juncker, Van Rompuy ou Monti, tous les exécutants zélés des mauvaises médecines décidées à Bruxelles, à Francfort et au FMI, par les amis des banques et des marchés. D’où l’inquiétude d’une partie des dirigeants politiques face à ce qui commence à ressembler à une lame de fond. Et en premier lieu des sociaux-démocrates. On comprend mieux pourquoi le parti socialiste portugais, par la voix de son secrétaire général M. Seguro, vient de prendre ses distances avec le gouvernement libéral de Lisbonne et sa ligne « austéritaire ». On comprend mieux pourquoi, à Rome, les socialistes et les démocrates de gauche s’apprêtent à lâcher M. Monti, après avoir été son meilleur soutien. On s'explique mieux pourquoi en Espagne et en Grande Bretagne, l’opposition de gauche donne subitement de la voix. Les citoyens et les électeurs, que l’on cherche à l’évidence à récupérer, seront-ils dupes de ces volte-face ? Rien n’est moins sûr. Quand à ceux qui pensent que l’Europe irait mieux si elle était entièrement de gauche, ils ont perdu, eux aussi, beaucoup crédibilité. Ce n’est pas un hasard si M. Mélenchon ne fait plus recette à Paris et si M. Tsipras, le chef de la gauche radicale grecque, s’est fait sifflé en défilant dans les rues d’Athènes bras dessus, bras dessous avec les responsables allemands de Die Linke ! La stratégie du Front de gauche européen a, elle aussi, fait long feu. 
Si la France n’est pas encore entrée dans le mouvement, c'est que M. Hollande a bénéficié jusqu'à la rentrée de septembre d'un certain état de grâce. On voulait croire qu’il tiendrait ses engagements et qu’il saurait tenir tête à Mme Merkel. Cet "effet Hollande" est maintenant terminé: le passage en force du traité européen, les reculades de M. Montebourg, la farce du « choc de compétitivité », l’alignement du gouvernement sur les discours du patronat viennent de faire tomber les masques. En moins d'un mois, l'exécutif a vu sa cote de popularité s'effondrer chez les ouvriers et les employés. De là à ce que cette désaffectation embraye sur un mouvement social de grande ampleur, il y a encore de la marge. Les syndicats avancent, depuis des mois, en ordre dispersé. Ils sont très divisés sur la stratégie à suivre, entre ceux qui, il y a quelques semaines encore, faisaient confiance au gouvernement et ceux qui, dès le départ, savaient à quoi s'en tenir. La succession de M. Thibault à la tête de la CGT et celle de M. Chérèque à la CFDT ont beaucoup occupé les esprits. En parallèle, les centrales se sont laissées entrainer par le gouvernement dans une négociation sur la réforme du marché du travail dont ils découvrent seulement aujourd'hui qu'elle ne débouchera sur rien. La CGT et FO semblent enfin décidés à sortir de ce piège et à reprendre une attitude plus offensive. Mais il leur faudra du temps pour convaincre les autres confédérations de quitter la table des négociations et de relancer la dynamique intersyndicale, mise en sommeil après l'échec du conflit sur les retraites.
Tout dépendra également de la combativité des salariés français. Celle-ci ne fait aucun doute lorsqu'on examine avec attention ce qui se passe sur le terrain social. A Florange, chez Fralib, chez Petroplus, chez Goodyear, dans tous les conflits qui ont marqué la fin de l’ère Sarkozy, la mobilisation des employés, des syndicats, des élus locaux est totale. Il en est de même chez Sanofi, chez PSA, chez Electrolux, chez Doux ou chez Alcatel, et dans tous ces sites touchés par des  plans sociaux, dont la liste s'allonge de jour en jour. Les coups d’esbrouffe de M. Montebourg ont choqué beaucoup de monde. Son dialogue ambigü avec les dirigeants d’ArcelorMittal et de de PSA, son incapacité à mettre en place les mesures promises pour lutter contre les licenciements boursiers ont achèvé de décrédibiliser l'exécutif. Mais cela n'a entamé en rien la détermination de ceux qui se battent à sauvegarder leur emploi et leur outil de travail. A ceux là, à tous ceux là, les prochains défilés d’Athènes, de Lisbonne et de Madrid devraient donner des ailes.

Henri Valois.
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Société
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche