Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 22:00
Partage de midi                        

 

                  
     



partage-de-midi.jpg


La Comédie Français donne une vingtaine de représentations exceptionnelles de Partage de Midi de Paul Claude, du 11 septembre au 3 octobre au Théâtre Marigny. Avec les mêmes acteurs et dans la même mise en scène que la production présenté au printemps dernier à la salle Richelieu, qui connut un immense succès. L'interprétation en est parfaite; Marina Hands (Ysé) et Eric Ruf (Mesa) sont prodigieux de force et de sensibilité. Après les dernières répliques, l'émotion étreint à un tel point la salle, qu'un long silence se fait avant les applaudissements. Un des plus beaux spectacles de la saison à Paris. Courez, il reste quelques places.

 

Jacques du Fresnois.

 

La critique d'Armelle Héliot, Le Figaro du  11 septembre 2009.
Le retour d'Ysé, la sulfureuse de Claudel. Ysé est une légende. L'un des grands rôles que toute comédienne rêve un jour d'incarner, à l''égal de Phèdre ou de Bérénice. Ysé est un mythe, car son nom étrange et beau scintille, tel celui de la Prouhèze du Soulier de satin comme une étoile dans le ciel profond des amours exaltées. Ysé est splendide, car, de toutes les héroïnes de Claudel, elle est sans doute la plus sensuelle, la plus intrépide, la plus sulfureuse aussi. C'est qu'elle appartient à sa vie. Alors qu'il compose Partage de Midi, il écrit à son ami Francis Jammes : "... Je fais un drame qui n'est autre que l'histoire un peu arrangée de mon aventure. Il faut que je l'écrive, j'en suis possédé depuis des années". Le sentiment de la "possession"  au sens diabolique revient sans cesse sous sa plume. C'est un peu le vocabulaire d'Ysé... La première version de la pièce est achevée en 1905. C'est cette version qui est jouée au Marigny,  là même où fut crée en 1948 celle dite "pour la scène". Jean-Louis Barrault avait convaincu l'écrivain  de laisser représenter son oeuvre et, aussi torturé qu'il fut par l'apparition d'Ysé sur scène,  il fut bouleversé, fasciné par la grâce impérieuse d'Edwige Feuillère, qui était entouré de Barrault lui-même, Mesa "le petit curé", Jacques Dacqmine, De Ciz, l'époux, Pierre Brasseur, Amalric, l'aventurier.  Une femme, le mari, ses amants. Plus de soixante ans après cet évènement mémorable, sous les beaux lambris du théâtre, c'est la production qu'avait représenté la Comédie française en avril 2007, qui est reprise. Il a fallu à Olivier Giel, homme essentiel de la Maison de Molière, beaucoup d'énergie pour que cette renaissance soit possible. Car, entre-temps, Marina Hands avait quitté la troupe et c'est Pierre Lescure qui l'engage et permet ce retour bouleversant. La mise en scène d'Yves Beaunesne s'inscrit dans un beau décor de Damien Caille-Perret, pont du navire et espace métaphysique, avec des changements à vue, du cimetière de Hong-Kong à la maison assiégée d'un port du sud de la Chine. Les comédiens réunis sont époustouflants, intelligence à fleur de peau, emportement ou renoncement à fleur de voix. Christian Gonon est De Ciz, Hervé Pierre, Amalric, Eric Ruf, Mesa. Et Marina Hands est donc Ysé, que joua en 1975, à la Comédie française, sa mère, la sublime et déchirante Ludmilla Michaël... C'était dans une mise en scène d'Antoine Vitez. Marina Hands le dit et on la croit: elle n'aurait pas pu oser jouer Ysé si elle avait vu ce spectacle... C'est que quelque chose de très intime palpite entre le "personnage" et ses interprètes. Edwige Feuillère, donc Ludmilla Michaël, mais aussi Marie-Christine Barrault dans une mise en scène de Jacques Rosner, Nicole Garcia avec Brigitte Jacques, Hélène Lausseur avec Alain Ollivier. On n'oublie jamais ces Ysé. On oublie jamais Ysé parce qu'elle vient de la vraie vie. Transfigurée, elle est celle que Claudel nommait Rose et qui s'appelait Rosalie Vetch. Il l'avait rencontrée en 1901 sur l'Ernest-Simmons. Trente ans, splendide, quatre enfants. "C'est elle", avait-dit Claudel en voyant Feuillère. Lui, Claudel, il avait plus que Mesa : le don du poétique. Il est comme Ysé, il aime le feu.



Paul Claudel, Partage de Midi. - Mise en scène de Yves Beaunesne. Avec Marina Hands (Ysé), Eric Ruf (Mesa), Christian Gonon (De Ciz), Hervé Pierre (Amalric). - Théâtre Marigny, Paris 8e (Métro Champs Elysées-Clémenceau). - Jusqu'au 3 octobre 2009.

Partager cet article

Repost 0
Jacques du Fresnois - dans Arts
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche