Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 09:53
La grande ivresse
                                                                                                                                      
Par les nuits d’été bleues où chantent les cigales,
Dieu verse sur la France une coupe d'étoiles.
Le vent porte à ma lèvre un goût du ciel d'été !
Je veux boire à l'espace fraichement argenté.

L'air du soir est pour moi le bord de la coupe froide
Où, les yeux mi-fermés et la bouche goulue,
Je bois, comme le jus pressé d'une grenade,
La fraîcheur étoilée qui se répand des nues.

Couché sur un gazon dont l'herbe est encor chaude
De s'être prélassée sous l'haleine du jour,
Oh ! que je viderais, ce soir, avec amour,
La coupe immense et bleue où le firmament rôde !

Suis-je Bacchus ou Pan ? je m'enivre d'espace,
Et j’apaise ma fièvre à la fraîcheur des nuits.
La bouche ouverte au ciel où grelottent les astres,
Que le ciel coule en moi ! que je me fonde en lui!

Enivrés par l'espace et les cieux étoilés,
Byron et Lamartine, Hugo, Shelley sont morts.
L'espace est toujours là; il coule illimité;
A peine ivre il m'emporte, et j'avais soif encore !

 

MATISSE (Henri)-copie-2 

 
Paul Fort. (1872-1960), Ballades françaises. (1897-1960)
 

Partager cet article

Repost 0
la revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche