Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 23:00
 
 
les deux styles
 
 
 
Devant le parc anglais, plein d'ombre romantique,
Qui, même aux plus beaux jours, porte un deuil automnal,
Je ferai dessiner, ainsi qu'au temps royal,
Un parterre français, orné d'un marbre antique.

Tout le jour, aux détours du parc mélancolique,
J'errerrai, promeneur sombre et sentimental;
Et je serai, le soir, si lassé de mon mal
Que la Mort tentera mon âme chimérique.

Mais alors, retirant mes pas au jardin clos,
J'apaiserai mon sein, tout chargé de sanglots,
Près du dieu grec, devant la charmille française.

En sorte que mon coeur, épris d'un double amour,
Aura, sans nul dommage, accueilli tour à tour,
La raison la plus fière et le plus beau malaise.
 
 
 
Gustave Valmont (1881-1914). L'Aile de l'amour (1911).
 
 
je voudrais...
 
 
 
Je voudrais, comme se précise
La forme des monts au grand jour,
Voir s'éclairer votre âme exquise
Aux larges flammes de l'amour.

Je saurais alors le mystère
Que cache votre corps tremblant,
Et je saurais ce que veut taire
Votre cœur timide et dolent.

Mais pourrais-je, réelle amante,
Vous aimer plus profondément
Que je n'aime l'ombre charmante
Que je berce si doucement ?

Pour que votre baiser m'enlève
Toute peine et toute rancœur,
Il vous faudrait combler un rêve
Que ne conçoit pas votre cœur...

Aimons notre imparfait délice !
Et s'il faut quand même souffrir,
Savourons jusqu'à ce supplice
De trembler au bord du désir...
 
 
 
Gustave Valmont (1881-1914). L'Aile de l'amour (1911).
 
 
le piege
 
 
 
Vous choisîtes, un peu soucieuse, une allée
Qui dormait près d'une eau de branchages voilée...
Attentif et rêveur, je marchais près de vous,
Mesurant mon pas grave à votre pas si doux...
Derrière nous, avec des plaintes saisissantes,
L'Été vieilli pleurait ses grâces finissantes.
Un cygne au bord des eaux naviguait mollement.
Et parfois je croyais sentir, frisson charmant,
Un autre cygne blanc me frôler au passage
Quand le vent me poussait vos voiles au visage.
 
 
 
Gustave Valmont (1881-1914). L'Aile de l'amour (1911).
 
 
colombe-copie-1.jpg
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche