Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 22:59
Faut-il sortir de l'euro ?
 
de Jacques Sapir
Mis en ligne : [25-06-2012]
Domaine : Idées 
SAPIR.gif
 
Jacques Sapir, né en 1954, est économiste. Directeur d'études à l'EHESS, il dirige depuis 1996 le Centre d'études des modes d'industrialisation (CEMI). Spécialiste des questions stratégiques, de la mondialisation et de l'économie russe, il fait partie de la phalange des penseurs hétérodoxes qui a fait voler en éclat la pensée libérale et européiste. Il a récemment publié : La Démondialisation (Seuil, 2011), La Transition russe, vingt ans après (Edition des Syrtes, 2012). 
 

Jacques Sapir, Faut-il sortir de l'euro ? Paris, Seuil, janvier 2012, 204 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Les gouvernements et la Banque Centrale Européenne ont été aveugles à la crise de la zone Euro qui s'annonçait et qui est devenue inévitable à partir de septembre 2009. Mis devant le fait accompli, ils ont cherché des solutions financières à courte vue qui s'avèrent n'être que de pathétiques tentatives pour gagner du temps et qui ont en fait aggravé la crise. Aujourd'hui, la question est posée de savoir que faire de la zone Euro. Faut-il en modifier profondément les règles, faut-il faire évoluer l'Euro d'une monnaie unique vers une monnaie commune, ou faut-il tout simplement sortir de l'Euro ? Ces questions ne sont plus théoriques mais d'ores et déjà posées. Le débat sur l'euro sera nécessairement au cœur de la campagne des élections présidentielles de 2012, d'autant que celle-ci va se dérouler sur fonde de crise aggravée dans la zone euro. Ce court ouvrage éclaire ce débat capital. Il rappelle les problèmes fondamentaux posés par la monnaie unique et fait l'analyse critique des diverses positions politiques françaises sur l'Euro. Il dessine enfin un programme d'action concret pour le cas où la France devrait se résoudre à sortir de l'euro.
 
Le point de vue de La Revue Critique. Jacques Sapir nous livre à nouveau un puissant argumentaire contre la monnaie unique et contre les doctrines absurdes qui ont présidé à sa naissance. Il analyse longuement la genèse de l'euro, ses dérives, les raisons profondes - économiques et surtout politiques - de son échec. Désiré par les ultra libéraux pour accélérer le basculement de l'Europe dans la mondialisation, l'avénément de l'euro n'a servi in fine que les intérêts économiques d'une Allemagne obsédée par l'inflation et par son volume d'exportation. Le Royaume Uni, bien avisé, s'est rapidement retiré de cette aventure. La France et les pays d'Europe du Sud découvrent aujourd'hui bien tardivement et à leurs dépens les conséquences du monstre qu'ils ont contribué à créer. Pour Jacques Sapir, la crise actuelle ne peut avoir que deux issues : soit la disparition de l'euro qui emporterait sans doute avec elle l'ensemble de l'édifice européen, soit un retour organisé aux souverainetés monétaires, l'euro évoluant vers une forme de monnaie commune. On peut se demander s'il n'existe pas une autre hypothèse : celle d'un recentrage de la monnaie unique sur une zone euromark dominée par Berlin, dans laquelle nos dirigeants risquent par aveuglement de précipiter la France. Les dernières évolutions de la machine européenne semblent donner une certaine réalité à ce dernier scénario. F.R.   
     
Recension de Michel Dévoluy. - Politique étrangère, janvier 2012.
Faut-il sortir de l'euro. L’euro est en crise, faut-il sortir de l’euro ? La réponse de Jacques Sapir est oui, car il existe une vraie alternative. Pour l’auteur, l’euro est mal parti et il est vain de vouloir redresser la barre par des aménagements circonstanciels ou des incantations. La démarche est courageuse et provocante. L’auteur analyse et démontre, mais il assène aussi des avis pas toujours suffisamment différenciés. Le ton, le style et le fond oscillent entre propos académiques et polémiques. Du coup, J. Sapir produit un livre stimulant, documenté, instructif et parfois irritant. À l’évidence, il le sait et l’assume. L’ouvrage est construit en trois temps. D’abord, une présentation critique des origines et des enjeux de la monnaie unique. Puis un exposé des défauts de l’architecture institutionnelle de l’union monétaire et des limites des politiques nationales soumises à la présence de l’euro. Enfin, la démonstration que l’Europe et le monde peuvent, somme toute, se passer de l’euro. L’issue proposée est la mise en place de ce qu’il nomme une « monnaie commune » qui permettrait aux États-nations de retrouver leurs marges de manœuvre. Sur le fond, J. Sapir s’appuie sur les théories des zones monétaires optimales pour rappeler que la zone euro ne remplit pas toutes les conditions requises pour légitimer la création d’une monnaie unique. C’était vrai dès l’origine et cela reste d’une actualité brûlante. La crise qui frappe depuis fin 2007 n’a fait qu’exacerber et rendre plus lisible cette réalité. La grille de lecture théorique utilisée ici est appropriée puisqu’elle éclaire et explique les dysfonctionnements de la zone euro. À ce propos, certains jugements abrupts sur les travaux de Robert Mundell sont quelque peu déconcertants lorsqu’on sait que cet économiste est justement à l’origine de toutes ces analyses. J. Sapir accentue sa vision pessimiste de l’euro en dénonçant également les approches « essentialistes » de la monnaie, selon lesquelles la seule présence de l’euro conduirait à la création endogène d’une zone monétaire optimale. Pour l’auteur, l’explosion des dettes souveraines révèle les faiblesses structurelles de la zone euro et pointe les méfaits du néolibéralisme. Les causes profondes de la crise sont l’hétérogénéité des économies nationales, l’austérité budgétaire installée comme norme, la politique de la Banque centrale européenne (BCE) arc-boutée sur le dogme de la stabilité des prix et la déconstruction des systèmes de protection sociale. D’ailleurs, ce sont les populations les moins protégées qui sont les premières victimes. La Grèce est ici exemplaire. Mais ce n’est pas tout : pour J. Sapir, la crise de la zone euro proviendrait également du comportement de l’Allemagne. La défiance envers cet État parcourt tout le livre. L’Allemagne voulait l’euro pour installer sa suprématie économique. Elle a imposé sa vision monétaire pour sédimenter ses avantages en termes de compétitivité-prix et pour drainer des fonds qui financeront les retraites d’une population vieillissante. Elle n’a jamais voulu de mécanismes de transfert entre les États membres. Le jugement est sans appel, même si l’auteur rappelle plusieurs fois qu’il n’a rien à voir avec une défiance vis-à-vis de ce pays. Ce point de vue offre une lecture un peu grossière du processus d’intégration monétaire européen. Au total, J. Sapir prend dans cet ouvrage le contre-pied du récit d’une Europe vertueuse cherchant le chemin de l’union politique, notamment grâce à l’euro. Il dénonce la mise en place d’un « fédéralisme furtif» qui dépolitise l’Europe et désenchante les Européens. Il propose donc un retour à l’Europe des Nations en remplaçant l’euro par une monnaie dite « commune », c’est-à-dire, pour lui, un système de taux de change fixes et ajustables entre monnaies nationales. Il propose également un contrôle des capitaux. L’auteur fait ici le pari que la fin de l’euro permettrait un nouveau mode de coordination souple, seule méthode raisonnable lorsque les États ne sont pas assez homogènes. Cette solution admet implicitement que la dynamique de la construction européenne peut être réversible et qu’un nouveau départ fondé sur les États-nations est possible et souhaitable : la voie est périlleuse.
 
Autres articles recommandés : Pascal Beaucher "Euro : condamné depuis toujours", Royaliste du 30 avril 2012. - "Entretien avec Jacques Sapir", Politique Magazine, avril 2012. 

 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Idées
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche