Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 19:42
Silence d'Etat
 

La nomination de M. Proglio comme PDG d'EDF suit son petit bonhomme de chemin, dans un  silence quasi assourdissant. Alors que les manigances de l'Elysée sont sur la place publique depuis plus d'un mois, il a fallu attendre le 5 novembre, date d'intronisation de Proglio comme  administrateur d'EDF pour que les premières questions gênantes lui soient posées. Ni par la presse, ni par le monde politique, encore moins par la Justice, mais par de petits porteurs d'EDF inquiets des risques de conflit d'intérêts que cette désignation comportait. "Vous serez informé en temps voulu", leur aurait jeté celui qui est encore président de Véolia et qui entend bien le rester. Cette belle réponse, suffisante et maladroite à souhait, a fini par provoquer quelques bulles dans le microcosme médiatique. Les premières.

Côté politique, les réactions sont plus qu'embarrassées. Mme Lagarde, dont le choix, dit-on, ne s'était pas spontanément porté sur Proglio, déclare vouloir juger sur pièces, sans nous dire sur quelles pièces se forgera son jugement. Bayrou a donné de la voix, mais elle porte décidément trop peu. Quant à Martine Aubry, elle s'est fendue mercredi d'un communiqué minimaliste qui ne fait référence qu'aux problèmes de cumul de rémunération. Comme s'il n'y avait que ça ! Comme si les menaces de privatisation ou de dépeçage qui pèsent sur un des fleurons de notre industrie, les risques de voir notre indépendance énergétique hypothéquée par des manoeuvres de cours de bourse, valaient moins chers que quelques jetons de présence ! Décidément, le moralisme stupide, qui a dénaturé l'affaire de l'Epad, continue à faire des ravages. Mme Aubry et ses amis demandent à corps et à cri des commissions d'enquête parlementaires sur quelques sondages de l'Elysée, ni pire ni meilleurs que ceux que commanditait Mitterrand, mais lorsqu'il s'agit de l'avenir du pays et de ses services publics, plus personne.

Les prises de position des organisations syndicales sont à peine plus brillantes. Bernard Thibault, assure n'être pour rien dans le choix de M. Proglio. Mais on sait que ce dernier est passé maître dans l'art d'amadouer la CGT. Celle ci jouera en réalité, comme elle l'a toujours fait à EDF, la carte de la cogestion avec le pouvoir. Et dans ce jeu de rôle, elle préfère mille fois le profil affairiste et roublard de M. Proglio plutôt que celui de l'intègre Gadonneix. Mêmes sons de cloche à la CFDT et à FO. Seul SUD Energie fait entendre une voix discordante et dénonce la collusion entre le gouvernement et les marchands d'eau qui entrent à EDF, après s'être payé GDF. Dommage, là encore, que ceux qui voient juste pèsent aussi peu !

La désignation de M. Proglio comme PDG d'EDF devrait intervenir début décembre, ce qui laisse un temps tout à fait suffisant pour ameuter l'opinion et inquiéter le pouvoir. Mais la gauche française a-t-elle encore envie de se battre sur autre chose que des faux semblants ?

Hubert de Marans.


Partager cet article

Repost 0
Hubert de Marans - dans Politique
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche