Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 19:42
Proglios et Antiglios
 

Le pouvoir pensait s'en tirer à bon compte avec l'affaire Proglio. A la fin de l'année dernière, les stratèges de l'Elysée pouvaient espérer, qu'en dehors de quelques escarmouches, tout finisse par rentrer dans l'ombre. Mais c'était compter sans les maladresses et l'ego démesuré du nouveau président d'EDF et sans la malice de ses adversaires. La bombe a fini par exploser et ses dommages collatéraux sont considérables. La presse et les médias tiennent leur scandale d'Etat et, malgré les protestations d'amitié de M. Sarkozy, ils ne lâcheront plus d'une semelle l'ex dirigeant de Veolia. Nous, qui avons été parmi les premiers à flairer les relents nauséabonds de ce dossier, nous serons les derniers à nous en plaindre.

Et ce d'autant que l'agitation médiatique prend un tour qui nous convient assez bien. Contrairement au dossier de l'EPAD, où la presse était restée à la surface des choses, l'affaire Proglio ne se résume plus désormais à des questions de rémunérations et de morale. Elle met progressivement à jour la réalité des milieux économiques qui gravitent autour du pouvoir, les hommes, les méthodes, les réseaux mais aussi les intérêts qui sont derrière. De quoi le sarkozysme est-il le prête-nom ? pour parodier le titre d'un récent et excellent essai d'Alain Badiou. Les développements de l'affaire vont assurément nous permettre d'y voir plus clair. Il est intéressant à cet égard d'observer comment évoluent les positions des différents protagonistes du dossier. Car Proglios et Antiglios s'affrontent désormais à visage découvert. Ou presque!

Commençons par le pouvoir. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la belle unanimité qui s'était constituée autour de la nomination de M. Proglio à la tête d'EDF en novembre dernier n'existe plus. Il y a désormais deux camps nettement séparés. Les Proglios fanatisés, constitués autour du clan Sarkozy, n'ont désavoué le président d'EDF qu'à la dernière extrémité et du bout des lèvres. Pour eux, selon l'expression de leur porte-voix Frédéric Lefebvre, M. Proglio ayant renoncé à sa double rémunération, "l'affaire est close". Pas question de lui imposer de calendrier de départ de Veolia, confirme le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, "ce départ est une décision à caractère stratégique et non politique" qui relève des seuls dirigeants de l'entreprise privée. Pour ce groupe, les choses sont claires : il faut tenir, faire le dos rond, attendre que l'orage médiatique passe et reprendre au plus vite le fil de la stratégie, à savoir le rapprochement EDF-Veolia.

A leur côté, mais désormais à bonne distance, se tient le cercle des Proglios modérés, voire franchement tièdes. Il s'est considérablement élargi. Madame Lagarde y est en bonne place, avec son collègue du budget, Eric Woerth. On sait que ces deux là ont très vite pris conscience, via Bercy, du danger de la situation; ils ont été les premiers à pointer les risques de conflit d'intérêt et à convaincre le Premier ministre de garder ses distances avec le montage élyséen. Ce sont eux qui ont poussé M. Fillon à reprendre le contrôle du dossier nucléaire, après le conflit ouvert entre EDF et AREVA du début de l'hiver, et à mettre discrètement sous surveillance les agissements de M. Proglio et de son groupe. Ils n'ont, en revanche, aucun projet industriel de rechange, et leur seule doctrine est celle de la régulation du marché de l'électricité, qui met le service public de l'énergie sous coupe réglée de Bruxelles et des multinationales du secteur de l'énergie. Bien mauvaise réponse à un mauvais projet!

De l'autre côté de l'échiquier politique, se masse logiquement la troupe des Antiglios. Mais là encore, et on peut le regretter, les positions sont plus que diverses. M. Bayrou a pris très vite position contre la nomination du président de Veolia à la tête d'EDF, en distinguant parfaitement les aspects superficiels de cette affaire - les questions de rémunération - et les sujets de fond, liés à l'avenir du service public et de la filière nucléaire. On doit mettre à l'actif du président du Modem de mener une guerre sans merci et très structurée contre l'affairisme sarkozyen, qu'il s'agisse des agissements de M. Tapie, des idées de M. Minc, de l'affaire de l'EPAD et aujourd'hui du dossier Proglio. M. Bayrou a raison de penser que tout cela se tient, qu'il y a là une même stratégie de colonisation du pouvoir et de l'appareil économique par la coterie du Fouquet's. Dommage que cette voix ne porte pas plus fort et que l'ensemble de la gauche ne l'accompagne pas davantage.

C'est le contraire que l'on constate : le Parti Socialiste a été très longtemps le grand absent de ce dossier. A peine une petite phrase de condamnation de Mme Aubry lors de la prise de fonction de M. Proglio, et encore du bout des lèvres. Devant la vigueur du buzz médiatique, le PS se réveille mais tout juste. Sa condamnation est essentiellement morale, aucune analyse de fond ni sur les risques de privatisation rampante d'EDF, ni sur l'avenir de la filière énergie. Il est vrai que la gauche de gouvernement n'est pas à l'aise avec la question nucléaire et que son alliance avec les verts n'est pas de nature à clarifier ses positions. Il est également vrai que M. Proglio n'est pas un perdreau de l'année, que son irruption dans le cercle dirigeant de Veolia ne date ni du règne de M. Sarkozy, ni de M. Chirac. L'homme a vendu ses services à beaucoup de monde, à droite comme à gauche; il fait partie de ces figures de la République, homme d'influence et de réseaux, que l'on ne bouscule pas comme cela. Gageons, qu'à quelques voix libres près,  le PS ne se démènera pas beaucoup sur ce dossier.

Restent les syndicats. Mais peut-on vraiment les assimiler au camp des Antiglios ? Pour la CGT, rien n'est moins sûr. La centrale de Montreuil, majoritaire à EDF, a visiblement pris son parti de la nomination de M. Proglio. Elle préfère sans aucun doute ce patron, roublard, pragmatique, prêt à jouer la carte d'une certaine cogestion, à ses prédécesseurs énarques, entichés des directives bruxelloises. M. Proglio a d'ailleurs pris dès son arrivée la posture du défenseur du service public contre la dérégulation voulue par l'Europe. Il peut aussi se prévaloir de ses bonnes relations avec les syndicats de Veolia qui n'hésitent pas à dénoncer "le lynchage médiatique" de leur ancien patron. On peut également penser que la CGT a reçu des assurances de l'Elysée, avec qui elle entretient des relations suivies depuis l'arrivée de M. Sarkozy. Quant aux autres centrales, si le ton du discours est davantage à la dénonciation, la volonté d'agir reste faible ou nulle. En tout état de cause, c'est maintenant la réforme des retraites qui va les mobiliser à plein temps. 

Paradoxalement, les oppositions les plus résolues pourraient venir des actionnaires de Veolia. Dans le monde feutré des sociétés fermières, on a peu de goût pour les agitations et les grands déballages médiatiques. On s'est d'abord désolé des déboires de M. Proglio; désormais ils indisposent. Quant à sa stratégie de rapprochement avec EDF, elle est jugée brouillonne, peu convaincante et financièrement peu crédible. Vue de l'esprit, folie des grandeurs, commence t'on à dire du côté des administrateurs. Lorsque le chef de l'Etat déclare que M. Proglio est "en transition" entre Veolia et EDF, on a envie de prendre ces propos au pied de la lettre. On suggère  une période de transition aussi courte que possible. On pointe même un conseil d'administration  fin mai où le sort de l'ancien dirigeant pourrait être définitivement scellé.

Le président d'EDF ne l'entend naturellement pas de cette oreille. Il a continué toute cette semaine à communiquer sur son projet. Il fait valoir qu'il a gardé "une présence chez Veolia pour des raisons qui tiennent à une grande ambition de synergies d'objectifs industriels, et pas seulement affectives" et qu'EDF et l'industrie de l'environnement disposent ensemble "d'un énorme potentiel de développement, de création de valeur, notamment à l'international". Il poursuit parallèlement la refonte de l'état major du groupe d'électricité, où l'arrivée de plusieurs ex poids lourds de Veolia est maintenant confirmée, parmi lesquels Thomas Picquemal, ex grand argentier du groupe privé, qui occuperait les mêmes fonctions chez EDF.

Ces renforts seront-t-ils suffisants pour sauver M. Proglio et son projet ? Tout dépend au final du soutien du chef de l'Etat. On dit ce dernier très affecté par la campagne médiatique qui vient de se produire et qui l'a placé une nouvelle fois en porte à faux avec l'opinion sur des questions de pouvoir et d'argent. Si l'Etat devait imposer au président d'EDF de se retirer plus vite que prévu de Veolia, il n'est pas exclu que celui ci en tire les conséquences en démissionnant. Ce serait la fin d'un mauvais projet pour la France et la confirmation que le sarkozysme est bien entré dans sa phase de déclin.  

Hubert de Marans.


Partager cet article

Repost 0
Hubert de Marans - dans Politique
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche