Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 10:00
La fin du Monde ?
 
D'intenses grenouillages se déroulent depuis quelques semaines pour le contrôle du journal Le Monde. On sait que l'ex-quotidien du boulevard des Italiens va mal, qu'il va même très mal et qu'il a un besoin pressant d'argent frais. Sa direction paye sans aucun doute une gestion approximative et à courte vue, mais elle paye surtout les erreurs du trio infernal Colombani-Minc-Plesnel, ses acquisitions et ses projets éditoriaux ruineux, à l'origine d'un trou financier qui dépasse aujourd'hui les 100 M€. Après plusieurs vaines tentatives de restructuration, les salariés du Monde ont du se résoudre à l'idée que leur journal devait perdre sa liberté et s'adosser à un groupe d'actionnaires majoritaires. Terrible constat pour un titre de presse dont la réputation s'est faite depuis 60 ans sur l'indépendance et le mépris de l'argent. 
Les personnels du Monde se sont prononcés fin juin sur les deux dossiers de reprise qui restaient en lice.  La proposition  du trio Pierre Bergé, Xavier Niel et Mathieu Pigasse - qui préserve une minorité de blocage aux rédacteurs - a été finalement préférée à celle de Claude Perdriel et du groupe du Nouvel Observateur, qui semblait financièrement plus fragile. Les interventions intempestives de M. Sarkozy dans ce dossier ont achevé de convaincre les salariés du Monde de voter pour l'offre que le président s'était employée à dénigrer et qui contrariait à l'évidence ses plans pour 2012. Les nouveaux investisseurs et l'équipe du Monde ont maintenant trois mois pour clore leurs négociations. 
Qui sont les futurs patrons du Monde ?  M. Pigasse, ci-devant directeur chez Lazard frères, est un ancien du cabinet de Dominique Strauss-Kahn. Il vient de prendre la présidence du magazine américain de langue française, Les Inrockuptibles, symbole de la gauche friquée et débraillée. Xavier Niel est, lui aussi, un curieux mélange d'entrepreneur, de financier et d'aventurier. Créateur du distributeur d'accès internet Free, il est également le propriétaire des droits des chansons de Claude François. On devine que son coeur est à gauche, son portefeuille à droite et ses amitiés entre les deux. Comme Pigasse. Et comme Pierre Bergé, éternelle figure de la mode parisienne, un pied chez Ségolène, deux pieds chez les mitterrandistes, qui fonda, lui aussi, en son temps cet archétype de la gauche caviar, l'éphémère et ruineux magazine Globe
Qui est derrière ces trois pieds nickelés de la finance, des fringues et du numérique ? Il est difficile de ne pas y voir l'ombre M. Strauss-Kahn. C'est en tous cas le sentiment de l'Elysée et des équipes de Mme Aubry. Le projet éditorial est plus flou. On sent que les pages culturelles et société du Monde vont y perdre le peu de sérieux qu'il leur restait, que l'heure sera sans doute davantage à l'air du temps, aux articles racoleurs qu'à l'analyse sérieuse et approfondie. En revanche, n'en doutons pas, les pages financières et de bourse resteront, elles, bien fournies et en bonne place. 
La prise de contrôle du Monde a une  signification plus profonde. Elle marque en quelque sorte la fin d'une histoire, celle d'une certaine presse écrite française, née avec la Libération. Que reste-il de cette aventure ? France Soir et l'Aurore ont disparu. L'Humanité et La Croix ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes. Le Parisien est à vendre. Le Figaro, qui eut ses heures de gloire, n'est plus qu'un journal de larbins et d'arrivistes. La Tribune et Les Echos sont de tristes bulletins de bourse. Libération dépérit sous la férule d'Edouard de Rothschild et des valeurs de la gauche d'argent. Quant à la presse dite régionale, elle n'en finit plus de mourir à l'ombre de ses chiens et de ses chats écrasés... Un grand pays ne peut pas vivre sans une presse libre, attentive, intelligente et ouverte sur le monde [1] . Il faudra un jour refaire une presse française.
  Paul Gilbert.

 


[1]. "Nous avons besoin d'un grand journal pour l'extérieur", dira le général de Gaulle à la Libération. Le quotidien Le Monde fut créé le 18 décembre 1944 par Hubert Beuve-Méry, avec l'appui du chef de la France Libre.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche