Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 00:08
 
 
la dame de l'été
 
 
 
Je vis la dame de l'Été,
Magnétique et charnelle.
Des éclairs et des voluptés,
Des feux, des fleurs, des ailes,
La nimbaient, comme projetés
Par sa robe autour d'elle.
Je vis les amours s'exhaler
De sa splendeur vivace.
Et je n'osais pas lui parler,
Tant m'émouvait sa grâce.
Mais sur ses pas je suis allé,
Et j'ai baisé ses traces.
 
 
 
louis mandin (1872-1943). Les Saisons ferventes (1914).
 
 
la dame de l'hiver
 
 
 
Je vis la dame de l'Hiver,
Blanche en son manteau beige.
Son corsage tendait à l'air
Un gros bouquet de neige.
En ses yeux, sur la brume ouverts,
Vivait un sortilège.

Grave et stoïque, elle m'a dit :
« Je suis celle qui pense.
Tout est morne et comme maudit
Sous cette bise immense.
Mais je garde le paradis
Dans mon cœur en silence.

« Et toi, fais de même, et chantant
De ta voix frêle et pure,
Garde les germes du printemps,
Les fleurs de la nature !
Il reviendra, le jeune temps
Où tout se transfigure.

« Ils reviendront, les tendres jours,
Dorer ta destinée.
Alors, si ton front est plus lourd,
Plus pesant d'une année,
Plus douce encor sera l'amour
D'être en mai si fanée.

« Oh ! douce, douce infiniment,
D'être en mai si blessée !...
Mais l'hiver noir cingle ton sang
De ses flèches pressées.
Allons, ton courage en avant.
Et tes mâles pensées !

« L'hiver, pour qui ne veut périr.
C'est le travail, superbe
Comme un ciel froid où vont s'ouvrir
Les étoiles acerbes.
Tandis qu'avant de refleurir
Les morts gèlent sous l'herbe. »
 
 
 
louis mandin (1872-1943). Les Saisons ferventes (1914).
 
 
un soir d'été
 
 
 
Le soleil verse à longs flux d’or son fécondant génie
A la terre, et l’été brille dans le gazon.
Pour quelques derniers jours la nature et ma vie
Ont la même saison.

Oh ! je sais que demain déjà, là-bas, la jeune aurore
Ne ressemblera plus à sa sœur d’aujourd’hui,
Et qu’en bien regardant j’y pourrais voir éclore
La face vague de la nuit.

Et je pense à qui sut, joyeux, semer et qui moissonne.
Le signe des moissons flamboie aux cieux chantants.
Les hommes de mon âge ont des greniers contents.
Moi, pour m’être au berceau du rêve assoupi trop longtemps,
Seul j’aurais les deux mains vides des fruits d’automne.
Et seul le cœur, en vain, plein toujours des fleurs du printemps.
 
 
 
louis mandin (1872-1943). Revue Vers et Prose (février-mars 1910).
 
 

 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche