Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 23:12
Olivier Calemard de La Fayette
(1877-1906)
 
Petit-fils de Charles Calemard de la Fayette, député et auteur de divers ouvrages, entre autres le Poème des champs, Olivier naquit au Chassagnon, par Langeac (plateau voisin de la vallée de l'Allier), le 27 août 1877. Il appartenait à une vieille famille du Velay. Ses études brillamment achevées dans un collège provincial, il vint à Paris, suivit les cours de la Faculté des lettres et, en 1901, obtint sa licence. Sa carrière fut brève. Apres un voyage en Allemagne (Strasbourg, Heidelberg, Erfurt), il débuta dans les jeunes revues et fit paraître un unique volume de vers : Le Rêve des Jours, simple bouquet semé sur le chemin de la tombe. D'une santé précaire, au retour d'une saison passée à Baden, il ressentit les premières atteintes du mal qui devait l'emporter. Il mourut d'une fièvre typhoïde, le 13 octobre 1906, dans la maison qui l'avait vu naître et grandir. Il n'avait point atteint sa trentième année. Ses derniers poèmes, pour la plupart recueillis dans des revues, font la matière d'un ouvrage posthume qui, sous ce titre La Montée, est parut en 1909.
Olivier de la Fayette est un disciple des poètes symbolistes ; mais il a ajouté à « l'hermétisme » de ses modèles une tendresse où s'allient l'amour des choses de la nature et un souvenir souvent poignant des paysages de son pays. On l'a dit : « C'est aux confins de l'Auvergne et du Velay, de ce Velay qu'il devait si souvent et si amoureusement chanter, que se déroula l'enfance d'Olivier Calemard de la Fayette, à l'ombre du château familial du Chassagnon, près de Saint-Georges-d'Aurac et de la ville morne du Puy... L'héritage ancestral lui a transmis l'amour du ciel natal et le goût du terroir... Le « vieux sol de lave », les « labours d'argile rouge ou brune », les « orgues de pierres » et la « senteur d'ozone et de terre mouillée, de végétaux froissés, d'orage et de blé noir » qui monte, sous le vent de Limagne, des vallons des Estreïs aux pics de Mézenc, lui sont, comme à son aïeul, des choses familières. »(L. Bauzun, Olivier de la Fayette.)
Olivier de la Fayette a collaboré diverses revues, dont Vers et Prose, La Plume, L'Ermitage et Le Mercure de France.
 
Le Rêve des Jours (Paris, Sansot, 1904), La Montée (Paris, Hachette, 1909).

 

   
 
Hiems nova
 
Pour fêter le retour normal de l’âpre hiver.
J'ai gravi, dès le jour, ma montagne rouillée.
Le vent du nord-ouest a soufflé tout hier.

J'en voulais savourer la rafale mouillée,
Jeux de pluie aux clartés du ravin partiel,
Sur le treillis brumeux des branches dépouillées.

La lumière est instable aux décors irréels
Des vallons d'ombre ensoleillés de claire brume
Où se joignent, pour fuir, des lambeaux d’arc-en-ciel.

Le roc ruisselle et luit et les pics d'argent fument.
Sous le vent brusque obstinément ailé de nuit,
Et l'aile sombre éteint le rayon qui s'allume;

Et tout le paysage pâle tourne et luit,
Cependant qu'au taillis fauve des petits chênes
Chaque feuille légère et plaintive bruit.

Et le mont tout entier pleure des larmes vaincs.

                               *

Ah! fuyez, derniers étourneaux, par bandes souples!
Virez, dans le brouillard, d'un miroitement d'ailes.
Pour qu'en votre étain mat vibre quelque étincelle!

Déjà les corbeaux tournoyants voltent par couples,
A contre-vent, là-bas, presque légers et grêles
Sur l'abîme, perdus aux remous des nuages.

Et boivent le désir de leurs amours sauvages.

                              *

L'hiver! l'hiver! la chambre tiède où l’on va suivre,
A travers le poème obscur et doux du livre,
Aux songes des carreaux que le frimas fait vivre,
La fougère ou le lys qui s'inscrivent en givre !
 
     
 
Olivier Calemard de La Fayette. (1877-1906), Le Rêve des Jours (1904)
 
 
Vent de Limagne

                                               Pour Henri Cellerier.

J'aime la brise incertaine et frivole
Dont le frôlis n'émeut que les corolles
Légères, les frisselis doux des folioles
Au faîte gris des trembles grêles,
Et la ronde ténue et frêle qui s'envole,
Des éphémères sur les prêles...

— J'aime avec toi, surtout, le vent large et puissant.
Je n'ai pas tes sapins dans les sables, tes landes,
Tes horizons barrés de vols éblouissants,
Ni l'or de tes sous-bois alourdis de lavande;

Mais la sève frémit en mon vieux sol de feu,
Mes prés touffus et verts s'étoilent de narcisses,
Mes terreaux mordorés font des pétales bleus,
Et de hauts boutons d'or penchent leurs lourds calices.

Pour garder mes labours d'argile rouge ou brune,
J'ai des orgues de pierre en prière, où s'unit
L'extase de la vague à l'orgueil du granit,
La grâce de la houle aux splendeurs de la dune.

Et tu croirais qu'aux jours des fusions premières,
Le vent de mes sommets a durci brusquement
Les laves qui roulaient leur clair bouillonnement
Hors du rose cratère aux vapeurs de lumière.

J'ai de jaunes iris qui flambent dans les joncs.
J'ai des roseaux géants jaillis de l'eau rouillée;
Mes printemps font gonfler de monstrueux bourgeons.
Mes automnes des fruits pesants par corbeillées.

Oui, j'aime le grand vent sur tout cela, le soir,
Le vent du nord-ouest chargé de pluie et d'ombre
Qui pousse sur nos monts, d'un bref coup d'aile noir.
Avec des vols obscurs, la Fécondité sombre !
 
     
 
Olivier Calemard de La Fayette. (1877-1906), Le Rêve des Jours (1904).
 
 
Poème
 
                                           ... tu, lentus in umbra..

Que de poudroiements blonds tamisent la feuillée
Sur l'ombre claire où se bercent les tiges chaudes,
Près du rayon vivant qui glisse, danse et rôde
De la ronce fleurie à la rose mouillée !

Toi, couché sur la berge entre les roseaux jaunes,
Vois à travers tes cils qu'irise la lumière
Trembler des reflets d'eau sous les feuilles des aulnes,
Et, comme en un palais d'irréelles verrières,
Par-dessus les blocs d'ombre et les lourdes fougères,
Vibrer les libellules d'or de la clairière !

                                 *

Ah! laisse pour un jour ta chimère et sommeille !...
Sous la verte clarté qui croule des ramures
Et brûle au front du saule en lumières vermeilles
Que la brise balance au rythme d'un murmure,
Les doux moucherons bleus ont du ciel sur les ailes...
Et tes yeux large ouverts où le soleil ruisselle
Voient passer dans son or leur prisme en gouttes pures!

Ah! qu'importe à ton cœur fatigué le problème
Dont la douleur se mêle au souffle des lilas ?
Il ne veut plus savoir s'il le porte en lui-même,
Le compagnon divin qu'il ne rencontre pas !

Les cloches des troupeaux tintent dans la hêtraie...
On entend le bétail brouter près du taillis...
— Eloigne ce désir céleste qui t'effraie,
Dors, sous les peupliers puissants et recueillis.

Et que tu sois le dieu- qui se retrouve à peine
Ou la bête qui monte en créant l'idéal,
Dis a ton âme, en f endormant, que la fontaine
Ignore sans souffrir la cascade du val!

Vois, deux martins-pêcheurs éclatants se poursuivent
Jusque dans l'ombre où luit le feu bleu de leur col:
Laisse, laisse comme eux, sur les fraîches eaux vives,
Ton rêve fuir sans but, pour le plaisir du vol!
 
     
 
Olivier Calemard de La Fayette. (1877-1906), Vers et Prose (décembre 1906).
 
 

fleur-3.jpg

 
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche