Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 17:47

Une semaine formidable

 

Il y a des semaines où il faut avoir le coeur bien accroché pour vivre en Sarkozie. On s'attendait à ce que le pouvoir tire un minimum de leçons de ses derniers déboires électoraux. Il n'en sera rien. L'actualité de ces derniers jours montrent au contraire qu'il n'y a aucune inflexion sociale à attendre et que le bal des privilèges et des sinécures est reparti à vive allure. Nous sommes sans doute rentrés sans le savoir dans la dernière phase du sarkozysme, celle de la République bananière.

Pour la France au travail, aucun changement. Chaque jour amène son lot de fermetures d'entreprises, de licenciements et de délocalisations. Et ce sont, bien sûr, les groupes multinationaux qui frappent les plus forts, et sans état d'âme. L'actualité sociale de cette semaine, c'est, par exemple, le trust américain Kohler, propriétaire de l'antique marque Jacob Delafon, qui décide, sans aucune information préalable des salariés, de fermer son site de Brive, d'y supprimer sur le champ 140 emplois et de délocaliser dès le mois de juillet prochain l'ensemble de l'activité vers le Maroc, l'Espagne ou l'Inde. C'est tout juste si les dirigeants de Kohler se souviennent qu'il existe une législation sociale en France, un comité d'entreprise à réunir et des employés à indemniser. Il a fallu que les élus locaux les rappelle à un minimum de convenance. Les salariés se battent désormais le dos au mur et la rage au ventre pour obtenir des conditions de départ décentes mais rien n'est moins sûr.

Autre exemple, celui du groupe d'électronique américain Freescale qui persiste dans son intention de supprimer 821 emplois sur son site de Toulouse, alors même que le tribunal de grande instance de Toulouse vient de suspendre l'exécution de ce plan social. Là encore, la tension est extrêmement vive entre une direction autiste et des salariés poussés à bout. Mais le pire, c'est sans doute le conflit Sodimatex de Crépy en Valois où les travailleurs ont du menacer de faire sauter leur usine pour obtenir l'ouverture d'une négociation sur leurs d'indemnités de départ. Il a fallu le courage du maire et des élus locaux pour éviter la catastrophe et obtenir du groupe Trèves, propriétaire de Sodimatex, qu'il accepte d'ouvrir des discussions. Celles-ci n'ont d'ailleurs toujours pas abouties. Rappelons, pour situer le débat, que Trèves, qui vient de recevoir 55 millions d'euros d'aides publiques, a été condamné à plusieurs reprises à régulariser son plan social et que la prime demandée par les 92 salariés de Somatex est de 20.000 euros !

Pour la France qui gagne, celle pour laquelle le régime a les yeux de Chimène, la semaine a, au contraire, fort bien commencé. Et d'abord pour ceux qui bénéficient du bouclier fiscal : un peu moins de 19.000 contribuables qui économiseront près de 600 millions d'euros d'impôts. Soit très précisément 30.000 euros par bénéficiaire, c'est à dire un peu plus que la prime demandée par les salariés de Somatex, qu'ils ne percevront sans doute pas. Pour ces 19.000 heureux gagnants du sarkozysme, pas de problème ! Le chef de l'Etat a confirmé lundi dernier que l'on ne toucherait pas à leurs avantages. Merci pour eux.

L'autre France qui gagne cette semaine, c'est celle du monde des jeux. L'Assemblée nationale a définitivement adopté mardi après midi le projet de loi relatif à l'ouverture à la concurrence des jeux d'argent sur internet. Désormais les paris sportifs et hippiques ainsi que les jeux de poker "online" ne seront plus couverts par le monopole du PMU et de la Française des Jeux. On imagine les intérêts colossaux qui se cachent derrière cette libéralisation, que le pouvoir a essayé de faire passer pour une injonction de Bruxelles. Rien de plus faux, a précisé le président du groupe socialiste à l'assemblée nationale, M. Jean-Marc Ayrault, sauf à vouloir complaire aux amis du Fouquets qui y trouveront de gros avantages. Comme le précise en effet le groupe socialiste sur son site en ligne " La liste des opérateurs qui ont déjà fait part de leur volonté de prendre des parts sur le marché français des jeux en ligne parle d'elle-même : Arnaud Lagardère, Martin Bouygues, Patrick Lelay, Vincent Bolloré, François Pinault, Dominique Desseigne, Patrick Partouche, Marc Simoncini, Stéphane Courbit, Alexandre Balkany, sont des amis, des proches, ou des soutiens déclarés du Président Sarkozy. Quant à imaginer que ce projet de loi ne serait qu'un « juste » retour des choses, il n'y a qu'un pas!"  Vu la qualité des noms cités, on ne le franchira évidemment pas !

Parmi les autres "bonnes" nouvelles de la semaine, on peut citer augmentation du prix du gaz. Près de 10% pour l'année 2010, alors même que la conjoncture économique se traduit partout par une baisse du coût de l'énergie. Une augmentation qui va se traduire par plus d'un milliard d'euros de profits supplémentaires pour les actionnaires de GDF-Suez, où l'on trouve la encore quelques bons amis du pouvoir. Quant aux millions de salariés, qui subiront cette mesure de plein fouet sans voir leurs revenus augmenter pour autant, ils n'auront que leurs yeux pour pleurer. A moins d'aller jouer leurs salaires sur les futurs jeux en ligne de MM. Bolloré, Courbit, Partouche, Balkany et partners... On ne sait jamais !

Et si cette litanie ne vous a pas complètement écoeuré, vous prendrez connaissance avec délectation de la décision du tribunal correctionnel de Paris qui relaxe définitivement Bernard Tapie de l'ensemble de ses procès. "Désormais, toutes les portes me sont à nouveau ouvertes", se serait félicité M. Tapie. On raconte même que François Fillon se ferait du souci pour son poste [1]. Décidément, quelle semaine formidable !  

Henri Valois.



[1]. Dans une précédente chronique ("La République de Bernard Tapie", RCIL du 9 juillet 2009), Hubert de Marans pronostiquait que Bernard Tapie, nouveau Vautrin, finirait dans le fauteuil du Ministre de l'intérieur. Matignon ? Place Beauvau ? Les paris sont ouverts.


  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche