Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 23:21
La France qui se bat
 
Samedi 2 avril
- Le médiateur de la République dresse un diagnostic alarmant de l'état social du pays, dans le rapport annuel qu'il remet cette semaine au président de la République. Il y dénonce l'épuisement moral d'une société française soumise au chômage, à la précarité et au stress.
Mardi 5 avril
- L’incertitude est de mise sur l’avenir de l’usine Electrolux de Revin (Ardennes). Le site, qui fabrique des lave-linge, va voir sa production diminuer et l'effectif devrait tomber à 469 salariés fin mai. Cette annonce fait suite à la décision du groupe suédois de transférer la fabrication de deux modèles à Olawa en Pologne. Les élus locaux se mobilisent pour la survie du site.
- L'entreprise Abeil,  spécialisée dans la fabrication de couettes et d’oreillers à Aurillac (Cantal) est mise en liquidation judiciaire avec maintien de l’activité jusqu’au 5 mai prochain. Devant l’incertitude, les 124 employés sont en grève. Des repreneurs se sont manifestés.
Mercredi 6 avril
- le tribunal de commerce de Dijon a mis un terme au plan de sauvegarde du groupe de spiritueux Belvédère (Marie Brizard, vodka Sobieski...), dans la mesure où les dirigeants de l'entreprise n'ont tenu aucun des engagements financiers qu'ils avaient souscrits.
- La totalité des 730 salariés de Sealynx Automotive de Charleval (Eure) est en grève illimitée et bloquent l’usine. Selon la CGT, les cinq repreneurs potentiels de l'entreprise - en redressement judiciaire depuis décembre - laissent plusieurs centaines de salariés sur le carreau.  Le tribunal de commerce de Nanterre doit choisir le repreneur en mai prochain. 
Jeudi 7 avril
- Une solution de reprise se dessine pour la chocolaterie marseillaise Net Cacao. Elle émane d'un particulier, M. Philippe Masson, qui propose que Net Cacao sorte des activités de sous-traitance pour développer sa propre marque de produits chocolatés. Le repreneur dispose d'une semaine pour formaliser son projet. 
Samedi 9 avril
- FO, la CFDT et la CGT appellent à la grève dans les hypermarchés Carrefour pour obtenir une révision à la hausse des augmentations de salaire en 2011. Les propositions de la direction se limitent, pour le moment, à une augmentation annuelle de 2%.
Lundi 11 avril
- Dans un entretien au Monde, le secrétaire général de la CFDT, M. François Chérèque, s'inquière de la montée du populisme et reproche au pouvoir son alliance avec les milieux les plus fortunés, sa surenchère sur l'islam et sa volonté délibérée d'alimenter les peurs.
- Ford Europe confirme aux élus de Bordeaux son intention de fabriquer une nouvelle boite de vitesses sur son site de Blanquefort. CE projet nécessitera plus de 100 M€ d'investissement.
Mercredi 13 avril
Les salariés du groupe Toyota d'Onnaing poursuivent le mouvement de grève engagé le 31 mars dernier pour obtenir une revalorisation décente de leurs salaires. La direction refuse obstinément de reprendre les négociations.
- Un nouveau conflit s'ouvre chez l'équipementier automobile allemand Continental en Midi-Pyrénées. La CGT et la CFDT refusent de conditionner les augmentations salariales à l'acceptation d'un plan de réduction du coût du travail. Ce plan donne lieu à un bras de fer très dur depuis plusieurs mois entre syndicats et direction.
Jeudi 14 avril
- Le plan de sauvegarde pour l’emploi lancé par Aperam (ex Arcelor Mittal) sur son site d’Isbergues (Pas de Calais) touche 223 salariés sur 650. Les syndicats défendent un scénario alternatif qui permettrait de maintenir une soixantaine d’emplois. Début janvier 2011, Aperam entrait en bourse. « Au moment d’entrer en bourse, nous avons renforcé le programme de réduction des coûts initiés par ArcelorMittal », avait indiqué Bernard Fontana, le Pdg du nouveau groupe. 
Vendredi 15 avril
- Dans un entretien aux Echos, le secrétaire général de la CGT, M. Bernard Thibault, tire un bilan très négatif de l'action du pouvoir et s'inquiète de l'état d'esprit du patronat qui refuse de jouer la négociation.
- Après l’annonce surprise de son rachat par le belge Solvay, c’est avec Novacap que Rhodia négocie la cession de sa production de salicylés (composés qui interviennent comme principes actifs dans l’aspirine ou le paracétamol). Ce recentrage concerne 78 salariés en France, répartis entre les usines de Saint-Fons (Rhône) et de Roussillon (Isère). 
Lundi 18 avril
- La cour d’appel de Montpellier attribue une enveloppe de 3,2 millions d'euros à 240 anciens salariés licenciés de l'usine de chaussures Myrys de Limoux (Aude). En tenant compte des 200 salariés précédemment indemnisés, le total des indemnisations dépassent 5,5 millions d'euros.  La saga judiciaire des licenciements chez Myris aura duré près de quinze ans : l'entreprise a fermé ses portes en 2001, après une succession de plans sociaux (de 1996 à 2000).
Mardi 19 avril
- Graves difficultés pour trois filiales du groupe Focast. Placée en redressement judiciaire, la fonderie Pebeco à Port-Brillet (Mayenne) dispose de deux mois pour trouver un repreneur; ses 96 salariés sont inquiets. Focast Normandie à Pontchardon (Orne) a déposé son bilan et Focast Bretagne à Châteaubriant (Loire-Atlantique) voit sa centaine de salariés chômer deux jours par semaine. Le holding luxembourgeois Ogepar qui a pris le contrôle de Focast l'an passé ne semble plus croire à l'avenir du groupe.
Jeudi 21 avril
- Treize mois après sa reprise par l’allemand Riboth, le spécialiste de changes et culottes pour bébés Novacare à Laval-sur-Vologne (Vosges) est une nouvelle fois en redressement judiciaire. Le tribunal de commerce d’Epinal, devant lequel elle avait déposé son bilan, a accordé à l’entreprise, qui emploie encore 103 salariés, une période d’observation de six mois.
- Après la fermeture de deux sites Ideal Standart, la direction du groupe américain débloque 35 millions d’euros pour financer le plan social. Les indemnités de licenciement s’échelonneront de 32 000 euros pour un salarié récemment embauché, jusqu’à 91 000 euros pour les plus anciens. De quoi soulager les 311 salariés des usines de Dole (Jura) et de Revin (Ardennes),
Jeudi 28 avril
- La SAFE (Société des aciers fins de l'est) est sauvée de justesse de la liquidation. La forge lorraine, qui travaille pour plusieurs constructeurs automobiles, a été reprise pae Farinia,groupe spécialisé dans la transformation des métaux. 258 des 320 salariés de Safe devraient être repris. 
- Après le site d’Arches (Vosges), cédé au groupe suédois Munksjö, c’est au tour de l’usine de Rives (Isère) de faire les frais de la restructuration du papetier ArjoWiggins. La quatrième et dernière machine du site sera mise à l’arrêt d’ici la fin de l’année 2011, entraînant un arrêt définitif de la production et la suppression d’une cinquantaine de postes sur les 200 actuels. Le reste des effectifs sera transféré dans l’autre usine iséroise du groupe, à Charavines (Isère). 
- Nouveau suicide chez France Télécom : un cadre s'immole par le feu à Mérignac (Gironde). 
Vendredi 29 avril
- Les défilés du 1er mai s'annoncent relativement limités, dans un climat social assez morose. 
- Les syndicats de fonctionnaires (CGT, FSU, FO, CFDT et UNSA) décident du principe d'une journée de grève fin mai contre le gel des salaires dans la fonction publique. 

 

Henri Valois.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche