Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 23:21
La France 
qui se bat...        
Revoltes-ouvrieres-3.jpg
 
Vendredi 2 novembre
- ArcelorMittal annonce de nouvelles mesures de rationalisation de ses activités en Europe. A Dunkerque, pourtant le site le plus performant du groupe, l'arrêt d'un des quatre hauts-fourneaux est confirmé. La même décision est prise en Espagne dans un des sites des Asturies.
Lundi 5 novembre
- L'entreprise Belipa (composants de meubles), située à Ecommoy (Sarthe), est mise en liquidation judiciaire. Cette filiale du holding international Eurofind employait 118 salariés, en cours de licenciements. 
- Les salariés de la laiterie Novandie de Marcillé-Raoul (Ille-et-Vilaine) se mettent en grève et retiennent le directeur du site ainsi que le DRH. Le groupe Andros, qui détient la laiterie, avait annoncé en juin la suppression de 76 postes sur 168. Le personnel exige l'ouverture de négociations.
Mardi 6 novembre
- Le comité confédéral national de la CGT désigne comme prévu M. Thierry Lepaon comme prochain secrétaire général de la centrale. M. Lepaon sera officiellement élu lors du congrès de la CGT qui se tiendra à  Toulouse, du 18 au 22 mars prochains.
- Le fabricant de chaussures de sécurité Jal group, propriété du fonds d'investissement italien Progressio, annonce la suppression de 57 postes sur 133 dans sa filiale Jallatte de Saint Hippolyte du Fort (Gard). Les élus et les syndicats se mobilisent pour l'avenir du site.
Mercredi 7 novembre
- Le tribunal de commerce d'Annecy écarte le projet de reprise de l'entreprise de composants électroniques SET par ses salarié et marque sa préférence pour l'offre du groupe américano-singapourien K&S. Le gouvernement continue à soutenir les salariés de SET.
- La CGT et FO critiquent la stratégie choisie par le gouvernement en matière de compétitivité. "Le crédit d'impôt reste dans la logique d'abaisser le coût du travail, or ce n'est pas le problème", explique la CGT.
Jeudi 8 novembre
- Le groupe d'ameublement Roset-Cinna annonce le licenciement de 93 salariés de ses sites de l'Ain, du Rhône et de l'Isère, en raison d'un carnet de commandes en forte baisse. Un précédent plan social avait conduit au licenciement de 80 personnes en 2009
Vendredi 9 novembre
- Le groupe laitier Sodiaal annonce la fermeture de ses usines du Lude (Sarthe), de Villefranche-sur-Saône (Rhône) et de Saint-Yorre (Allier). 313 emplois sont supprimés sur les 1465 qu'emploie le groupe. Sodiaal promet le reclassement des salariés et une réindustrialisation des sites.
Samedi 10 novembre
- Neuf mois après son achat par le trust anglais R&R, les 123 salariés de l'usine de crème glacée Pilpa de Carcassonne recoivent leur lettre de licenciement. Les syndicats soupçonnent R&R d'avoir repris Pilpa pour supprimer un concurrent et capter ses commandes les plus intéressantes.
Mardi 13 novembre
- La direction de Renault, qui veut conclure d'ici fin janvier un accord de compétitivité, s'engage àne fermer aucune usine en France contre des mesures sur les salaires, les effectifs et le temps de travail. Les syndicats dénoncent un chantage et appellent à une négociation responsable.
- Reprise de SET : le procureur de la république d'Annecy fait appel de la décision du tribunal de commerce en faveur du consortium américano-singapourien K&S. Satisfaction des salariés qui plaident pour une relance de l'activité sous la forme d'une coopérative ouvrière.
Mercredi 14 novembre
- Journée de mobilisation et de grève générale dans toute l'Europe contre l'austérité. En France, la CGT et la CFDT défilent ensemble, malgré leurs divergences stratégiques. Des millions de salariés descendent dans la rue en Espagne, en Italie, au Portugal et en Grèce.
Vendredi 16 novembre
-  Les salariés de Fralib présentent à Benoit Hamon, ministre délégué à l'économie sociale, leur plan de reprise de l'activité du site de Gémenos. 72 employés sur les 182 sont prêts à participer à ce projet de coopérative ouvrière.
Lundi 19  novembre
- Les salariés de l'usine Candia de Saint-Yorre (Allier) se mettent en grève pour protester contre la fermeture du site par le groupe coopératif Soodial et la suppression de 102 emplois.

Mercredi 21 novembre

- A dix jours de la date butoir fixée par ArcelorMittal, Arnaud Montebourg aurait reçu deux offres de reprise du site de Florange mais qui portent sur un périmètre plus large que celui qu'entend céder le groupe Mittal. Le gouvernement et les syndicats appellent le sidérurgiste indien à bouger.
Jeudi 22 novembre
- M. Montebourg déclare au Sénat que l'éventualité d'un contrôle public du site de Florange est sérieusement étudié par le gouvernement : "Le problème de Florange, ce n'est pas les hauts-fourneaux, c'est la défaillance de Mittal et les gouvernements européens en ont assez d'être menés par le bout du nez par ArcelorMittal."
Vendredi 23 novembre
- Le tribunal de commerce du Puy-en-Velay (Haute-Loire) donne son accord aux 46 salariés des textiles Fontanilles d’Espaly-Saint-Marcel (Haute-Loire) pour reprendre leur entreprise en SCOP. C'est le soulagement pour le personnel qui s'est fortement mobilisé pour sauver le site.
Lundi 26 novembre
- Nouvel épisode de la guerre entre le gouvernement et le groupe Mittal. Ce dernier refuse de céder l'intégralité du site de Florange et interdit de fait toute solution de reprise. Arnaud Montebourg : "Nous ne voulons plus de Mittal en France. "  
Mardi 27 novembre
- Lakshmi Mittal est reçu à l'Elysée. Les discussions vont se poursuivre jusqu'à la date butoir du 1er décembre. La nationalisation est largement soutenue, à gauche comme à droite. M. Guaino, ancien conseiller de M. Sarkozy, déclare : "On peut se poser la question de savoir si en 2009 nous avons eu raison de faire confiance à Mittal".
Mercredi 28 novembre
- Le bureau national de la CFDT désigne M. Laurent Berger comme secrétaire général de la confédération, en remplacement de M. Chérèque. Devant l'assemblée générale des syndicats, ce dernier livre son testament politique : "Nous avons fait le choix du réformisme, nous le revendiquons avec fierté, c'est pour nous le choix du progrès et de la justice."
Jeudi 29 novembre
- A saint-Nazaire, les syndicats de STX France et les élus s'inquiètent de l'absence de commandes et lancent un appel à la mobilisation. Parmi les 4000 salariés du chantier naval et de ses sous-traitants, on commence à évoquer la perspective d'une nationalisation. 
- La direction d'Alcatel-Lucent présente un plan de suppressions de 934 postes dans l'ensemble de ses sites français. Contrairement à ce qu'avait annoncé le groupe, le tiers de ces suppressions concerne les activités de R&D, avec en particulier la fermeture du site de Vélizy.
Henri Valois.
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Société
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche