Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 15:21
..................................................................................................................................................
Décembre 2012
Hommage à
Maurice Barrès
        
  barres.jpg
..................................................................................................................................................

- Tel qu'en lui même, par Paul Gilbert.  [lire]

- Hommage à Maurice Barrès, par Rémi Clouard.  [lire]
Six centième anniversaire de la naissance de Jeanne, cent-cinquantième anniversaire de celle de Barrès ... L'auteur du Roman de l'Energie nationale aurait sans doute aimé cette coïncidence des dates qui veut qu'on lui rende hommage la même année que la bergère de Domrémy, cette vivante image de la France. Il aurait également souri de notre ingénuité. Quoi ? Vouloir évoquer en quelques dizaines de pages une oeuvre qui a la dimension d'un continent littéraire et qui cristallise une partie de notre histoire récente ? Voilà qui ne manque pas de présomption ! Surtout lorsque les témoins de la vie et de l'oeuvre de Barrès ont disparu depuis longtemps et que les "passeurs" de cette vie et de cette oeuvre se sont faits, avec le temps, de plus en plus rares. Raison de plus pour honorer Barrès, tout en lui rendant hommage d'une manière différente. C'est moins avec les images et les souvenirs qu'avec les mots, qu'en fouillant dans la poussière des articles, des commentaires, des mémoires et des notes, que l'on peut aujourd'hui ressusciter Barrès. Que ce nouveau Barrès puisse de temps à autre différer des jugements de ses contemporains n'est pas pour nous fâcher. Ni sans doute pour lui déplaire !

Lectures et témoignages 

- Points de vue d'hier et d'aujourd'hui, présentés par Eugène Charles.  [lire] 
Idolatré ou détesté, Barrès n'a laissé personne indifférent. Aux images du Prince de la jeunesse, puis du héros de la France au combat ont répondu d'autres images : celle du dandy hautain ou du "rossignol du carnage". Certains prétendirent que le temps effacerait ses traces et pourtant il n'en est rien.

- Dans le grand cabinet de Neuilly, par Henri Massis.
Massis, le disciple et l'ami. fait revivre les longues heures passées dans le vaste bureau de Barrès, encombré de livres, entre Napoléon et Condé, à s'interroger sur Pascal, à invoquer l'ombre de Goethe et celle de Renan, ou, plus simplement, à travailler à refaire la France.  

- Barrès à la Chambre, par Marie de Roux.
Maurice Barrès a aimé la politique autant que l'art d'écrire. S'il haïssait les moeurs parlementaires, il savait que la Chambre était le laboratoire du régime, et qu'une bonne idée, partagée par quelques têtes solides, pouvait parfois déboucher sur des décisions heureuses. Ni parti, ni système, un haut empirisme patriotique le guidait. 

- Le retour de Barrès à sa terre et à ses morts, par Henri Bordeaux.
"Maintenant, c'est le dernier acte. Ce cimetière où il va trouver le repos qu'il se refusait, il me semble le reconnaître tant il nous en a parlé. Il est semblable à celui qui nous attend, nous qui connaissons la douceur d'appartenir à un petit pays : des monuments pressés, en désordre, sans art, et à l'entour un paysage familier". 

- Sur Maurice Barrès. Entretien avec André Malraux.
Pour Malraux. le vrai conflit de Barrès n'est pas avec l'Allemagne, il est avec l'Asie.

- Visites à Barrès, par Jean Cocteau.
« On a si bassement compris mes Visites à Barrès !» se lamentait Jean Cocteau. Derrière l'espièglerie du potache, se cachait une profonde sympathie pour l'éternel jeune homme qu'était Barrès. « Je jouais. Je connais trop le tour d’esprit de Barrès pour ne pas savoir qu’il m’approuve. »

Hommages

La rencontre avec Barrès, par François Mauriac.
Barrès n'était pas un mort qui enterrait les morts mais un grand vivant.

- Notes sur Barrès, par Henri de Montherlant.
Barrès, noble, superbe et, sur la fin, désarmé.

- Avec Barrès, par Jean-Marie Domenach.
Pour Domenach, Barrès fut le type même de "l'écrivain engagé-dégagé".

- S'il faut choisir, je me dirais barrésien, par Louis Aragon.
Aragon persiste et signe : Barrès a, pendant longtemps, détourné le cours de ses pensées. 

- L'économie de Barrès, par Pierre Drieu La Rochelle.
Ce qui fascine Drieu chez Barrès, c'est sa capacité à mêler intimement littérature et politique.

Enquête

- Que reste-t-il de Barrès ?  Enquête (fictive) réalisée par Henri Dagan.
Les réponses qu'auraient pu faire Philippe Sollers, Michel Déon, Olivier Maulin, Jean d'Ormesson, Frédéric Mitterrand, Jean-Marie Rouart, Jean Clair, Marc Fumarolli, Jean Clair, Pierre Nora, Dominique Fernandez.

Etudes

- Qualis artifex pereo, par Hugues Lagrange.
Le programme du jeune Barrès - ne compter que sur soi dans un monde sans certitudes - continue de séduire les jeunes générations et les esprits libres.

- Les Amitiés françaises, par Paul Gilbert.
Chez Barrès, l'idée de patrie ne se résume pas à la préservation d'un passé commun. Elle repose sur bien d'autres valeurs, comme l'amitié, la liberté, l'honneur et l'aspiration à l'immortalité.

- Le mystère Barrès, par Jacques de Pascal.
Barrès, sous l'influence contradictoire de Renan et de Pascal.

- De la Lorraine au Rhin, par Henri de la Barre de Fréville.
Contre le prussianisme, l'équibre de l'Europe passe par le Rhin, nous dit Barrès.

- L'Orient de Barrès, par Claude Arès..

- Barrès voyageur, par Pierre Benoit..

- Paysages passionnés, par Claude Cellerier..

- Les postérités de Barrès, par Eugène Charles.

Documents

- Lettres à Stanislas de Guaita, Charles Maurras, Anna de Noailles.
Trois visages de Barrès.

- Bibliographie, par Paul Gilbert.

Conte de Noël

- Le coq qui espère, un conte de Charles de Richter.

 

Accès à la revue

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Sommaire Revue
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche