Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 22:07
 
 
soledad
 
 
 
L'Espagne, au loin, la mer
Dormante sous la lune

La haute croix de fer
Au sommet de la dune,

Ce calme, cette nuit
De jasmins embaumée

Tout ce royaume où luit
L'étoile bien-aimée,

Dans quelle élection,
Mon coeur, plus belle au monde,

Ta désolation
Fut-elle plus profonde?
 
 
 
Robert Houdelot (1912-1997). Poèmes (1926).
 
 
avignon, sombre fleur
 
 
 
Avignon, sombre fleur sans pareille et sans nom
Qu'on détache le soir et la nuit qu'on respire,
Belle, voluptueuse et cruelle Avignon,
J'ai trouve dans tes murs le meilleur et le pire.

Le meilleur, si l'amour d'un temps qui fut perdu
A choisi pour renaître une heure enfin bénie,
Le Pire, si d'entrer au jardin défendu,
M'a laisse Plus amer que jamais dans ma vie ;

Et comme, en regagnant les ténèbres du nord
A travers le sommeil de villes inconnues,
Je passais lentement de la vie à la mort,
Avignon, j'ai rêvé de tes étoiles nues.
 
 
 
Robert Houdelot (1912-1997). Poèmes (1926).
 
 
la fraîche pluie
 
 
 
La fraîche pluie et le soleil,
Le vent d'été qui les emmêle,
Mon Enfant, ce jour est pareil
A mon âme folle et fidèle.

Mon Enfant, n'en ayez pas peur,
Car l'amour est aussi, je pense,
Tissé de fièvre, de douceur,
De soleil, d'ombre et de silence.
 
 
 
Robert Houdelot (1912-1997). Poèmes (1926).
 
 
colombe-copie-1.jpg
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche