Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 23:16
Robert Valléry-Radot
(1885-1915)
 
Arrière-petit-neveu d'Eugène Sue, Robert Valléry-Radot, né le 31 juillet 1886 aux Alleux par Avallon (Yonne), propriété de sa famille, descend d'une famille de notaires et de juges du Morvan. Robert Vallery-Radot a vécu, par goût, une adolescence très solitaire. Passionné de lectures, il recherchait le silence. Les Alleux furent le parc somptueux où s'éveillèrent tous ses rêves. C'est parmi les rocs farouches du Morvan, les pins, les chênes gigantesques, qu'il a commencé de balbutier son amour de Dieu et de la nature. Armé de fortes études classiques il débute dans les lettres à dix-sept ans, à l'occasion d'un concours de poésie organisé par la revue La Plume, en 1903 et publie, en décembre 1906, un premier volume de vers. Grand ami de François Mauriac et de Georges Bernanos dès avant la guerre de 14, il anime la revue des Cahiers de l'amitié française. De 1914 à 1918, il est mobilisé comme chef de section et reçoit, à titre militaire, la Croix de guerre et la Légion d'Honneur. Tenté par le fascisme durant les années 1930, il rejoint le régime de Vichy en 1940. Ordonné prêtre en 1953, il finit ses jours en 1970 à l'abbaye cistercienne de Bricquebec (Manche).
 
Les Grains de myrrhe (E. Sansot, 1906), Les Chants de Chryseis. Les Dents du Sylvain. Au seuil de la demeure (E. Sansot, 1907), « In Memoriam », (Plon, 1908), L'Eau du puits,( Plon, 1909).  
 
 
Sur ses yeux
 
Que j'aime tes yeux où s'endort
Une chaude langueur voilée,
Tes yeux d'ombre où brûle de l'or,
Pareils à des nuits étoilées!

Embrasant d'eux tout l'univers,
Ils sont ma clarté coutumière;
Je ne vois le ciel qu'à travers
Leur ardente et douce lumière.

Tantôt graves, tantôt rieurs,
Et baignés de tendresse humaine,
Dans mon royaume intérieur
Ils forment mon plus cher domaine;

Ils me sont les miroirs sacrés
Où, m'allégeant de mes faiblesses,
Je m'apparais transfiguré,
Divin de force et de noblesse!

Je me plais à me perdre en eux
Comme en une forêt profonde
Au silence prodigieux,
Tout près de Dieu et loin du monde;

Forêt où l'infini s'étend,
Et qui me fait songer à celle
Où vinrent Ysolde et Tristan
S'unir d'une étreinte éternelle !

Forêt d'ivre félicité
Où je me confonds en toi-même,
Où je meurs d'entendre monter
Le chant de ton âme qui m'aime...
 
     
 
Robert Valléry-Radot. (1885-1970), Les Grains de Myrrhe (1906)
   
 

femme.jpg

 
 

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche