Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 22:20
 
 
parfum d'octobre
 
 
 
Octobre, soir des mois et déclin de l'année,
Voici que tu parais à l'horizon des mers
Avec tes vents frileux où par les longs soirs verts
Rôde un doux souvenir de flûtes oubliées.

Au lac d'or du couchant vois naître les étoiles
Pour consoler du deuil affligeant de l'automne
Nos cœurs en qui s'éveille et renaît et frissonne
Ce désir endormi que recelaient nos moelles

Oh ! reste: nulle voile au large que n'émeuve
La brise, et descendu peut-être au long du fleuve,
Un bel Espoir défunt va revenir d'exil.

Selon l'aveu qui naît à nos lèvres tremblées
Voici ressusciter, vaguement puérils,
Les vieux passés défunts où nos âmes sont nées.
 
 
 
Roger Allard (1885-1961). La Divine Aventure. (1905)
 
 
petite fugue d'été
 
 
 
Moi qu'enchantèrent les regrets
Et les romans et les romance
Maintenant je souhaiterais
Des yeux ou rien ne recommence.

Quand le goût des baisers anciens
Remonte à deux bouches offertes,
Chacune entend garder les siens
Et veut l'autre nue et déserte;

Mais ce qu'un jour on a donné
Où donc irait-on le reprendre ?
Comme on dit au Pays du Tendre :
C'est macache et midi-sonné.
 
 
 
Roger Allard (1885-1961). Revue Le Divan. (1923).
 
 
tu me plais...
 
 
 
Tu me plais après le bain
Humide et lasse des vagues;
Garde ta couronne d'algues
O charmant monstre marin
Qui jaillis de cette écume
Hors le temps et la coutume !

Pour y gouter en secret
Ta peau de sel et d'iode,
J'aime ce lit incommode
Creusé dans le sable frais :
Sois-y l'épave ou je pille
Les fruits brûlants des Antilles.
 
 
 
Roger Allard (1885-1961). L'Appartement des jeunes filles. (1919).
 
  femme  

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche