Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:49

Le fantasme de la grande Europe

 

La Russie surprend et fascine. On pensait, il y a deux décennies, que la fin du "socialisme réel" la ravalerait au rang de puissance moyenne, voire, pour certains, de pays en voie d'appauvrissement. Elle a pourtant repris sa place et toute sa place dans le concert des  grandes puissances mondiales et le pouvoir moscovite jouit d'une popularité et d'une légitimité que bien des gouvernements occidentaux lui envient. Ce retour de la Russie est-il durable ? Non pour ceux qui pointent du doigt les handicaps dont souffre aujourd'hui encore un monde russe à peine sorti d'un siècle de communisme:  démographie alarmante, productivité médiocre, niveau d'innovation très faible, appareil industriel démodé. Oui pour ceux qui, au contraire, mettent en avant  la puissance du fait acquis, de l'histoire, l'immense culture russe, l'importance aussi de la géographie et des matières premières dans le jeu d'une grand Etat moderne. Il est d'autant plus utile de se pencher sur ces questions que la Russie, remise sur pied, se fait aussi attirante et séduisante. Attirante pour les Etats, en particulier pour ceux d'Europequi veulent éviter à tout prix l'émergence d'un nouveau partage du monde entre la Chine et l'A mérique du Nord. Séduisante pour les intellectuels à la recherche d'autres modèles que le libéralisme ou la social-démocratie.

L'article qui suit, signé Nils Sinkiewicz, présente de façon très complète les termes de ce débat. Nous partageons avec son auteur l'idée qu'il n'y a pas de modèle russe pour l'Europe occidentale et que l'exercice de séduction auquel se livre Moscou vis à vis de l'Union européenne repose d'abord et avant tout sur des intérêts nationaux bien compris. Comment pourrait-il d'ailleurs en être autrement dans le monde multipolaire qui est aujourd'hui le nôtre et dans lequel nous serons bientôt les seuls à croire que les relations entre nations reposent sur l'angélisme et les bons sentiments ? De la même façon, l'idée d'un axe directeur européen Paris-Berlin-Moscou ne nous a jamais vraiment séduit, moins d'ailleurs du fait de la Russie que du fait de l'Allemagne et de ses ambitions hégémoniques. D'autres points de l'exposé de Nils Sinkiewicz nous paraissent en revanche beaucoup plus contestables. Son pessimisme sur l'avenir de la Russie est largement excessif. De même, il faut se méfier de l'apparence trompeuse d'une Russie asiatique qui est sur les cartes, mais que ni  la démographie ni la réalité économique ne confirment. Nous ne partageons  pas les craintes de l'auteur vis à vis  du paneuropéisme et plaidons même pour une organisation du continent, celle de l'Europe des nations, où la Russie pourrait trouver sa place, sans esprit d'hégémonie. Cela fait beaucoup de réserves? Tant mieux, c'est la preuve qu'un débat riche peut s'engager dans ces colonnes.

La Revue Critique. 

  __________

 


Malgré la fascination de beaucoup pour les mystères de l’âme slave, la mauvaise réputation de la Russie en Occident est une évidence. Cette méfiance des démocraties européennes à l'endroit du régime russe se retrouve dans les grands media, qui ne manquent jamais de rappeler les travers d'une démocratie « à la russe » gangrenée par la corruption, pillée par les oligarques, et indifférente aux droits humains. A première vue donc, l'Europe est en froid avec la Russie, qui le lui rend bien.

C'est oublier, d'une part, que parmi les Européens le modèle démocratique libéral ne fait pas l'unanimité, et d'autre part, que la « vieille Europe » et la Russie se rejoignent sur certains points. A rebours du discours dominant, d'aucuns voient dans la Russie non seulement une puissance fréquentable, mais le noyau d'un grand bloc continental appelé à jouer un rôle-clé dans la gestion des grands dossiers de la politique internationale : paix et stabilité sur le continent euro-asiatique, maîtrise des armements, lutte contre la prolifération, développement durable, dialogue des civilisations, etc. N'en déplaise aux belles âmes, entre l'Europe dont rêvent les russophiles et celle que nous connaissons aujourd'hui, les droits humains ne forment pas une frontière naturelle. Car il y a dans la charte non-écrite de l'entente euro-russe de nombreux articles susceptibles de séduire les Européens de l'Ouest, et plus particulièrement la France. Les complexes et les frustrations ne sont certes pas pour rien dans l'audience dont bénéficie un projet finalement bancal reposant pour une large part sur un savant mélange d'hypocrisie et de naïveté.

 

La Russie s'affirme

Il y a chez les enfants des façons de faire que l'on regarde avec tendresse et qui très vite nous insupportent : ce qui paraissait d'abord une forme sauvage et finalement touchante de spontanéité s'avère n'être qu'un moyen d'obtenir toujours plus. Les occidentaux ont l'expérience de ces sournoiseries. Tous les jours le « reste du monde » reproche à l'Occident sa suffisance et son mépris des autres cultures. Si l'inépuisable mécontentement des anciens colonisés n'étonne plus personne, les jérémiades russes laissent perplexe. Malgré ses difficultés la Russie ne fait certes pas partie de ce qu'on appelle pudiquement les pays en voie de développement. Bien sûr il y eut, en 1991, cette « catastrophe géopolitique » la disparition du bloc communiste et la désintégration de l'Union soviétique qui mit un terme à la guerre froide et fit céder Moscou devant un nouvel ordre mondial défini par ce que Védrine a le premier appelé l'hyperpuissance américaine. La transition démocratique, l'apprentissage des règles du marché et la réaction allergique des Russes aux privatisations des années Eltsine ont valu au Kremlin des critiques parfois très dures mettant en cause le déficit démocratique du pays. Aux sermonneurs occidentaux qui s'interrogent sur l'avenir d'une telle « démocrature », Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev répondent que la Russie, sous couvert de normes démocratiques, n'est pas tenue de cautionner servilement des intérêts particuliers potentiellement dangereux pour le pays, qu'il s'agisse des oligarques, des séparatistes ou des investisseurs étrangers.

La souveraineté russe s'est ainsi rappelée à la mémoire des Occidentaux, qui n'ont jamais vraiment compris qui était Vladimir Poutine ni ce que pouvait représenter la fonction présidentielle dans un système politique où les parlementaires et les partis n'ont pas la même signification que dans l'ensemble des démocraties libérales. Il est vrai que l'image du nouveau régime, qualifié de césaro-présidentialiste par Jean-Robert Raviot[1], a pâti de cette incompréhension, dans la mesure où l'on ne pouvait tout simplement pas croire, de ce côté-ci du continent, que le Président de la Fédération hier Poutine, aujourd'hui Medvedev fût réellement apprécié des Russes. L'affirmation d'une « spécificité russe » peut donc se comprendre comme un critique de l'ethnocentrisme occidental aveuglant les médias étrangers sur les contraintes et réalités de la politique russe.

Du réflexe d'amour-propre à l'arrogance

Toutefois, cette réaction instinctive et relativement compréhensible a rapidement servi de justification à une arrogance n'ayant rien à envier au messianisme wilsonien. S'il n'est pas aisé d'indiquer avec précision où s'arrête la dignité et où commence la fanfaronnade, on ne peut douter que l'argument de la « spécificité russe » soit devenu un moyen de désarmer la critique. Dans un article de février 2010 sur le partenariat russo-européen, Françoise Thom remarquait fort justement « la capacité de la Russie à dicter les cadres conceptuels dans lesquels elle veut être pensée »[2]. La Russie semble en effet avoir saisi tout le potentiel de la rhétorique nationaliste anti-occidentaliste dont les colonies ont fait un si grand emploi contre les métropoles durant la décolonisation. Elle entend être cette nation vaste, compliquée, en laquelle on ne peut que croire.

La mystique grand-russienne est exploitée à fond par les prophètes de la Grande Europe. « La Russie, c'est la véritable Europe », affirme sans ambages Dmitri Rogozine[3], ambassadeur russe auprès de l'OTAN. Et si les Occidentaux n'en croient rien, c'est parce qu'ils « ne savent rien de la Russie et des Russes ». La raison européenne s'enfonce et se perd dans la steppe infinie de la Grande Russie, et ne peut se fier qu'aux Russes pour définir non seulement la Russie, mais l'Europe. Ce n'est donc pas la Russie qui soumettra un jour sa candidature à la moribonde Union Européenne, mais l'Union Européenne qui tôt ou tard tapera à la porte de l'Europe véritable dont la Russie se croit l'incarnation.

Evidemment les chantres du paneuropéisme ne se contentent pas de redéfinir l'Europe. Car les russophiles français, qui ont parfaitement assimilé cette partie du message bricolé par les dirigeants russes, se chargent de faire apprécier aux Occidentaux la richesse d'un pays qui n'est ni simplement européen (comme l'est la France par exemple), ni non plus asiatique, mais « fondamentalement eurasiatique », d'où l'attachement des Russes à un modèle civilisationnel original et rebelle à toute classification.

Le plaidoyer russe prend ainsi deux directions opposées. D'un côté, on remet en question le monopole de Bruxelles sur l'identité européenne en affirmant que sans les Russes, l'Europe n'est pas vraiment l'Europe; de l'autre, on répète que la Russie, de par son histoire et sa géographie, n'est pas la partie d'un tout, mais qu'elle est elle-même un tout dont d'autres pays font partie.

La dépendance européenne à la Russie

Si l'argument de la parenté civilisationnelle est invoqué pour justifier la formation d'une Grande Europe, c'est le plus souvent l'impuissance européenne qui est mise en avant pour démontrer la pertinence du projet. La démarche est très ambiguë et suscite chez les Européens une méfiance légitime, car le rapprochement euro-russe est implicitement présenté comme une capitulation inévitable de l'impuissante Europe contre la puissance russe.

Côté russe, on se garde d'affirmer catégoriquement que l'Europe dépend de la Russie, que ce soit pour ses approvisionnements énergétiques ou dans sa politique étrangère. « Sans la Russie, souligne Rogozine, l'Europe n'accomplira rien de significatif dans la résolution des problèmes internationaux », mais dans  le même temps il est généralement admis que « la Russie ne peut vivre sans l'Europe », bien que l'on s'attarde sur la dépendance européenne à la Russie davantage que sur la dépendance russe à l'Europe.

Les Français tiennent un propos beaucoup moins nuancé. Alexandre Latsa[4] compare une Russie qui se sauve elle-même à une Europe de l'Ouest suicidaire. Le politologue et géopoliticien Aymeric Chauprade[5] écrit quant à lui : « Les Européens raisonnables et qui ne sont pas trop aveuglés par la désinformation des médias américains (sic), savent qu'ils ont plus besoin de la Russie qu'elle n'a besoin d'eux ». Si pour Rogozine l'Europe a deux capitales Bruxelles et Moscou , pour monsieur Latsa il ne fait déjà plus aucun doute qu'« après Athènes, Byzance, Aix la Chapelle et Constantinople, Moscou est la nouvelle capitale de l'Europe ».

Le décret s'accompagne d'une brochure : dans une interview accordée à l'agence russe Novopress, Alexandre Latsa explique qu'« il n'existe pas en Russie de mauvais quartiers ou de concentrations de populations étrangères qui rendraient la vie impossible aux Russes, comme c'est le cas dans les villes européennes ». Nul doute que si les Européens craignaient moins de « basculer » dans la xénophobie, ils s'inclineraient déjà devant cet avenir radieux. Après tout, « le coeur de tout ce que les Européens peuvent souhaiter conserver ou entreprendre se situe ici »

La Russie, centre du monde

La Russie, nous l'avons dit, ne se contente pas de voir reconnue son européanité. L'Europe, de toute façon, n'est pas à sa taille : la Russie réclame un siège supplémentaire. Là encore, nul ne conteste à cet Etat multinational le droit de se dire à cheval sur plusieurs ères civilisationnelles. L'ennui, c'est que la classe dirigeante russe veut rentabiliser au maximum le prestige associé à la Russie. Prenant prétexte de la déformation de l'histoire par les « impérialistes » américains, les Russes rappellent régulièrement le rôle essentiel joué par l'Armée rouge durant la Seconde guerre mondiale.

Il y a dans cette insistance sur la participation soviétique quelque chose d'incompréhensible : quoique prétende le président russe Dmitri Medvedev[6], personne n'a jamais nié que sans l'URSS, l'Europe eût été toute autre. C'est bien d'asphyxie qu'est mort le IIIème Reich. Mais les Européens,  à l'ouest comme à l'est de ce qui fut le rideau de fer, ne peuvent oublier que leur histoire en effet eût été toute autre sans la signature du pacte Ribbentrop-Molotov et sans la satellisation des pays d'Europe centrale et orientale. La guerre froide n'efface pas des manuels d'histoire la contribution du peuple russe à l'effort de guerre (plus de 20 millions de morts), elle la relativise. Et s'il est vrai, comme le rappelle Alexandre Latsa, que Roosevelt n'a pas su défendre l'Europe contre le prédateur soviétique, c'est parce qu'en ne rêvant que d'ordre onusien et de stabilité, il faisait l'erreur qui est aujourd'hui celle d'une certaine Europe subjuguée par les promesses de la Russie, qui réclame d'elle qu'elle n'entende pas l'inquiétude de l'Europe orientale.

Pour justifier la coopération euro-russe, on s'appuie également sur la géographie. Il est dans l'intérêt de la Grande Europe que la petite la notre comprenne qu'elle n'est qu'une partie d'un ensemble beaucoup plus vaste. D'aucuns prétendent carrément que l'Europe n'occupe que la partie ouest du continent eurasien, et la Russie tout le reste. C'est en vérité une bien curieuse cartographie qui nous est proposée : puisqu'à l'évidence la Chine, pays on ne peut plus asiatique, ne fait pas partie de ce grand continent, pourquoi l'Europe de l'ouest le devrait-elle ? Les eurasistes français passent sur cette incohérence comme sur beaucoup d'autres, que nous examinerons plus loin.

Mais ils ont d'autres munitions, faisant remarquer par ailleurs que la Russie est à la croisée des mondes « au carrefour de tous les mondes », jure Latsa depuis Moscou. La Russie peut ainsi tirer parti de sa géographie physique et humaine et se poser en médiateur des civilisations dont Samuel Huntington redoute le choc. Si le gaz et le pétrole russe font tourner l'économie, la composition ethnico-religieuse de la Fédération russe est appelée à garantir la paix et l'amitié entre les peuples. Le « vrai européen » Dmitri Rogozine explique ainsi que « l'expérience du multiconfessionnalisme en Russie, où des siècles durant ont pacifiquement cohabité les représentants de différentes cultures et religieux sous l'indubitable domination de la culture russe et européenne, peut être bénéfique pour l'Europe ». Curriculum alléchant qu'illustrerait la participation russe à l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI), au Conseil Otan-Russie (COR) et à l'Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS), rappelle Latsa, soucieux de montrer par là que le Russe est partout, comme s'il suffisait de parler en langues à la manière des apôtres pour obtenir la paix dans le monde. Européens, vous l'ignoriez sans doute, mais la Russie est le centre du monde!

 

La vulnérabilité française

Venant de la Russie, la proposition paneuropéiste peut se comprendre comme un dessein politique ce qu'il y a de plus ordinaire. Dans l'optique du Kremlin, les échanges économiques et commerciaux ne suffisent pas, ils doivent s'accompagner d'une réelle coopération politique entre la Russie et l'Union Européenne. Il est dès lors souhaitable que l'Europe ne voie pas la Russie comme un simple fournisseur de gaz, mais retrouve ou croie retrouver en elle un membre de la famille européenne.

Comment, en Europe, en vient-on a écrire : « Une nouvelle pénétration idéologique et politique de la France et de l’Europe de l’Ouest par la Russie est à espérer, et à soutenir sans aucun état d’âme[7] » ? Pour comprendre l'engouement qu'une telle idée suscite chez certains Européens, il faut se pencher sur leurs attentes et examiner l'écart possible entre leur intérêt réel et celui qu'ils perçoivent. Le phénomène est marginal, mais très révélateur. La russophilie à la française mériterait notamment d'être étudié en profondeur. De par son histoire, de par sa place dans l'Union Européenne, de par son rapport ambigu aux États-Unis, la France ne peut être indifférente à la perspective d'une Grande Europe. Ainsi la question se pose de savoir ce qui dans un tel projet peut séduire les Français et ce qu'une telle attirance révèle sur notre vision des relations internationales, de l'économie, de l'État et de la société.

Le 19 avril 2010, à l'occasion du festival de Cannes, le célèbre réalisateur russe Nikita Mikhalkov[8], venu défendre son dernier film, déclarait à un journaliste du Télérama : « Vous autres, les Européens, vous êtes des peuples de vieux, assis sur vos gros culs, dans des fauteuils tout mous et vous donnez des leçons aux autres... ». La sévérité du propos peut surprendre, mais il ne faut pas oublier la propension des Occidentaux à « comprendre » les critiques qui leurs sont adressées, même et surtout quand ces critiques ne sont que des insultes. Il y a longtemps que l'Européen n'est plus ce « peuple d'élite sûr de lui et dominateur » qu'aujourd'hui l'on cherche en Israël. Un mois avant l'interview de Mikhalkov, Laurent James[9] avait confié à Voxnr « Le site des résistants au nouvel ordre mondial » que l'Europe étant « entièrement foutue jusqu'à la moelle des os », la formation d'une Grande Europe « n'aurait comme conséquence que de salir la Russie », laquelle a raison de conserver sa « brutale fierté », avant de conclure que c'est aux Européens de « se mettre à genoux devant (les Russes) pour leur implorer pardon ». Il ne faut donc pas s'étonner qu'un patriote russe ose dire aux Européens en général et aux Français en particulier qu'ils sont sortis de l'histoire. Car à cette offre correspond une demande.

La nostalgie de la puissance

Ce que rencontre le mépris russe en Europe occidentale, c'est d'abord une demande de puissance. Si la France et l'Allemagne sont les interlocuteurs privilégiés de la Russie, ce n'est pas seulement parce que le couple franco-allemand a longtemps été le moteur de la construction européenne , c'est aussi parce que ces deux pays sont sortis de l'histoire, l'un dès l'armistice de 1940 puis en perdant son empire, l'autre au lendemain de la Seconde guerre mondiale, qui a fait un tabou de la puissance allemande. La France a cessé d'être cette grande puissance capable d'influer profondément sur le cours des événements et ne peut à présent exister qu'à travers une structure plus vaste, européenne. Mais la dimension supranationale de l'Union Européenne que symbolise l'impopulaire Commission de Bruxelles rappelle à la France qu'elle ne pourra se faire entendre qu'à condition de sacrifier une partie de sa souveraineté. Ainsi les Français n'ont que trop conscience d'être sortis de l'histoire, et ne peuvent sincèrement s'indigner quand Nikita Mikhalkov s'interroge : « Qu'est-ce qu'il vous reste, en France ? Votre gastronomie, géniale. Votre culture, magnifique : Orsay, le Louvre... L'Europe est un musée. Qu'elle le reste. »

Cette nostalgie de la puissance explique en partie la fascination de certains Français pour la Russie, qui sait toucher la corde sensible. Mais ici le renard tient au corbeau un langage inattendu, puisqu'au lieu de le flatter, il le dénigre. Il est dans l'intérêt de la Russie que l'Union Européenne se sache impuissante et condamnée à disparaître du jour au lendemain faute d'avoir pu surmonter ses divergences de vues. Les Européens occidentaux à qui s'adresse une telle propagande seraient ainsi d'autant plus réceptifs au charme de leur "allié naturel" grâce à qui l'Europe « devient un acteur de premier plan » (Latsa). Ce que l'on nous promet, c'est ni plus ni moins que la formation d'un « colosse économique et militaire »[10], un « gigantesque empire de Rekjavik à Vladivostok ». On voit les ficelles, mais ça marche.

Le projet paraît d'autant plus cohérent qu'il coïncide avec deux tentations françaises : l'alliance de revers (avec la Russie contre les empires centraux) et l'alliance continentale (avec la Russie contre les États-Unis). Depuis l'élargissement de l'Union Européenne aux pays d'Europe centrale et orientale (PECO), ces deux orientations géopolitiques n'en font qu'une, puisque les ex-démocraties populaires revendiquent leur atlantisme. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le géopolitologue Alexandre del Valle écrivait en mars 2010 : « certains pays de l'ex-pacte de Varsovie adhérant à l'UE depuis 2004 devraient comprendre que l'Europe n'est pas une succursale de l'Otan ou des États-Unis pour endiguer une Russie détestée »[11]. Pour ceux qui se réclament de de Gaulle (Chirac, Dupont-Aignan, Villepin), il s'agit de se faire entendre par le biais d'un axe Paris-Berlin-Moscou censé être la solution d'un problème européen mais aussi d'un problème français : le traité de Verdun qui en 842 avait divisé Francs de l'Ouest et Francs de l'Est.

L'anti-américanisme

La caution gaullienne a été très utile également en février 2003, quand au Conseil de Sécurité Dominique de Villepin, alors Ministre des Affaires étrangères, s'était opposé à la décision américaine d'envoyer des troupes en Irak. Ce qu'on aurait pu légitimement interpréter comme de la lâcheté on sait l'amitié de Jacques Chirac pour Saddam Hussein et le monde arabo-musulman en général fut vite présenté comme l'expression du gaullisme le plus pur. Cet épisode de la « résistance française à l'impérialisme américain » rappela à Moscou, qui ne l'avait jamais oublié, le parti qu'il pouvait tirer d'un anti-atlantisme profondément enraciné dans la société française.

Pour contribuer au rapprochement euro-russe, autrement dit pour amener l'Europe occidentale à faire passer l'Europe des 27 après celle de Rogozine, il suffit aux russophiles d'exciter les Français contre le « grand racket états-unien »[12]. La France en effet ne demande qu'à voir dans l'Amérique – et le Président Obama ne peut à lui seul inverser cette tendance[13] – cette « puissance belliqueuse » que lui désigne Thierry Meyssan (le russe Mikhalkov, qui a sûrement beaucoup lu sur le sujet, y voyant quant à lui un « grand, magnifique, terrifiant projet commercial »). C'est à Washington que l'on reproche tous les désordres mondiaux, qu'ils soient militaires, politiques ou économiques. C'est à Washington également que l'on impute la faiblesse de l'Union Européenne, traitée comme une « colonie américaine » soit « l'inverse de l'Europe puissante et indépendante que nous voulons » (Latsa). L'ancienne puissance coloniale pourrait, aux côtés de Moscou, tenir le discours anticolonialiste dont elle ferait les frais aux côtés de Washington.

Au plan politique, l'hostilité à ce qu’Hubert Védrine appelait l'hyperpuissance américaine se traduit par la critique de l'unilatéralisme (la propension de Washington à résoudre les conflits sans demander l'avis de quiconque). En France, cette critique naît avec la Vème République, sous de Gaulle, donc durant la Guerre Froide. En Russie, elle n'apparaît qu'après la disparition de l'URSS, plus précisément avec l'élection de Vladimir Poutine, qui rejette le « nouvel ordre mondial ». Il y a là un grand malentendu. Moscou en effet veut recréer avec Washington cette relation privilégiée du temps de la guerre froide et que la politique de "détente" (conduite par Nixon et Brejnev dans les années 1970) semblait avoir rationalisée. Or c'est précisément pour empêcher ce quasi-condominium et rompre la logique des blocs dont la crise des missiles reste la meilleure illustration que les gaullistes recherchaient le dialogue avec la Russie. En d'autres termes, si la France et la Russie s'opposent tous deux à l'unilatéralisme, c'est parce que l'une préfère le format multilatéral-multipolaire, et l'autre le format bilatéral-bipolaire. Dans ce cas, pourquoi Alexandre Latsa, apparemment si fin connaisseur du Kremlin, prétend-il que « les Russes imaginent un monde de 2020 très multipolaire » ? Et pourquoi cet autre expert qu'est Aymeric Chauprade n'imagine-t-il, comme conséquence des choix russes, qu'un monde unipolaire ou multipolaire ? Le retour en force d'une logique bipolaire est-il à ce point improbable ?

À ces considérations purement stratégiques s'ajoute la crainte de renvoyer au monde une mauvaise image de la France. Il faut tenir tête à « l'axe démoniaque Washington-Bruxelles-Tel Aviv » (l'expression est de Kris Roman, président de l'association Euro-Rus) non seulement pour rester une Grande Nation, mais aussi pour ne pas prendre part aux agressions américaines. Car en « collaborant » avec l'OTAN et nul n'ignore le sens que prend en France un tel mot , « l'Europe se met en position conflictuelle avec des acteurs essentiels à la stabilité et la paix » en l'occurrence avec la Russie, devenue « l'hyper-centre de résistance à l'américanisation forcée et à l'extension agressive et criminelle de l'OTAN ». Ces incitations à se désolidariser des barbares exploitent un penchant plus présent sans doute chez les Français que chez personne d'autre.

L'antilibéralisme

L'attrait du projet de Grande Europe s'explique en outre par la conscience qu'ont de nombreux Français de n'être plus un modèle pour personne, non seulement en tant que Français, mais en tant qu'Occidentaux. Le phénomène n'est pas nouveau : dès avant la seconde guerre mondiale, et bien avant Bernard-Henri Levy, Raymond Aron regrettait la préférence de certains de ses compatriotes pour les régimes autoritaires, et consacra par la suite l'essentiel de sa réflexion à défendre les démocraties libérales à la fois contre les cyniques et les idéalistes qui n'en appréciaient plus ni les bienfaits ni la subtilité. La critique aronienne est encore valable aujourd'hui, puisque c'est une fois de plus à la démocratie libérale que s'en prennent les chantres du Kremlin.

La critique de l'ultralibéralisme est aujourd'hui un lieu commun que les russophiles exploitent sans retenue. Tant les gaullistes que l'extrême-droite n'ont de cesse que de dénoncer la mondialisation et le « turbo-libéralisme capitaliste » (Kris Roman) menaçant la souveraineté et l'identité des Nations. A la main invisible du marché, qui paraît-il est américaine, on oppose un  modèle de gouvernance « musclé », capable de défendre ce qu'il y a de plus cher aux yeux des Européens de l'ouest par ailleurs si attachés à leur État-providence, et par là-même suffisamment sensibles aux arguments étatistes. C'est au nom de la diversité culturelle qu'Aymeric Chauprade[14] explique que l'État n'a pas partout la même fonction et joue dans certains pays un rôle prépondérant, comme en Russie ou en Chine, où la propriété privée peut à l'occasion s'effacer derrière le « bien commun ». Ce qu'on a longtemps appelé le despotisme oriental séduit ces Européens russophiles non pas malgré ses méthodes viriles, mais précisément en raison du pouvoir extraordinaire qu'il confère à l'État, présenté comme une solution au désordre du marché. Les propos « musclés » de l'ancien Président russe Vladimir Poutine sur les tchétchènes, sa réponse « musclée » à un journaliste occidental qui l'interrogeait sur la guerre en Tchétchènie, sa détermination « musclée » face aux dirigeants de l'usine de Pikalevo, son discours « musclé » à la Conférence de Munich sur la sécurité en 2007[15], sont autant de qualités que les russophiles apprécient et opposent à l'anarchie des sociétés occidentales.

Les Français sont en revanche trop imbibés de morale progressiste pour se convaincre que le cosmopolitisme ou « diversité » est un « défi », au même titre que la menace terroriste ou la mondialisation. Si l'éloge de l'État fort repose sur une critique du libéralisme au sens classique, la critique de l'immigration massive vise la variante progressiste du libéralisme, que les anglo-saxons appellent liberalism[16]. En vérité, si la majorité des Français aujourd'hui préfèrent voir dans la Russie une ennemie plutôt qu'une amie, c'est parce qu'ils sont non pas libéraux, mais liberals, c'est-à-dire acquis à l'idéologie des droits de l'homme et des « droits économiques et sociaux particulièrement nécessaires à notre temps » inscrits dans le préambule de notre constitution.

 

Le flou théorique de la Grande Europe

Il ne faut pas s'étonner qu'en France l'argumentation de la classe politico-médiatique soit si pauvre à l'endroit de la Russie. L'importance accordée aux droits de l'homme peut être regardée comme un moyen d'échapper à la contradiction entre la vulgate antilibérale et l'hostilité à la politique du Kremlin. Car le jacobin n'assume pas sa passion pour l'État et ne reconnaît pas sa philosophie généreuse dans l'évolution politique et sociale de la Russie. Si donc la Grande Europe ne fait pas plus d'adeptes, ce n'est pas parce que le libéralisme est chez nous l'idéologie dominante, ni parce que les impérialistes américains ont partout des agents, mais plus simplement parce qu'en Europe occidentale l'idéologie des droits de l'homme interdit de tolérer les effets secondaires d'une politique interventionniste par ailleurs tenue pour la seule alternative réelle à l'ultralibéralisme.

Il y aurait pourtant beaucoup à dire sur l'Europe dont rêvent les russophiles. Pour convaincre les Européens que leur avenir est à l'est, il ne suffit pas de leur promettre la puissance, il faut encore les conforter dans l'idée que la Russie est bien un allié naturel. Or rien n'est moins sûr. Les promoteurs de la Grande Europe souvent ne retiennent qu'une partie de la réalité et négligent l'autre quand elle contrarie leur optimisme. A l'amputation des faits s'ajoute l'incohérence de l'analyse : réalisme et idéalisme se cèdent mutuellement la place selon les besoins de l'argumentation. Enfin, le programme manque de clarté. Les prophètes de la Grande Europe n'en donnent pas tous la même définition, et il arrive qu'ils se contredisent eux-mêmes.

La Russie vraiment européenne ?

Les partisans de la coopération euro-russe partent du présupposé que la Russie est européenne. Selon Alexandre Latsa, la Russie serait la partie orthodoxe et orientale de l'Europe, laquelle n'appartiendrait qu'en partie à l'Occident. Alexandre del Valle préfère parler d'espace panoccidental regroupant les pays de culture judéo-chrétienne, démocratique et européenne. Il n'est pas jusqu'au géopolitologue Jean-Sylvestre Mongrenier[17] qui n'accrédite la thèse d'une Russie européenne, du moins jusqu'à l'Oural.

Sur quels critères se fonder pour affirmer l'européanité de la Russie ? Sur la géographie ? Mais on sait qu'en faisant de l'Oural la frontière de l'Europe, le géographe Tatichtchev ne faisait qu'étayer les vues géopolitiques de Pierre le Grand, puisque la chaîne de l'Oural, dont les plus hautes montagnes culminent à 1894 mètres, ne peut être considérée comme une frontière naturelle. Sur le grand schisme de 1054 ? Certains n'hésitent pas à surmonter la distinction entre civilisations catholique (aujourd'hui catholico-protestante) et orthodoxe en insistant sur un commun patrimoine judéo-chrétien. D'aucuns conditionnent l'européanité de la Russie au respect des droits de l'homme. Mais c'est oublier que l'Europe n'a pas de monopole des bons sentiments.

Reste l'opinion. Et sur ce point les chiffres sont sans appel. On a pris l'habitude d'affirmer que la Russie s'est européanisée au XVIIIème siècle sous le règne de Pierre le Grand. C'est oublier que cette modernisation par l'ouest ne concernait qu'une petite élite. Selon un sondage[18] de l'institut Levada, 71% des Russes disent ne pas se sentir européens. Le sociologue Sergeï Belanovski a critiqué[19] le manque de rigueur de cette étude, expliquant que les valeurs dites européennes ne sont pas si impopulaires qu'elle le laisse entendre, et que l'Europe ne constitue pas une menace aux yeux des Russes. Mais nulle part Belanovski ne prétend que la Russie est européenne, bien au contraire : aux yeux du sociologue ces 71% de « non-européens » ne font que refléter la non-appartenance de la Russie à l'espace géographique européen. Quoique l'on pense des 29% restants, l'existence de tels sondages reflète une ambiguïté impensable en Europe. Si la Russie était européenne, elle serait la première à le savoir et la dernière à en douter.

Naïveté ou cynisme ?

Le discours paneuropéiste russophile prend des airs de propagande quand il reprend le discours officiel du Kremlin. La Russie est certes victime de nombreux clichés et on a parfois l'impression que la critiquer est pour les occidentaux une manière de prouver que la puissance ne les intimide pas. Les russophiles en ont conscience qui font souvent précéder leurs slogans d'une critique de la bienpensance occidentale coupable de déformer la réalité. Sous prétexte de tordre le cou aux idées reçues, ils justifient systématiquement les choix de Poutine et Medevedev, comme si la politique russe était immunisée contre ces travers que l'on reproche aux puissances occidentales.

Alexandre Latsa aime à rappeler que Moscou appelle de ses vœux un monde multipolaire où l'unilatéralisme américain n'aurait plus cours. Mais qui peut croire sincèrement que la Russie, soucieuse de redevenir une superpuissance, se contentera d'être un acteur parmi d'autres dans les relations internationales ? Il est plus probable et Poutine n'en fait pas mystère que derrière l'éloge du multilatéralisme se cache la nostalgie d'une bipolarité rassurante[20]. C'est donc à l'Est, et non à l'Ouest comme le prétend Alexandre del Valle, qu'il faut chercher la nostalgie de la guerre froide, qui permettait à la Russie de monnayer sa coopération contre des sphères d'influence.

Il est pareillement curieux que les chantres de la Grande Europe voient dans la théorie du choc des civilisations l'expression d'une agressivité occidentale pathologique à l'endroit des Russes, quand on sait l'intérêt que ces derniers portent aux théories d'Huntington. Si les russophiles européens ont un problème avec l'approche culturaliste d'Huntington, les Russes quant à eux n'en ont aucun, au contraire : ils s'admettent volontiers comme slaves-orthodoxes et ne sont pas les derniers à reconnaître l'existence d'obstacles culturels au processus d'uniformisation induit par la mondialisation. Comment ne pas en déduire que pour les groupies du Kremlin l'identité n'est pas un fait, mais un privilège ? Ainsi les Russes auraient le droit de croire à l'existence des civilisations, mais pas les Occidentaux, que l'on suspecte de ne chercher chez Huntington qu'une justification savante de leur agressivité.

Les promoteurs de la Grande Europe idéaliseraient-ils la Russie ? Oui, à en juger par le thème récurrent du taliban formé par l'empire Américain comme si le KGB n'avait jamais soutenu les terroristes en Europe et au moyen-orient. On comprend vite, en les écoutant, que les russophiles parlent deux langages, imitant en cela les hommes du Kremlin. C'est au nom du droit d'ingérence et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes autrement dit au nom de la Charte des Nations Unies que Moscou défend Ossètes et Abkhazes contre la Géorgie, justifiant par ailleurs les séparatismes ossètes et abkhazes par l'indépendance du Kosovo, autrement dit par la règle fort peu onusienne du donnant-donnant.  Mais si l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie est pour la Russie et ses chantres une question de principe, pourquoi la mettre en équation avec celle du Kosovo et procéder ainsi à un vulgaire marchandage?

Un avenir pas forcément radieux

Sur la brochure, la Russie est un pays qui monte, tant au plan démographique qu'économique. Ce slogan mérite d'être nuancé. Il est vrai qu'à 1,2, la natalité russe rivalise avec celle des pays développés (France, Allemagne, Italie, etc.), mais le taux de mortalité reste constant, et la baisse démographique depuis 1994 a ramené la population de la fédération à 141,9 millions son niveau de 1984. L'histoire et les hommes étant ce qu'ils sont, on ne peut affirmer avec certitude, comme l'ont fait des démographes américains, qu'en 2050 la population russe tombera à 110 millions, mais il serait encore plus hasardeux d'annoncer une reprise ou même une stabilisation en se basant simplement sur les statistiques des trois dernières années. Alexandre Latsa[21] souligne que la démographie russe ne se porte pas plus mal que celle de la Chine ou des pays du G7. C'est reconnaître involontairement que la situation de la Russie est aussi critique que celle de la France ou de l'Allemagne.

La situation démographique russe est d'autant plus préoccupante qu'en Russie comme en Europe occidentale la hausse de la natalité est souvent le fait de populations n'appartenant pas au groupe national dominant. Et en Russie comme en Europe occidentale, c'est là un problème qu'on aborde avec les plus grandes précautions. La réaction ne se fit pas attendre en 2007 quand Boris Nemtsov[22] s'inquiéta du « danger mortel » que représentait la forte natalité des régions musulmanes, comme la Tchétchénie ou le Daguestan, pour l'équilibre entre les différentes nations d'une Fédération qui, rappelons-le, se veut multinationale, multi-ethnique et multiconfessionnelle. Pour rassurer les citoyens musulmans, Nemtsov dût rappeler les origines tatares de sa femme et déclara : « je ne peux être islamophobe puisque j'aime mes enfants ». On sait le danger qu'il y a en France à rappeler la part des familles musulmanes dans le total des naissances. La question est peut-être encore plus polémique en Russie, où les musulmans (8 à 15% de la population) ne sont pas des immigrés et où l'on se targue d'être au croisement de plusieurs civilisations.

L'économie de la Russie ne se porte guère mieux que sa démographie. La crise financière mondiale a rappelé en effet que la croissance russe était largement tributaire du cours des matières premières (gaz et pétrole notamment). La corruption est un autre obstacle à la croissance : à l'été 2009 un expert russe estimait qu'avant la crise, la corruption avait coûté 3 points de croissance à l'économie russe. De quoi tempérer l'enthousiasme des russophiles.

Que faire ?

 Mais la difficulté majeure à laquelle on se trouve confronté quand on examine le projet de Grande Europe, c'est l'imprécision des termes. Les chantres de l'axe Paris-Berlin-Moscou sont tous partisans d'un rapprochement euro-russe qui ne se limiterait pas à la signature de simples accords politiques, diplomatiques ou commerciaux. A l'Europe légale que nous connaissons aujourd'hui sous le nom d'Union Européenne, Alexandre Latsa oppose une Europe « charnelle et réelle ». L'association Euro-Rus chante l'unité. Alexandre del Valle quant à lui préfère parler de panoccident, se démarquant en cela d'Alexandre Latsa, pour qui l'Occident n'a pas d'avenir, et de Kris Roman, qui ne se « sent » pas occidental. Mais on n'explique pas, ne serait-ce que dans les grandes lignes, comment parvenir à cette « réunification » du continent. L'on se contente d'expressions très vagues relatives à la géographie (« espace ») ou au type de rapport privilégié entre les États (« alliance »).

La vision la plus précise est celle d'Henri de Grossouvre[23] qui appelle de ses voeux une Europe-puissance construite autour d'une confédération franco-allemande, ayant donc son point de gravité en Europe de l'Ouest, mais dans une Europe de l'Ouest très compréhensive vis-à-vis de Moscou et capable de contenir les humeurs des anciennes démocraties populaires. Mais ce projet doit sa précision au fait qu'il n'implique rien de plus qu'une coopération plus poussée entre l'Union Européenne et la Russie, fût-ce au détriment des États baltes et polonais.

Faut-il voir dans ce flou théorique une incapacité intellectuelle à concevoir une Grande Europe où des puissances moyennes voire mineures cohabiteraient avec la deuxième puissance militaire mondiale ? Les passionnés de géopolitique toujours prompts à railler l'idéalisme hypocrite de l'Occident pour mieux louer le franc pragmatisme du Kremlin hésiteraient-ils à regarder en face cette chimère paneuropéeiste enfermant dans une même pièce des nations aux cultures politiques si éloignées ?

*
*  *

 

   L'idée d'une Grande Europe de Brest à Vladivostok est typiquement européenne : à Moscou personne ne l'envisage sérieusement. Tout au plus répète-t-on que l'Europe et la Russie ont de nombreux intérêts communs, mais ce n'est là qu'une manière pour les Russes d'empêcher que les Européens de l'Ouest, encouragés par ceux de l'Est, ne pratiquent un atlantisme trop marqué.

 

Du reste, rien ne s'oppose à ce que les États de l'Union Européenne coopèrent avec Moscou sur des dossiers tels que l'énergie, la sécurité internationale ou encore le trafic de drogue. Ils devront seulement se guérir de l'illusion que la réponse aux grands problèmes de notre temps passe par les grands ensembles. Car si l'Europe est impuissante aujourd'hui, ce n'est pas pour des raisons géopolitiques, comme le voudraient les partisans de l'union continentale, mais parce qu'elle a fait le choix de la faiblesse[24], laissant aux Américains le soin de défendre le continent.

C'est pourquoi le projet de Grande Europe doit être regardé non comme un remède à l'impuissance européenne, mais comme l'alternative à la solidarité occidentale; non comme la correction d'un travers, mais comme le dispositif permettant l'exploitation de ce travers par une Russie soucieuse avant tout de son propre intérêt, comme n'importe quelle puissance. Tout en se disant pragmatiques et réalistes, les amoureux du Kremlin passent cette réalité sous silence. Il faut souhaiter que les Européens de l'Ouest aient, quant à eux, encore assez de bon sens pour ne pas l'oublier.

Nils Sinkiewicz.



[1]. Jean-Robert Raviot, « Démocratie à la russe », Ellipses, 2008.

[2]. Françoise Thom, « Russie-Europe : les risques du redémarrage », diploweb.com, 2 février 2010.

[3]. Dmitri Rogozine, « Rossia krupneïchaya tchast' Evropy i poslednyaya ee nadejda », inosmi.ru, 3 juin 2010.

[4]. Entretien avec Alexandre Latsa, fr.novopress.info, 26 mars 2010.

[5]. Aymeric Chauprade, « La Russie, obstacle majeur sur la route de l'Amérique-monde », realpolitik.tv, 1er février 2009.

[6]. Entretien avec Dmitri Medvedev, izvestia.ru, 7 mai 2010

[7]. André Waroch, « La Russie, nouvel espoir des Européens », europemaxima.com, 8 novembre 2009.

[8]. Entretien avec Nikita Mikhalkov, telerama.fr, 19 avril 2010.

[9]. Entretien avec Laurent James, Voxnr.com, 10 avril 2010.

[10]. Alexandre Latsa, « Moscou, capitale de l'Europe », alexandrelatsa.blogspot.com, 29 novembre 2008.

[11]. Alexandre del Valle, « La nouvelle alliance franco-russe, condition de l'équilibre européen et panoccidental », France Soir, 5 mars 2010.

[12]. Thierry Meyssan, « La Russie appelle les Européens à quitter l'OTAN », voltairenet.org, 9 mars 2007.

[13]. Le 18 décembre 2008 une enquête du Pew Global Attitudes Project a révélé que l' « Amérique de Bush » ne rassemblait en France que 42% d'opinion favorables (contre 53 en Grande-Bretagne, 33 en Espagne, et 31 en Allemagne). Mais après la Pologne, c'est en France que l' « Amérique d'Obama » suscite le plus de sympathie, avec 73% d'opinions favorables en 2010. Toutefois cette hausse de popularité ne remet pas en cause les sentiments antiaméricains des Français, Obama étant perçu avant tout comme le fossoyeur de l'Empire américain, autrement dit le Gorbatchev des États-Unis. Source : pewglobal.org

[14]. Aymeric Chauprade, « La Russie, obstacle majeur sur la route de l'Amérique-monde », realpolitik.tv, 1er février 2009

[15]. Lire à ce sujet l'article de Thierry Meyssan, « La Russie appelle les européens à quitter l'OTAN », voltairenet.org, 9 mars 2007.

[16]. Sur la mutation du libéralisme, lire James Burnham, "The Suicide of the West", 1964.

[17]. Jean-Sylvestre Mongrenier, « De l'Antlantique à l'Oural : les relations Paris-Moscou », fenetreeurope.com, 15 juillet 2007.

[18]. Source : http://www.levada.ru/press/2007021501.html

[19]. Sergeï Belanovski, « Rossiïane otvergaïout evropeïskie tsennosti ? », kreml.org, 26 juin 2007

[20]. Arnaud Kalika, « L'Empire aliéné », CNRS éditions, 2008, pp. 175-176

[21]. Alexandre Latsa, « Les 25 mythes russophobes », alexandrelatsa.blogspot.com, 25 décembre 2009

[22]. Boris Nemtsov, « B. Nemtsov stchitaet povycheniïe rojdaemosti v mousoul'manskikh reguionakh opasnym dla Rossii », sova.ru, 17 octobre 2007

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans International
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche