Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 18:30
Les identités remarquables    


de Sébastien Lapaque

Mis en ligne : [12-10-2009]

Domaine : Lettres



Romancier, essayiste, critique littéraire au Figaro, Sébastien Lapaque a déjà publié plusieurs romans et recueils de nouvelles :  Les Barricades mystérieuses (Babel noir, 1998), Les Idées heureuses (Actes Sud, 1999),  Mythologie française (Actes Sud, 2002), ainsi que des essais et pamphlets:  Georges Bernanos encore une fois (Babel, 2002), Sous le soleil de l'exil, Georges Bernanos au Brésil (Grasset, 2003), Il faut qu'il parte (Stock, 2008), Sermon de Saint François d'Assise aux oiseaux et aux fusées (Stock, 2008). Egalement disponible chez Actes Sud,  Le Petit Lapaque des vins de copains (2006), dont paraît en septembre 2009 une édition mise à jour.
 

Sébastien Lapaque, Les identités remarquables, Paris, Actes Sud, Août 2009, 174 pages.


Présentation de l'éditeur.
"Tu vas mourir, aujourd'hui, et tu ne le sais pas encore." Dès la première phrase de cette chronique d'une mort annoncée - dès la première minute de cette journée particulière où se reflète la brièveté de toute existence -, un homme fait à la fois figure de héros et de victime. Et c'est lui, inconscient, égotiste et jouisseur, que le roman interpelle et tutoie comme s'il tendait à notre insouciante finitude un miroir. Plaisir de se croire si beau, privilège d'aimer, hélas fort mal, une exquise petite marchande de jouets, délice de convoiter une banquière aux yeux de biche, de se couler dans l'hédonisme d'une vie simplifiée. Mais en secret, une vierge froide et un tueur prédestiné trament le scénario de la vengeance familiale. Sur cette inexorable partition qui emprunte son tempo au roman policier, ses arpèges au catalogue de la consommation courante, ses harmoniques à la liberté de parole et son andante aux mirages des satisfactions éphémères, Sébastien Lapaque chante la vie derrière soi et salue, non sans ironie, le passage du temps.

Critique de Michel Crépu. - Revue des deux mondes, octobre-novembre 2009.

Journal littéraire. Resté un long moment perplexe à la lecture des Identités remarquables, très beau livre de Sébastien Lapaque, mieux connu, si je puis dire, pour la critique littéraire qu'il tient au Figaro que pour son travail d'écrivain. Or il y a bel et bien un travail à considérer. L'occasion m'en est donnée ici avec ce livre insaisissable, écrit à la première personne, un "je" annonçant d'emblée qu'il va mourir aujourd'hui, mais qui ne le sait pas encore.  Cet aujourd'hui, dirait-on, a une valeur autant métaphorique que circonstancielle, Lapaque jouant des deux avec finesses acuité, pudeur. Les souvenirs sont là, les corps désirables, la présence de Caroline, "la grâce de la rue qui le mène jusqu'à elle", tous ces menus détails du chemin, connus par coeur, récités comme un poème, les amitiés aussi bien, comme celle qui l'attache à Laroque le professeur.  Pour les souvenirs, il y en a beaucoup, ils forment comme un tissu, une substance de fond - mais rien ici qui emprunte à la fausse chronique autobiographique - et parfois ouvrant sur des blessures terribles. Ainsi le père qu'on devine, moqué par ses frères qui le traitent entre eux de "tapette", et l'enfant, son fils, entendant ces mots à la dérobée, les recevant comme un coup de poignard... Je m'en moque un peu, de l'intrigue, je préfère me laisser prendre par cette sensibilité à l'instant qui permet de tout filtrer jusqu'à un certain vertige. Un livre étrange, sans fond, certainement un des plus secrets de cette rentrée.

Partager cet article

Repost 0
la revue critique des idées et des livres - dans Notes Lettres
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche