Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 13:40
Talleyrand
Dernières nouvelles du diable
 
de Emmanuel de Waresquiel
Mis en ligne : [20-02-2012]
Domaine : Histoire
Talleyrand.gif
 
Emmanuel de Waresquiel, né en 1957, est historien. Ancien élève de l'Ecole normale supérieure, il est un spécialiste de l'histoire du XIXe siècle et du mouvement des idées. Il a récemment publié : Cent Jours, la tentation de l'impossible, mars-juillet 1815 (Fayard, 2008), Le duc de Richelieu (Perrin, 2009), Une femme en exil : Félicie de Fauveau, artiste, amoureuse et rebelle (Robert Laffont, 2010).
 

Emmanuel de Waresq uiel, Talleyrand, dernières nouvelles du diable. Paris, CNRS, septembre 2011, 210 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Après l’immense succès de son Talleyrand, Emmanuel de Waresquiel prolonge sa réflexion sur cette figure fascinante, ténébreuse, tortueuse, immorale et géniale, en une série d’études que l’on lira comme le complément indispensable à la biographie du grand homme d’Etat.Virevoltant d’un monde à l’autre, grand seigneur corrompu, cynique absolu, maître espion et maître chanteur, diplomate hors pair qui négocia le Concordat et orchestra le Congrès de Vienne, monarchiste sous la monarchie, révolutionnaire sous la Révolution, bonapartiste sous Bonaparte, le « diable boiteux » a traversé les régimes et sauté les obstacles avec une souplesse, une intelligence des hommes et une rouerie à nulle autre pareille.Emmanuel de Waresquiel nous rappelle qu’au-delà des trahisons et des reniements, l’évêque défroqué fut, d’abord et surtout, un fils des Lumières, un théoricien libéral habité par l’idée que la raison devait toujours l’emporter sur les sentiments, et le calcul des possibles sur l’utopie. Il nous montre le diplomate en action, l’homme de paix et l’Européen, le confident du tsar Alexandre, le négociateur de Presbourg, Erfurt, Paris et Vienne.Il nous montre le formidable metteur en scène de son propre personnage, l’étiquette et les convenances, l’intimité et le charme, le savoir-faire et le savoir-vivre. Il nous montre, derrière les miroirs, derrière ses images innombrables, un homme extraordinairement complexe, paradoxal, pudique et secret, dont la destinée a profondément marqué l’histoire de la France moderne.
 
Recension. - L'Histoire, novembre 2011.
Après le succès public et critique de son Talleyrand paru en 2003, Emmanuel De Waresquiel nous propose ces Dernières nouvelles du diable boiteux : en effet "le cadavre bouge encore" ! Ce nouvel opus se compose de textes inédits ou parus de manière dispersée depuis 2003. Evoquer le grand seigneur des Lumières, le visiteur curieux d'une Amérique en devenir, le gastronome le plus réputé de Paris, l'incomparable maestro du jeu politique du printemps 1814, le mourant tracassé par sa postérité, envisager la modernité du personnage, c'est montrer combien l'homme fut "complexe, divers et successif". "Successif": on aime ce dernier adjectif, qui manifeste autant de modestie que d'élégance chez son biographe. Car l'unité d'un homme est fait de vérités qui se construisent, se renforcent au fil du temps et se contredisent aussi, souvent. Soulignons le profit et l'agrément que le lecteur prendra à la lecture de deux chapitres, l'un consacré à la "vision européenne" de Talleyrand, l'autre au "bon usage de la méthode" en matière diplomatique. Et quand le savoir-faire sait trouver l'accord parfait avec le savoir-vivre, les leçons du diable sont toujours bonnes à prendre.

Partager cet article

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article

commentaires

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche