Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 19:27

« L’imposture climatique » et l’indignation des belles âmes

 

Luc Ferry a publié dans Le Figaro du 20 octobre dernier une superbe chronique qui nous a complètement échappé. Nous la donnons intégralement ci-dessous. Ferry y défend courageusement  Allègre contre les mystificateurs du "changement climatique". Il plaide pour une écologie sérieuse, raisonnée et responsable, qui cherche à répondre aux priorités du moment - la malnutrition et l'accès à l'eau, premiers fléaux de la planète -  en ne cédant ni à  la peur, ni à l'ignorance, ni à la pression médiatique. Ce texte, plein d'intelligence, empreint de cette ironie mordante qui fait l'esprit français, doit être lu et largement diffusé. On notera qu'il s'agit d'un texte positif, offensif qui confirme la profonde  évolution qui se fait jour dans les milieux universitaires et intellectuels  vis-à-vis de l'écologie politique et de ses dérives idéologiques. En cette fin d'année 2010, voilà encore un signe encourageant du retour de l'esprit critique !

Paul Gilbert.

 

Claude Allègre, après la tempête déclenchée par son livre, L'Imposture climatique, a décidé de renouer avec des actions positives en créant une fondation pour l'écologie. Il m'a demandé d'en faire partie. J'ai accepté et, depuis lors, je suis assailli par une cohorte d'indignés qui m'incitent ardemment à ne pas m'afficher avec un homme aussi politiquement incorrect. Corinne Lepage a publié sur son blog un édito rageur qui dénonce cette connivence coupable et accuse mon propre livre, Le Nouvel Ordre écologique, d'avoir fait « perdre vingt ans » aux progrès de l'écologie politique en France. Rien que ça ! C'est me faire beaucoup d'honneur.

C'est surtout se tromper du tout au tout sur le sens de mes interventions. Loin de lui être hostiles, elles en appellent au contraire à la création d'une écologie scientifique et humaniste enfin débarrassée des oripeaux du gauchisme. Comme Allègre n'a cessé de le dire, le terme « d'imposture » ne visait dans son esprit ni les écologistes authentiques ni a fortiori les scientifiques. Il portait sur deux points - et dans les deux cas, je suis convaincu qu'il a raison. C'est donc sans le moindre état d'âme que je persiste et signe. Voici pourquoi.

En premier lieu, il me semble en effet aberrant de prétendre prédire le climat général de la planète dans un siècle, attendu que nous n'avons pas la moindre idée de l'état de l'humanité dans trente ans. Y aura-t-il eu des guerres, des progrès démocratiques ou technologiques insoupçonnés, de nouvelles sources d'énergie découvertes ou mises au point ? Nul n'en sait rien. On objectera que c'est justement pour ça qu'il faut appliquer le principe de précaution. Erreur funeste. Il faut au contraire innover, inventer, prendre des risques intellectuels et politiques comme jamais.

Pourquoi ? Mais parce que, de toute façon, nous n'avons, nous les Européens, aucun moyen ni aucun droit d'empêcher l'Inde et la Chine d'entrer, comme nous l'avons fait nous-mêmes sans vergogne, dans l'ère de la consommation de masse. Ce n'est pas en saccageant la recherche sur les OGM ni en limitant notre développement qu'on sauvera la planète, car nous ne stopperons pas le leur, mais en inventant des moyens de les aider à le conduire sans dévaster le monde. On objectera que c'est un pari risqué. Sans doute. J'affirme seulement que de là où nous sommes, c'est-à-dire en Europe, il n'en est rigoureusement aucun- autre. Il est absurde d'imaginer que, de Paris ou de Bruxelles, nous allons freiner la croissance des nouveaux entrants. Or c'est pourtant là l'essentiel du problème. Si une chose est juste dans le Grenelle cher à Jean-Louis Borloo, c'est bien celle-ci : c'est en intégrant l'écologie à l'économie, en investissant dans la recherche et l'innovation qu'on protégera l'Univers, pas en nous infligeant des taxes ni en cultivant le mythe de la décroissance.

Dans ces conditions, et telle est la seconde imposture pointée par Allègre, c'est une faute de persuader nos dirigeants que la priorité des priorités réside dans le changement climatique. Un enfant meurt de malnutrition toutes les six secondes. Cela se passe aujourd'hui, ici et maintenant, sans que nos politiques s'en émeuvent. Mais pour en rester à la seule écologie, la question démographique et celle de l'eau sont à l'évidence autrement plus urgentes que celle du climat. Pourquoi laissent-elles de marbre nos dirigeants, alors que les travaux du Giec réunissent une centaine de chefs d'État à Copenhague autour de l'avenir du protocole de Kyoto ? Face à cette logique médiatico-politique exorbitante, tous les autres sujets semblent avoir disparu comme par magie. Est-ce raisonnable ? C'est ici toute la question de la hiérarchisation des priorités en matière d'écologie qu'il faut reprendre à la racine.

Devant ces distorsions de la réalité, la question décisive est la suivante : jusqu'à quand allons-nous continuer à accepter que l'écologie soit guidée au seul radar de l'émotion médiatique ? Qu'il y ait eu, de part et d'autre, des maladresses et des excès est bien possible, et sans doute regrettable. Du reste, Claude Allègre n'en fait pas mystère : son combat pour rouvrir une discussion qui était verrouillée est maintenant derrière lui. Depuis plus de vingt ans, nous plaidons l'un comme l'autre pour une réconciliation de l'écologie, de la démocratie et de la science. Là est l'essentiel, et sur ce terrain, je vois mal à quel titre les écologistes et les scientifiques authentiques pourraient ne pas nous rejoindre.

Luc FERRY, Le Figaro du jeudi 21 octobre

 

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Idées
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 11:50
.................................................................................................................................................
Hiver 2010/2011       
Rousseau
et ses héritiers       
Ecolos
.................................................................................................................................................

- En 1912, par François Renié. [lire]

Les idées et les livres

- La question allemande, par Henri de la Barre de Fréville. [lire]
L'Allemagne a cessé d'être le bon élève de l'Europe. Elle a profité de la crise financière de 2008 et du désarroi des institutions communautaires pour se faire un autre visage. Celui d'un Etat sûr de son destin et qui ne veut plus transiger sur ses intérêts. "Ou l'Europe en passe par l'Allemagne, ou il n'y aura plus d'Europe", semble nous dire Mme Merkel en pleine crise de l'euro. Le torchon brûle entre Berlin et la Commission et il brûle aussi avec Paris et Londres. La nouvelle Allemagne a-t-elle réellement les moyens de ses ambitions en Europe et dans le monde ? Ou ne cherche-t-elle pas plutôt à jouer son va-tout, au moment où son déclin démographique s'amorce ? N'est-elle pas en celà plus dangereuse pour nous ?

- Rousseau et ses héritiers, par Vincent Maire. [lire]
Avec le succès de l'écologie politique, on assiste au retour en grâce des idéologies naturistes, que le marxisme avait cru supplanter. Rousseau revient à la mode et, avec lui, une certaine vision du monde, méfiante vis-à-vis de l'histoire, de l'idée de civilisation et qui évacue rapidement la question du travail. Des philosophes et des penseurs, à droite comme à gauche, commencent à s'élever contre ce qu'ils considèrent comme une régression intellectuelle. Quelle place tient le "rousseauisme" dans la pensée des écologistes et de la fraction de la social-démocratie qu'ils influencent de plus en plus ? Comment d'autres courants de pensée - socialisme français, fédéralisme, traditionalisme - peuvent-ils servir d'antidote à cette nouvelle et envahissante doxa ?

- Nouveaux visages de la laïcité, par Antoine de Pascal. [lire]
La laïcité, qui faisait partie du magasin d'accessoires de la République, renait de ces cendres. L'extrême droite et une partie de la droite cherchent à en faire un instrument de combat contre l'islam et contre l'immigration nord-africaine. D'autres, à gauche, veulent profiter de l'islamophobie ambiante pour lancer une nouvelle croisade contre les religions, et c'est d'abord le catholicisme, qu'on cherche à atteindre. Sans compter ceux qui cherchent à importer par ce biais en France la querelle du Proche-Orient. Dérives dangereuses.

- Triomphe de Molière, par Eugène Charles. [lire]
Molière est une sorte d'énigme française. Il traverse le temps sans prendre de rides et chaque époque cherche à lui donner le beau rôle. Le XIXe siècle a fait de lui le sympathique représentant du bon sens bourgeois face aux excès de son temps. Le XXe siècle l'a peint sous les traits d'un contestataire avant la lettre. On découvre aujourd'hui qu'il était - tout comme La Fontaine - un homme de la "civilisation mondaine", à l'aise avec son époque et avec ses contemporains. La leçon de Molière est moins morale que politique. Elle cherche à préserver un certain art de vivre.

- Vaudeville chez Sherlock Holmes, un conte de Jean Giraudoux. [lire]
Jean Giraudoux ne fut pas seulement un homme de théâtre doublé d’un romancier hors pair. A partir de vingt ans, il écrit des nouvelles. Au retour d’un premier séjour en Amérique, il fait son entrée au Matin, un des gros tirages de la presse parisienne, où on lui demande de renouveler la rubrique des « contes du matin ». On y découvre un Giraudoux plein d’humour et de vie, farceur, presque potache, qui n’hésite pas à pasticher les classiques. Le conte que nous donnons ci-dessous illustre l’aplomb, voire l’effronterie avec lequel notre apprenti romancier traitait ses histoires. Il y est question de Sherlock Holmes, mais d’un Sherlock Holmes de comédie, qui est ici sa propre dupe.

- Le jardin français, poèmes de J. M. Bernard, T. Corbière, G. Fourest. [lire]

Chroniques

- Notes politiques, par Hubert de Marans. [lire]
Docteur Strauss et mister Kahn. - Malaise à la CGT. - L'Hôtel de la Marine.

- Chronique internationale, par Jacques Darence. [lire]
Sur le front de l'euro. - Censeurs et pyromanes. - Benghazi.

- La vie littéraire, par Eugène Charles. [lire]
Stendhal. - Albert Vidalie. - Jacques Réda. - Jean-Claude Pirotte.

- Idées et histoire, par François Renié. [lire]
Régis Debray, avec et sans frontières.

- Revue des revues, par Paul Gilbert. [lire]
Myopies démocratiques. - Pierre Manent. - Gide et Maurras. 

- Les livres, par Paul Gilbert, Eugène Charles, François Renié. [lire]
Mainstream (Frédéric Martel). - La nouvelle idéologie française (Béatrice Durand). - Alexandre Soljénitsyne (Lioudmila Saraskina). - La séparation des races (Charles-Ferdinand Ramuz).- Louis-Philippe (Arnaud Teyssier). - La grandeur de l'homme au siècle de Périclès (Jacqueline de Romilly). - Petite sélection stendhalienne. - Livres reçus.

 

Accès à la revue

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Sommaire Revue
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 11:37
boileau
 
1711-2011 : hommage à Nicolas Boileau
 

L'équipe de la Revue Critique des idées et des livres présente à Mgr le Comte de Paris, à la Maison de France, à ses lecteurs et à tous ses amis ses voeux de bonheur et de prospérité pour l'année 2011.

 

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans voeux
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 23:00
boileau.2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2011 : troisième centenaire

de la mort de Nicolas Boileau

 

La rédaction de la Revue Critique des idées et des livres présente à Mgr le Comte de Paris, à la Maison de France, à ses lecteurs et amis tous ses voeux de bonheur et de prospérité pour l'année 2011.


Repost 0
la revue critique des idées et des livres
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 12:07

Vérités socialistes

 

La vérité est-elle en train de devenir une idée neuve à gauche ? On pourrait le penser à la lecture des programmes que nous mitonnent les candidats aux primaires du PS. Vrai, il faut « parler vrai », nous disent-ils en chœur. Seule la vérité paye, n’essayons plus d’embobiner les Français avec des promesses, ca ne marche plus, cherchons au contraire à leur tenir un langage de vérité, ca dérange au départ, mais ca peut rapporter gros à l’arrivée… La sincérité, voilà donc le nouveau fonds de commerce des socialistes. Il a le mérite d’être simple, de bon goût, accessible à tous et surtout… de ne plus avoir à s’encombrer de promesses qu’on ne saura pas tenir. Car, bien entendu, pour nos éléphants roses, parler vrai, c’est d’abord chercher à nous convaincre qu’en dehors de la mondialisation régulée, rien – ou presque rien – n’est possible.

Chacun accommodera par la suite cette exigence de vérité à ses discours, sa conscience ou son génie propre, s’il en a.

Pour  M. Strauss-Kahn,  par exemple, cela ne fait aucun doute : « la gauche doit dire la vérité ». Invité de France Inter le 16 novembre dernier, le directeur général du FMI n’a pas eu de mots assez durs pour les hommes politiques et les gouvernements qui se laissent aller à faire des promesses alors que les marchés n’en tiendront aucune. Regardez la Grèce, nous suggère Dominique, les socialistes viennent de s’y faire réélire alors qu’ils ne promettent que du sang et des larmes. Voilà la nouvelle gouvernance mondiale qui se prépare – et dont il se déclare lui-même l’inventeur : des gouvernements de progrès à la manœuvre, « une gauche qui fait bouger le monde ». Et puis une droite qui ramasse la mise, une fois le sale boulot fait. Mais là, c’est nous qui rajoutons.

Pour M. Fabius aussi, la vérité est la seule voie possible vers le socialisme. A condition, naturellement, qu’elle soit à géométrie variable et qu’on puisse s’affranchir très vite des vérités périmées. C’est sans doute ce sens aigu de la vérité qui l'a conduit à faire adopter en novembre dernier par le PS une plateforme de politique étrangère ultra européiste, alors qu’il fut il y a cinq ans le chef de file des « nonistes ». C’est le même esprit de loyauté vis-à-vis de lui-même qui lui a récemment fait dire qu’en cas de victoire de la gauche la France ne sortirait évidemment pas du commandement intégré de l’OTAN [1], alors qu’il fut parmi les premiers à critiquer – et avec quelle véhémence – les lâchetés et les accommodements sarkozistes vis-à-vis de l’Amérique. Comme il n’a plus de perspective présidentielle, on dirait que M. Fabius s’est donné comme objectif de dégouter à jamais les Français de voter à gauche. Il y parvient assez bien.

Au jeu de la vérité, celle qui réussit tout de même le mieux, c’est Mme Aubry. Elle n’y a pas beaucoup de mérite puisqu’elle est tombée dedans lorsqu’elle était petite. Son père, en bon démo-chrétien, ne lui a-t-il pas appris qu’il fallait toujours dire la vérité ? C’est ce à quoi elle s’emploie depuis qu’elle est à la tête du PS. Vis-à-vis des chefs d’entreprises et des « forces vives économiques », en les rassurant sur le fait que le retour des socialistes au pouvoir ne changera à peu près rien pour eux, et qu’on pourra même revoir s’il le faut à la marge les 35 heures. Vis-à-vis du prolétariat urbain et rural, en lui promettant qu’à défaut d’ascenseur social, on ouvrira tout grand le dispensaire social, ce fameux « care » qui, dans la novlangue socialiste, s’assimile à une sorte de soupe populaire élargie aux choses de l’esprit. Quant aux militants et sympathisants, ils auront droit eux aussi à leur part de vérité avec les primaires, ce processus démocratique, transparent et ouvert, où aucun accord saumâtre entre tel et tel gros éléphant et contre tel(le) autre ne viendra troubler la partie. C’est promis !

Et puisque au PS, comme disait Zola, « la vérité est en marche », certains se demandent si le temps n'est pas venu de dire vraiment ce que l'on pense. C'est le cas de François Hollande.  On connaissait ses talents d’apparatchik et d’avaleur de couleuvres, mitterrandiennes ou jospiniennes. On connaissait aussi sa capacité à métamorphoser le « parti de la transformation sociale » en un gros ramassis d’élus radicaux-socialistes en mal de banquets républicains. On connaissait moins ses qualités de penseur. Le mal est réparé avec le petit manifeste qu’il vient de publier sous un titre alléchant, « Parlons de la France ». On sautera  rapidement les chapitres sur l’économie et le social, pleins d’idées plates et de pensées molles, pour en arriver à la politique internationale et à la défense. Là notre François se « lâche » et il s’ébroue. S’agissant du nucléaire, fini d’apparaître comme les « mauvais joueurs », il faut s’engager résolument dans le désarmement, quitte à être les dupes des jeux des autres grandes puissances. Pour les armes conventionnelles, puisque nous n’avons plus les moyens de notre indépendance, allons-y à fond dans la coopération avec les autres. Et pourquoi ne pas fusionner (oui, oui, vous lisez bien fusionner) nos forces terrestres avec celles de l’Allemagne ! Cette Allemagne, à qui le PS, dans sa plateforme de politique étrangère, offrirait bien un siège de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies! Désarmement nucléaire, intégration confirmée dans l’OTAN, retour au projet de Communauté européenne de défense, abaissement vis-à-vis de l’Allemagne… Voilà donc le rêve international des « hollandais » mis au clair : le retour à la IVe République, l’enterrement définitif du gaullisme, une France des grands discours, impuissante, rapidement inutile. Gageons, hélas, que c’est le rêve inavoué de beaucoup de socialistes.

Reste Ségolène. Sa déclaration de candidature a surpris sur la forme. Elle a promis de nous étonner sur le fond. Si c’est en se démarquant des « vérités » désespérantes ou malodorantes de ses camarades, elle sera la bienvenue. Chez les socialistes aussi, après tout, l’espérance pourrait être royale.

Hubert de Marans.



[1]. Devant l’Association de la Presse Internationale, à l’occasion de la présentation de la plateforme internationale du PS dont il a supervisé la rédaction, M. Fabius a confirmé, qu’en cas de victoire de la gauche, la France resterait dans le commandement intégré de l’OTAN (Source Marianne du 4 décembre 2010).


Repost 0
Hubert de Marans - dans Politique
commenter cet article
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 23:00
Parlez moi de la France           
 
de Michel Winock
Mis en ligne : [27-12-2010]
Domaine :  Idées  
Winock-2.jpg

 

Michel Winock, né en 1937, est historien. Il enseigne l'histoire contemporaine à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et est l'auteur de nombreux ouvrages sur la République, le nationalisme et l'histoire des idées. Il a récemment publié Clémenceau (Perrin, 2007), 1958, La naissance de la Ve République (Gallimard, 2008), L'Élection présidentielle en France, (Perrin, 2008), Le XXe siècle idéologique et politique (Perrin, 2009), Madame de Staël, (Fayard, 2010).


Michel Winock, Parlez-moi de la France. Paris, Perrin, octobre 2010, 347 pages.


Présentation de l'éditeur.
"Personne n'est plus convaincu que moi que la France est multiple", disait de Gaulle. Comment alors la décrire, pour la faire connaître et aimer ? " Les contradictions dont les siècles l'ont pétrie intimident le portraitiste, écrit Michel Winock. La France ne cesse d'être double, royaliste et républicaine, catholique et incrédule, parisienne et provinciale, hospitalière et xénophobe, classique et romantique, ancienne et moderne, on n'en finit pas de décliner l'interminable dualité d'un pays où tout et le contraire de tout paraît s'y être fait naturaliser. " Pourtant, à l'heure où l'Europe inquiète et où la mondialisation menace, les Français entendent bien demeurer cette vieille nation fière d'elle-même. Mais la France en a-t-elle encore les moyens ? II importe d'abord, pour en juger, de bien la connaître. Personne n'était mieux placé que Michel Winock pour en donner les clés. Voici donc sa France, qui est la nôtre.


Article de Thomas Wieder. Le Monde, 11 décembre 2010.
Paradoxes hexagonaux. Que tous ceux qui considèrent la France comme une sorte de "substance platonicienne" dotée d'une identité éternelle et immuable se plongent dans ce livre ! Avec la clarté qu'on lui connaît, Michel Winock y brosse un salutaire "portrait historique" qui se lit comme une réponse aux essentialistes de toutes obédiences. Son postulat est le suivant : "La notion d'identité nationale est mouvante, tributaire des événements qui se succèdent et des transformations en profondeur moins visibles qui modifient nos façons de voir et de juger."Paru en 1995, mais actualisé et augmenté des articles que l'auteur a publiés sur le blog qu'il a tenu sur le site du mensuel L'Histoire de décembre 2009 à mars 2010, cet essai ne renonce pas à faire la généalogie de quelques "passions" bien françaises. Celle, par exemple, de la révolution, scène fondatrice d'où découleraient "l'insuffisance de notre culture réformiste" et notre persistante "inaptitude à la négociation". Passion, aussi, de la propriété, "penchant séculaire" que l'historien fait remonter à l'Ancien Régime et qui expliquerait l'étonnant "poids des conservatismes au pays des révolutions". Autre passion, ce pessimisme "endémique" issu de la débâcle de 1940 et qui se traduirait par un "sentiment sous-jacent de dégradation nationale", dont l'auteur emprunte la définition à l'historien Pierre Nora : "La France se sait un futur, mais elle ne se voit pas d'avenir." Structurantes, ces passions n'en évoluent pas moins avec le temps. Exemple : la France reste marquée par son passé de "fille aînée de l'Eglise", mais cette fille est devenue une "fille perdue" - le pays où "le trône et l'autel" ont formé un couple si solide étant aussi celui qui a fait de la laïcité l'une de ses valeurs cardinales. Ces héritages pluriels font des Français les champions du paradoxe. Leur culte de l'égalité, ainsi, ne les a jamais vaccinés contre un "idéal plus ou moins aristocratique" : pour ces éternels "bourgeois gentilshommes", note l'historien, l'"esprit de caste" n'a jamais été soluble dans les institutions démocratiques. Autre paradoxe : ce pays qui a fait de la lutte le moteur de son histoire, et qui n'a pas son pareil pour changer de régime et récrire ses Constitutions, est aussi celui où le rêve d'unité est la chose du monde la mieux partagée. L'historien le résume ainsi : "Les gaullistes ont rêvé d'une nation unifiée par sa propre grandeur. Les communistes ont rêvé de voir un jour la société sans classes. Les catholiques ont eu la nostalgie d'une chrétienté où les enfants de Dieu chantent au diapason. Les nationalistes ont rêvé d'une société qui marche au pas au son de la musique militaire." Cultures politiques antagonistes, héritages contradictoires et horizons inconciliables : l'"arbre généalogique collectif" que dessine ici Michel Winock a des racines singulièrement ramifiées. Une telle complexité explique sans doute pourquoi toute tentative visant à définir "une" identité nationale est par avance vouée à l'échec. A moins de définir celle-ci par la négative, autrement dit par l'impossibilité, selon l'expression de l'historien, de "chercher une "essence" de la francité".
 
 Autre critique à signaler :  Bruno Modica. Les Clionautes. - 24 octobre 2010
 
Repost 0
la revue critique des idées et des livres - dans Notes Idées
commenter cet article
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 20:55
Robert de La Vaissière
(1880-1937)
 

Robert de La Vaissière est né le 20 mars 1880 à Aurillac. Il prépare Saint-Cyr sans succès puis étudie les lettres à Bordeaux. Ayant dilapidé l'héritage familial, il devient répétiteur au lycée d'Agen où il rencontre Francis Carco qui occupe le même poste, et l'élève Philippe Huc, qui n'est pas encore le poète Tristan Derème. Il commence à collaborer à nombre de petites revues comme Les Facettes, Les Ecrits français, L'Ile sonnante ou La Rose rouge. Dès 1906, il se cache sous le pseudonyme de Claudien emrunté au poète latin pour écrire de courts poèmes en prose. En 1911, il s'installe à Paris et mène une vie de noctambule qui transparaît dans son oeuvre. Proche du groupe fantaisiste, il exerçe aussi une importante activité de critique littéraire (à l'Europe Nouvelle et aux Nouvelles littéraires) et devient pendant la guerre lecteur chez Albin Michel. En 1923, il publie une Anthologie de la poésie du XXe siècle qui reste encore aujourd'hui un ouvrage de référence. Il contribue également à faire connaître L'Atlantide de Pierre Benoit. Il meurt à Paris le 14 octobre 1937 renversé par un camion près de son domicile.

Discret, mystérieux, La Vaissière resta longtemps dans l'ombre. Dans ses deux oeuvres poétiques Labyrinthes (1925) et Dérélicts (1934), on est surpris, nous dit Robert Sabatier " par l'originalité et la qualité de sa prose, dans le premier livre souvent déconcertante avec un lointain parfum rimbaldien, dans le second plus directement abordable et dans un climat de haute solitude trahissant le tourment d'un homme convaincu que son domaine ne peut être celui de la terre, où il est pourtant condamné à vivre."
 
Labyrinthes (Messein, 1925). - Dérélicts (Imprimerie Wolf, 1933). 
Bibliographie : Henri Clouard, Histoire de la littérature française, du symbolisme à nos jours (Albin Michel, 1947). – Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, la poésie du XXe siècle (Albin Michel, 1982).
 
 
Prose pour Giulia Belcredi
 
« A ce bal où je rencontrai la Ondédei, elle portait une toilette de satin bleu qui moulait son grand corps d'Italienne, et sous mon regard qui, entre les splendeurs électriques, la créa, toutes les richesses du soleil et de la. mer s'accumulèrent. Les feux, les pierres et les coquillages avaient livré leur âme pour la vie de sa chevelure, de ses yeux et de sa chair, et, d'être un pareil démon, elle élevait sa force et sa grâce, accoudée en cette salle de fêtes.
« Je compris qu'elle ne parlât point, car sa démarche exprimait seule sa musique. Sur le parquet brillant elle vécut tout une nuit entre les groupes de masques et de gentilshommes, et les cristaux des lustres déversèrent sur ses épaules les inaccessibles lumières de toute une nuit.
« Au matin encore elle était appuyée à la balustrade et je ne pus rêver près d'elle qu'aux courbes des golfes, aux richesses du soleil et de la mer, aux feux, aux pierres et aux coquillages.»
 
     
  Robert de La Vaissière, 1880-1937. Labyrinthes (1925).  
 
 

fontaine

 
 
Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 09:00
Images provençales
                                                                                    
Le vent danse avec la lumière     
Et la poursuit dans les sous-bois,
Le vent danse sur la clairière
Et dans les pins siffle à mi-voix
 
Pour rythmer le ballet fragile
Des feuillages vite éveillés
Et soulever les pieds agiles
D'un invisible chevrier.  
 
Flûte, flûteau, cor, clarinette,
Et tout à coup c'est le hautbois;
Le vent s'enfle: fête ou tempête ?
Le vent se tait... Calme sournois... 
 
Car bientôt dans l'ombre il se berce
Et puis recommence à danser
Avec la lumière et disperse
Les parfums par elle amassés.

Odeur des prés ! L'air sent l'amande...
Odeur des bois ! L'air sent le thym,
L'écorce fraîche et la lavande...
Odeur des roses du jardin !

Et les parfums eux-mêmes dansent,
Ivres, légers et confondus
Dans la frénétique cadence
Du vent qui ne s'arrête plus.

 

DERAIN--Andre--Paysage-sous-bois.jpg

 

Cécile Périn  (1877-1959). Inédit. (Le Divan, 1929).


Repost 0
la revue critique des idées et des livres - dans Le jardin français
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 22:19
Effel Noël
 

La rédaction de la Revue critique des idées et des livres souhaite à Monseigneur le Comte de Paris, à la Famille de France et à tous ses lecteurs un joyeux Noël.

 
Un réveillon dans le Marais
------
Un conte de Noël d'Alphonse Daudet
 
 
M
 onsieur majesté, fabricant d'eau de Seltz dans le Marais, vient de faire un petit réveillon chez des amis de la place Royale, et regagne son logis en fredonnant… Deux heures sonnent à Saint-Paul. « Comme il est tard ! » se dit le brave homme, et il se dépêche; mais le pavé glisse, les rues sont noires, et puis, dans ce diable de vieux quartier, qui date du temps où les voitures étaient rares, il y a un tas de tournants, d'encoignures, de bornes devant les portes à l'usage des cavaliers. Tout cela empêche d'aller vite surtout quand on a déjà les jambes un peu lourdes, et les yeux embrouillés par les toasts du réveillon. Enfin M. Majesté arrive chez lui. Il s'arrête devant un grand portail orné, où brille au clair de lune un écusson, doré de neuf, d'anciennes armoiries repeintes dont il a fait sa marque de fabrique :
 
hotel ci-devant de nesmond
majesté jeune
fabricant d'eau de seltz
 
Sur tous les siphons de la fabrique, sur les bordereaux, les têtes de lettres, s'étalent ainsi et resplendissent les vieilles armes des Nesmond.
Après le portail, c'est la cour, une large cour aérée et claire, qui, dans le jour, en s'ouvrant, fait de la lumière à toute la rue. Au. fond de la cour, une grande bâtisse très ancienne, des murailles noires, brodées, ouvragées, des balcons de fer arrondis, des balcons de pierre à pilastres, d'immenses fenêtres très hautes, surmontées de frontons, de chapiteaux qui s'élèvent aux derniers étages comme autant de petits toits dans le toit, et enfin, sur le faîte, au milieu des ardoises, les lucarnes des mansardes, rondes, coquettes, encadrées de guirlandes comme des miroirs. Avec cela un grand perron de pierre, rongé et verdi par la pluie, une vigne maigre qui s'accroche aux murs, aussi noire, aussi tordue que la corde qui se balance là-haut à la poulie du grenier, je ne sais quel grand air de vétusté et de tristesse. C'est l'ancien hôtel de Nesmond.
En plein jour, l'aspect de l'hôtel n'est pas le même. Les mots Caisse, Magasin, Entrée des ateliers, éclatent partout en or sur les vieilles murailles, les font vivre, les rajeunissent. Les camions des chemins de fer ébranlent le portail, les commis s'avancent au perron la plume à l'oreille pour recevoir les marchandises. La cour est encombrée de caisses, de paniers, de toile d'emballage. On se sent bien dans une fabrique. Mais avec la nuit, le grand silence, cette lune d'hiver qui, dans le fouillis des toits compliqués, jette et entremêle des ombres, l'antique maison des Nesmond reprend ses allures seigneuriales. Les balcons sont en dentelle la cour d'honneur s'agrandit, et le vieil escalier, qu'éclairent des jours inégaux, vous a des recoins de cathédrale, avec des niches vides et des marches perdues qui ressemblent à des autels.
Cette nuit là surtout, M. Majesté trouve à sa maison un aspect singulièrement grandiose. En traversant la cour déserte le bruit de ses pas l'impressionne. L'escalier lui paraît immense, surtout très lourd à monter. C'est le réveillon sans doute. Arrivé au premier étage, il s'arrête pour respirer et s'approche d'une fenêtre. Ce que c'est que d'habiter une maison historique! M. Majesté n'est pas poète, oh! non et pourtant, en regardant cette belle cour aristocratique, où la lune étend une nappe de lumière bleue, ce vieux logis de grand seigneur qui a si bien l'air de dormir, avec ses toits engourdis sous leur capuchon de neige, il lui vient des idées de l'autre monde.
« Hein? …tout de même, si les Nesmond revenaient… »
A ce moment, un grand coup de sonnette retentit. Le portail s'ouvre à deux battants, si vite, si brusquement, que le réverbère s'éteint et, pendant quelques minutes, il se fait là-bas, dans l'ombre de la porte, un bruit confus de frôlements, de chuchotements. On se dispute, on se presse pour entrer. Voici des valets, beaucoup de valets, des carrosses tout en glaces miroitant au clair de lune, des chaises à porteurs balancées entre deux torches qui s'avivent au courant d'air du portail. En rien de temps, la cour est encombrée. Mais au pied du perron, la confusion cesse. Des gens descendent des voitures, se saluent, entrent en causant, comme s'ils connaissaient la maison. Il ya là, sur ce perron, un froissement de soie, un cliquetis d'épées. Rien que des chevelures blanches, alourdies et mates de poudre; rien que des petites voix claires, un peu tremblantes, des petits rires sans timbre, des pas légers. Tous ces gens ont l'air d'être vieux, vieux. Ce sont des yeux effacés, des bijoux endormis, d'anciennes soies brochées, adoucies de nuances changeantes, que la lumière des torches fait briller d'un éclat doux et sur tout cela flotte un petit nuage de poudre, qui monte des cheveux échafaudés, roulés en boucles, à chacune de ces révérences, un peu guindées par les épées et les grands paniers. Bientôt toute la maison a l'air d'être hantée. Les torches brillent de fenêtre en fenêtre, montent et descendent dans le tournoiement des escaliers, jusqu'aux lucarnes des mansardes qui ont leur étincelle de fête et de vie. Tout l'hôtel de Nesmond s'illumine, comme si un grand coup de soleil couchant avait allumé ses vitres.
« Ah! Mon Dieu! ils vont mettre le feu : » se dit M. Majesté. Et, revenu de sa stupeur, il tâche de secouer l'engourdissement de ses jambes et descend vite dans la cour, où les laquais viennent d'allumer un grand feu clair. M. Majesté s'approche; il leur parle. Les laquais ne lui répondent pas, et continuent de causer tout bas entre eux, sans que la moindre vapeur s'échappe de leurs lèvres dans l'ombre glaciale de la nuit. M. Majesté n'est pas content cependant une chose le rassure, c'est que ce grand feu qui flambe si haut et si droit est un feu singulier, une flamme sans chaleur, qui brille et ne brûle pas. Tranquillisé de ce côté, le bonhomme franchit le perron et entre dans ses magasins.
Ces magasins du rez-de-chaussée devaient faire autrefois de beaux salons de réception. Des parcelles d'or terni brillent encore à tous les angles. Des peintures mythologiques tournent au plafond, entourent les glaces, flottent au-dessus des portes dans des teintes vagues, un peu ternes, comme le souvenir des années écoulées. Malheureusement, il n'y a plus de rideaux, plus de meubles. Rien que des paniers, de grandes caisses pleines de siphons à tête d'étain, et les branches desséchées d'un vieux lilas qui montent toutes noires derrière les vitres. M. Majesté, en entrant, trouve son magasin plein de lumière et de monde. Il salue, mais personne ne fait attention à lui. Les femmes aux bras de leurs cavaliers continuent à minauder cérémonieusement sous leurs pelisses de satin. On se promène, on cause, on se disperse. Vraiment tous ces vieux marquis ont l'air d'être chez eux. Devant un trumeau peint, une petite ombre s'arrête, toute tremblante « Dire que c'est moi, et que me voilà ! » et elle regarde en souriant une Diane qui se dresse dans la boiserie, - mince et rose, avec un croissant au front. « Nesmond, viens donc voir tes armes ! » et tout le monde rit en regardant le blason des Nesmond qui s'étale sur une toile d'emballage, avec le nom de Majesté au-dessous.
« Ah! ah! ah! Majesté! Il y en a donc encore des Majestés en France ? »
Et ce sont des gaietés sans fin, de petits rires à son de flûte, des doigts en l'air, des bouches qui minaudent.
Tout à coup quelqu'un crie :
« Du champagne, du champagne !
Mais non !
Mais si, c'est du champagne. Allons, comtesse, vite un petit réveillon. »
C’est de l'eau de Seltz de M. Majesté qu'ils ont prise pour du Champagne. On le trouve bien un peu éventé mais, bah on le boit tout de même, et comme ces pauvres petites ombres n'ont pas la tête bien solide, peu à peu cette mousse d'eau de Seltz les anime, les excite, leur donne envie de danser. Des menuets s'organisent. Quatre fins violons que Nesmond a fait venir commencent un air de Rameau, tout en triolets, menu et mélancolique dans sa vivacité. Il faut voir toutes ces jolies vieilles tourner lentement, saluer en mesure d'un air grave. Leurs atours en sont rajeunis, et aussi les gilets d'or, les habits brochés, les souliers à boucles de diamants. Les panneaux eux-mêmes semblent revivre en entendant ces anciens airs. La vieille glace, enfermée dans le mur depuis deux cents ans, les reconnaît aussi, et, toute éraflée, noircie aux angles, elle s'allume doucement et renvoie aux danseurs leur image un peu effacée, comme attendrie d'un regret. Au milieu de toutes ces élégances, M. Majesté se sent gêné. Il s'est blotti derrière une caisse et regarde…
Petit à petit cependant le jour arrive. Par les portes vitrées du magasin, on voit la cour blanchir, puis le haut des fenêtres, puis tout un côté du salon. A mesure que la lumière vient, les figures s'effacent, se confondent. Bientôt M. Majesté ne voit plus que deux petits violons attardés dans un coin et que le jour évapore en les touchant. Dans la cour, il aperçoit encore, mais si vague, la forme d'une chaise à porteurs, une tête poudrée semée d'émeraudes, les dernières étincelles d'une torche que les laquais ont jetée sur le pavé, et qui se mêlent avec le feu des roues d'une voiture de roulage entrant à grand bruit par le portail ouvert.
alphonse daudet. [1].
 

[1]. Alphonse Daudet, Un réveillon dans le Marais, in Contes du Lundi, 1873.
 
Effel Noël 2
Repost 0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 00:59

 

Zig-et-Puce-copie-3.jpg

 

La Revue critique vous souhaite un joyeux Noël

 


Repost 0
la Revue critique des idées et des livres
commenter cet article

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche