Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 23:39
Mistral
 
Deux sonnets de Mistral
 
Mistral a parsemé son œuvre poétique de petites pièces - chansons, hymnes, contes en vers, satires, historiettes - qui donnent à ses recueils beaucoup de charme et de fraicheur. Parmi celles-ci figurent une vingtaine de sonnets, réunis pour l’essentiel dans les Iles d’Or et les Olivades. Il s’agit de poèmes de circonstance, destinés à saluer un ami, à remercier d’un présent, à fixer une image, un souvenir, ou à livrer des confidences. Mistral adopte la forme italienne du sonnet, plus libre, plus légère, mieux adaptée à la langue provençale que la forme française codifiée par Banville. Nous reproduisons ci-dessous deux de ces pièces. La première, adressée à une admiratrice, pastiche malicieusement la littérature courtoise du Midi que Mistral remit à l’honneur. Dans la seconde, d’inspiration plus élégiaque et plus rustique, on retrouve dans les derniers vers des accents proches du Bellay des Regrets.
 
 
 
à dono guihaumouno,
qui m'avié manda de figo
 
Davans de figo comme aquéli,
Madamo, que m'avès mando,
Aurié segur canta Vergéli
E Teoucrite aurié bada.

Dévié penja, douço coume éli,
La frucho d'or au mount Ida ;
E, quand prechavo l'evangéli,
Aurien au bon Diéu agrada.

Ansin, dins la Prouvénço antico,
Li castelano pouëtico,
Quand lou troubaire avié fini,

Em' un sourrire l’estrenavon
Divinamen, e iè dounavon
La bluio four dou souveni.
 
Maiano, pér Caléndo de 1873.
 
 
 
 
à madame guillaumon,
qui m'avait envoyé des figues
 
Devant des figues comme celles, - madame, que vous m'avez envoyées, - Virgile aurait chanté certainement, - et Théocrite eût crié merveille.
 
Doux comme elles, devaient pendre - au mont Ida les fruits d'or, - et, lorsqu'il prêchait l'Évangile, - au bon Dieu elles auraient plu.
 
Ainsi, dans l'antique Provence, - les châtelaines poétiques, - quand le troubadour avait fini,
 
Avec un sourire le guerdonnaient - divinement, et lui donnaient - la fleur bleue du souvenir.
 
Maillane, à la Noël de 1873.
 
 
 
frédéric mistral (1830-1914). Les Îles d'or. (1875).
 
 
 
lou gaudre
 
Coulo e trespiro l'aigo de plueio dedins lou gaudre :
Li cardelino vènon ie béure sus lou risènt ;
Lis erbo folo se ié refrescon toutis ensèn ;
E la feruno, singlié vo luri, n’en fai soun pautre.

Mai jour que trempon, jour que destrempon,
   après l'un l'autre.
La secaresso vuejo lou vabre : l'estièu se sènt.
La bourdigaio vai sus li ribo se passissènt
E nuso et tristo, li gravo rèston… Ansin de nautre.

Tant que sian jouine, vivo la roio, vivo l'amour !
Dis esperanço nous embelino la reflamour,
Di jouïssuro noste foulige bèco à la leco.

Ma vèngue l'age, touti li joio, las ! prenon fin ;
Sus la carcasso li braio toumbon, meme au plus fin:
E de la vido rèsto lou vabre que s'entre-seco.
 
 
 
 
le torrent
 
L'eau de la pluie suinte et coule dans le torrent : - les oisillons viennent y boire au flot rieur ; - les herbes folles s'y rafraichissent toutes ensemble ; - les bêtes fauves, sangliers et loutres, en font leur bauge.
 
Mais se succèdent les jours qui trempent et qui détrempent. - La sécheresse vide le ru : on sent l'été. - l'algue des berges sur le rivage déjà flétrit, - et, nue et triste, la grève reste. Ainsi de nous.
 
Tant qu'on est jeune, vive l'orgie, vive l'amour ! - les espérances nous illusionnent de leur mirage, - des voluptés notre folie succombe au leurre.
 
Mais vienne l'âge, toutes les joies, las ! prennent fin ; - les chausses tombent sur la carcasse du plus habile : - et de la vie, ravin aride, toi seul nous restes !
 
 
 
frédéric mistral (1830-1914). Les Olivades. (1914).

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 16:46
Mistral
 
Hymne pour la Grèce
 
C'est en 1897, en pleine insurrection crétoise, que Mistral écrivit son Inne Gregau, son hymne pour la Grèce. L'oeuvre fut un succès politique immédiat. Les étudiants qui manifestaient de Paris à Marseille pour la liberté de la Grèce prirent les vers de Mistral comme étendard. Grâce au concours du poète Costis Palamas, le poème fit rapidement le tour de la presse d'Athènes et il est encore célébré aujourd'hui comme une des plus belles expressions de l'amitié franco-grecque. Nous dédions cet hymne aux foules d'Athènes, du Pirée et de Salonique qui ont redonné l'espoir aux peuples d'Europe.
 
 
inne gregau
 
A Soun Autesso Reialo
la Princesso Mario de Grèço.
 
I
 
Dins lou matin la mar se fai viouleto,
Dins lou clarun tout se rejouvenis :
Au Partenoun amount la dindouleto,
Sian au bèu tèms ! vai rebasti soun nis.
Minervo santo, abrivo ta civèco
Sus lou ratun que manjo lis escot !
Se fau mouri pèr la patrio grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
II
 
Sèmpre que mai l'oundo se fai daurado,
Sian au bèu tèms! Mai au cresten di baus
De Prometieu estrassant la courado,
Negrejo alin un grand voutour à paus.
Pèr cousseja l'aucelas que te bèco,
Enfant dis isclo, armejo toun barcot :
Se fau mouri pèr la patrio grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
III
 
Ausès crida l'antico Pitounisso :
- « Vitori pèr li felen di mié-diéu ! »
Dou mount Ida fin-qu'au ribas de Niço
Lis oulivié boumbisson renadiéu,
Fusiéu en man, zou! escalen la brèco,
De Salamino esbrudissènt l'eco :
Se fau mouri pèr la patria grèco,
Rampau de Dieu! se mor jamai qu'un cop.
 
IV
 
Alestissès vosti raubeto blanco
Pèr espousa li novi de retour;
Anas coupa, nouvieto, à la calanco,
Lou verd laussié pèr vosti redemtour !
Davans l'Europo agrouvassado e nèco,
Beguent, jouvènt, la glori à plen de got :
Se fau mouri pèr la patria grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
V
 
Co que s'es vist pou mai se vèire, fraire !
E, s'au trelus d'aquéli roucas rous
Divinamen l'ome a pouscu retraire
De touti si pantai lou mai courous,
L'amo crestiano aqui restarié mèco !
E gibarian sus noste rasigot ?
Se fau mouri pèr la patria grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
VI
 
De Maratoun seguènt lou bèu courrèire,
Se cabussan, auren fa ço que fau !
E, mescladis au sang de noste rèire
Leounidas, noste sang triounfau
Enrouitara lou courau di pastèco
E lou rasin que pènjo au paligot :
Se fau mouri pèr la patria grèco,
Rampau de Dieu ! se mor jamai qu'un cop.
 
      1897.
 
 
 
hymne pour la grèce
 
A son Altesse Royale
la Princesse Marie de Grèce.
 
I
 
Dans le matin la mer se fait violette, - dans la lumière tout se rajeunit : - c'est le beau temps ! l'hirondelle là-haut - au Parthénon va rebâtir son nid. - Minerve sainte, lance ton hibou - sur les rongeurs du pampre de nos vignes ! - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
II
 
De plus en plus l'onde se fait dorée, - c'est le beau temps ! mais aux crêtes des monts, - de Prométhée déchirant les entrailles, - un grand vautour au loin est immobile. - Pour chasser le rapace noir qui te becquète, - enfant des îles, équipe ton esquif : - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
III
 
Entendez-la crier, l'antique Pythonisse: - « Victoire aux petits-fils des demi-dieux ! » - Du mont Ida aux rivages de Nice - les oliviers revivent éternels. - Fusil en main, sus ! gravissons la brèche, - de Salamine réveillant les échos : - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
IV
 
Et préparez vos belles robes blanches - pour épouser vos fiancés au retour - allez coupez, fiancées, dans la ravine, - le laurier vert, pour eux, vos rédempteurs ! - Devant l'Europe accroupie et confuse, - buvons la gloire, jeunes gens, à plein verre : - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
V
 
Ce qui s'est vu peut se revoir, ô frères ! - et si, dans la splendeur de ces falaises rousses, - l'homme divinement a pu réaliser - le plus brillant de tous ses rêves, - l'âme chrétienne là resterait muette ! - Et nous sécherions là sur un tronçon de souche ? - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
VI
 
De Marathon suivant le beau coureur, - si nous tombons, nous aurons fait notre devoir ! - Et, mélangé au sang de notre ancêtre - Léonidas, notre sang triomphal - empourprera le corail des pastèques - et le raisin qui pend à l'échalas : - S'il faut mourir pour la patrie hellène, - palme de Dieu ! on ne meurt qu'une fois.
 
      1897.
 
frédéric mistral (1830-1914). Les Olivades. (1914).
 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 20:06
 
 
stances
 
 
 
Sur quelles fleurs, quels fruits, ô subtile pensée,
Te poses-tu comme une abeille aux ailes d'or ?
Du rosier butiné, de la grappe pressée
N'épuise pas d'un trait la coupe et le trésor.

N'égare pas ton vol aux buissons lourds d'épines,
Comme un vaisseau de rêve à des flots étrangers.
Ne cherche point l'orgueil des hautaines collines.
Le butin de la ruche est au cœur des vergers.

Que ton miel odorant, gloire de nos demeures,
Garde en parfums discrets la saveur de l'été,
Et, au long des hivers, le goût divin des heures
Qui furent tout plaisir et délice et clarté.
 
 
 
auguste-pierre garnier (1885-1965). La Muse française (1922).
 
 
le jardinier
 
 
 
Il est l'ami des fleurs et l'hôte du verger.
Les arbres, les massifs épars qu'un vent léger
Parcourt de longs frissons le saluent au passage.
Le jardinier demeure un humble, un simple, un sage.
Il suit au long des jours proverbes et raisons.
Scrute le ciel, connaît vents, marées et saisons,
Et sait que telle rose aux tons de pourpre et d'ambre
Qui résiste à l'avril périrait en décembre.
Il s'ébaudit devant un fruit inespéré,
Sarcle, greffe, échenille et va, vient, affairé,
Puis faisant, du jardin aux serres, la navette,
Il émonde un poirier ou taille une bavette.
 
 
 
auguste-pierre garnier (1885-1965). Les Corneilles sur la tour (1920).
 
 
le bourg
 
 
 
Bourg petite ville aimable,
Où le bourgeois le plus notable
A, francs et nets, biens au soleil,
Où le plus indigent, pareil
Au plus riche, a son toit modeste,
Son bois et sa gerbe de reste;
Bourg où tout labeur est heureux.
Bourg où les enfants sont nombreux
Comme aux vergers les fruits d'automne;
Bourg paisible où la cloche sonne,
Egale, les joies et les deuils;
Où l’on trouve encore des seuils
Portant blason, date ou devise;
Bourg charmant, vieillot, où l'église,
Telle une ancienne sous les ans,
Semble courber son toit branlant;
Où la branche de gui désigne
L'auberge, où des murs sous la vigne
Et le lierre semblent crouler;
O Bourg qui regardes couler,
Placide, au bas de la prairie,
La rivière étroite et fleurie;
O Bourg, toute joie et clarté,
Qui, par les soirs chauds de l'été,
Allonges sur les routes claires
Tes ombres bleutées et légères;
Bourg riche en foyers et en nids,
Bourg où par l'automne jaunis
Les parcs ont des splendeurs nouvelles;
O Bourg ancien qui te révèles,
Actif, de ferme et bon vouloir,
Sache revivre et, sans surseoir,
Reprends tes anciennes coutumes,
Tes rouets, coiffes et costumes.
Tes toits qui fument lentement,
Ton accueil sous le ciel clément,
Tes bonnes gens qui vont sans hâte
A leur tâche et dont rien ne gâte
La limpide douceur des yeux.
Tes fêtes, tes danses, tes jeux,
Ton salut amical, ta grâce
Discrète et ton orgueil de race,
Tes croyances, ta piété
Simple, ton manoir abrité
Par le rideau mouvant des hêtres,
Tes tuiles rouges, tes fenêtres
Ornées de pots de fleurs; reprends.
Si tu veux être noble et grand,
O Bourg, tes coutumes anciennes.
Et s'il te plaît que nous reviennent
Ces vertus du bel autrefois,
Sache écouter, ô Bourg, les voix
Qui partent du cœur de la terre;
Penche vers leur divin mystère
Ton clair visage du passé,
O Bourg, franc, loyal et sensé.
Qui, vibrant d'une ardente flamme,
Demeures le gardien de l'âme.
 
 
 
auguste-pierre garnier (1885-1965). Les Corneilles sur la tour (1920).
 
 
 

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 13:15
 
 
à francis carco
 
 
 
Prends ta pipe que vêt, précieuse, la crasse
Des bons tabacs anglais et, fumant, nous irons
Nous asseoir sur le banc où peinent les cirons
Au forage du bois. Sur notre double trace,

Deux filles, dont nos vers ont reflété la grâce,
Viennent. Pour célébrer leurs seins et leurs bras ronds
Il nous faudrait patients, nos mains serrant nos fronts,
Chercher la métaphore — et ce pourchas nous lasse.

Mais le désir nous tient, chaque soir plus brutal,
De caresser à cru leurs cuisses, sur l'étal
De nos cuisses que le banc trop dur exagère...

... Elles s'esquiveront : (« Très chères, vos valets »)...
Et nous demeurerons, à la chanson légère
De ta pipe juteuse au doux tabac anglais.
 
 
 
jean pellerin (1885-1921). Le Bouquet inutile (Gallimard, 1923).
 
 
la grosse dame chante
 
 
 
Manger le pianiste ? Entrer dans le Pleyel ?
Que va faire la dame énorme ? L'on murmure...
Elle racle sa gorge et bombe son armure :
La dame va chanter. Un oeil fixant le ciel

— L'autre suit le papier, secours artificiel
— Elle chante. Mais quoi ? Le printemps ? La ramure ?
Ses rancoeurs d'incomprise et de femme trop mure ?
Qu'importe I C'est très beau, très long, substantiel.

La note de la fin monte, s'assied, s'impose.
Le buffet se prépare aux assauts de la pause.
« Après, le concerto ?... — Mais oui, deux clavecins. »

Des applaudissements à la dame bien sage...
Et l'on n'entendra pas le bruit que font les seins
Clapotant dans la vasque immense du corsage.
 
 
 
jean pellerin (1885-1921). Le Bouquet inutile (Gallimard, 1923).
 
 
la romance du retour
 
 
 
A Roger Allard.
 
Paris, milliers de promesses,
Appels de taxis inviteurs,
Aveux de nocturnes prouesses
Dans les corbeilles des facteurs,
Milliers de maisons, de femmes,
Sarabande d'hommes infâmes,
Tournois de mauvaises raisons !
Le ciné donne Forfaiture.
La marchande, sur sa voiture,
N'a pas plus de quatre saisons.

Foutons ses huit jours au poète !
Moi, j'ai copié des chansons.
La femme du plombier, coquette,
Ne sort pas avec ses chaussons.
Drap blanc, satin cardinalice,
Dans l'ombre du car dîne Alice.
Elle regrette ses péchés
Quand son âme, cendre légère
D'une cigarette étrangère,
Tombe sur les fruits épluchés.

Aux aurores de Macédoine
Où glissait l'auto de Sarrail,
Que l'adjudant cherche un idoine
A la pose d'un nouveau rail.
Reviens au square de Laborde
Émouvoir ton sein qui déborde
Selon mon rêve de Corfou.
En mutilant un chant d'Église
Le rémouleur immobilise
La moitié d'un cycliste fou.

J'ai pleuré par les nuits livides
Et de chaudes nuits m'ont pleuré.
J'ai pleuré sur des hommes vides
A jamais d'un nom préféré.
Froides horreurs que rien n'efface !
La terre écarte de sa face
Ses longs cheveux indifférents,
Notre vieux monde persévère.
Douze sous pour un petit verre !
Combien va-t-on payer les grands ?
 
 
 
jean pellerin (1885-1921). Le Bouquet inutile (Gallimard, 1923).
 
 
 

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 21:22
Carco
 
 
figaro
 
 
 
Figaro joue de la guitare.
Ma bien–aimée, comme il joue faux !
La pluie d’été mouille les coteaux
gris, verts et bleuissants du soir…
Oh ! la guitare et ce bruit d’eau !

Entends-tu ? Maintenant qu’il chante,
comme tu es troublée, tout à coup !
Or, ce Figaro, coiffeur dans un trou
de province déjà pourrissante,
n’est qu’un vieillard à moitié fou.

Mais tu trembles sous ma caresse,
tu te serres, nue, contre moi,
nue et frissonnante tandis que ta voix,
rauque un peu, répond à l’amoureuse averse
qui s’abat et gémit sur le toit
.
 
 
 
Francis Carco (1886-1958). Chansons aigres-douces. (1913).
 
 
l'heure du poete
 
 
 
La fillette aux violettes
Equivoque, à l'oeil cerné,
Reste seule après la fête
Et baise ses vieux bouquets.

Ce n'est ni la nuit, ni l'aube,
Mais cette heure où, dans Paris,
Les rôdeurs et les chiens maigres
Errent dans un brouillard gris...

L'heure amère des poètes
Qui se sentent tristement
Portés sur l'aile inquiète
Du désordre et du tourment.

Et ma lampe qui charbonne
Luit sur ce pauvre cahier
D'où se lèvent des fantômes
Que je croyais oubliés
.
 
 
 
Francis Carco (1886-1958). Petits airs. (1920).
 
 
dimanche
 
 
 
Ne parlons pas, écoute
La pluie à grosses gouttes
Dégouliner du toit
Et ruisseler aux vitres
Il pleuvait, souviens toi,
Comme il pleut dans mes livres.

Un vieux piano grinçait,
Le vent brassait les branches
Par ce sombre dimanche.
Un vent âpre et glacé
Et, soudain, sans qu'on sache
D'où le vent le chassait,
Cet air de cor de chasse...
 
 
 
Francis Carco (1886-1958). La Romance de Paris (1949).
 
 
sirene.jpg
 

Partager cet article

Repost0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 09:00
Raynaud
 
 
sieste
 
 
 
Tout flambe de soleil : la rose cramoisie,
Le sapin empesé dans sa fraise à godron,
Les platanes, gardiens vigilants du perron,
Et la vigne emperlée où mûrit l'ambroisie.

La plaine heureuse et riche ondule aux environs.
Le fleuve sinueux mire la poésie
Des lointains que l'Eté brode à sa fantaisie,
Et l'air sonne d'un choeur joyeux de moucherons.

Chaque heure, surgissant de sa robe de gaze,
Occupe l'Empyrée et d'une neuve extase,
Vêt, en se dénouant, l'immobile décor.

Je n'ai pas remué du lit d'herbe où je rêve
Que déjà le croissant de la lune se lève
Et c'est la Nuit, que crible une mitraille d'or.
 
 
 
Ernest Raynaud (1864-1936). A l'ombre de mes dieux. (1924).
 
 
la seine
 
 
 
Loin des remous de la cohue et des bruits laids,
Je te regarde luire en ce jour de lumière,
O mon fleuve, ô ma Seine ! et glisser, d'une eau fière,
Dans une perspective ouverte de palais.

Chaque pont, arche souple, ébloui de reflets,
Clame un nom de victoire avec sa voix de pierre,
Tandis qu'une ombre drue, à la berge ouvrière,
Gazouille un vieux refrain rustique où je me plais.

Un renouveau d'espoirs se dénoue en volutes ;
Et, comme l'Age d'or sommeille au cœur des flûtes,
Tout un bonheur perdu respire en ce tableau.

Ici, Paris n'est plus que joie, azur, espace,
Et pour fleurir sa gloire, il y cueille avec grâce
Tous les frissons épars du feuillage et de l'eau.
 
 
 
Ernest Raynaud (1864-1936). A l'ombre de mes dieux. (1924).
 
 
les cloches
 
 
 
Carillons du dimanche en branle sur la ville,
Que vous nie submergea, de mille émois soudains
Tandis que je m'effrite en ce Paris fébrile,
Vous êtes ma province et mes jeunes matins !

Vous dites la terrasse au bord de l'eau tranquille,
L'horizon des labours aux fins clochers lointains,
La route ensoleillée où le chaume rutile,
Et la vie humble assise à l'ombre des jardins.

Vous dites la ruelle aux logis séculaires
Et ce que les Aïeux ont scellé dans leurs pierres
De Foi persévérante et d'utiles vertus.

O cloches ! qui sonnez du fond de mon enfance,
Un monde tremble en vous de joie et d'espérance
Et vous me rapportez tous mes bonheurs perdus.
 
 
 
Ernest Raynaud (1864-1936). A l'ombre de mes dieux. (1924).
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 22:19
Chalupt
 
 
aux paysages de france
 
 
 
Pour Adrien Mithouard.
 
Paysages français, sans fièvre et sans emphase,
Je voudrais infléchir le contour de mes phrases
Selon vos coteaux modérés ;
Je voudrais que parmi mes chansons incertaines
Passe l'écho précis et vif de vos fontaines
Sans rien qui soit exaspéré.

Je voudrais que l'odeur de la terre mouillée,
Cette odeur de vanille et de feuilles rouillées
Qui, lorsque la pluie a pris fin,
Monte le long des chemins creux qu'elle parfume
S'élève aussi des mots qui tombent de ma plume
Et leur donne un arôme sain.

Paysages français de grâce et de mesure
Je suis semblable au trèfle, à la flouve, à la mûre,
A la glycine, au pampre mol ;
J'ai besoin du conseil constant de vos collines
Et la sève qu'il faut pour nourrir mes racines
Ne se trouve qu'en votre sol.

J'aime voir reflétés dans les vasques pensives
Vos ciels qui n'ont jamais de teintes excessives,
Vos ciels ni trop bleus ni trop gris
Où les nuages doux qui glissent en silence,
Sachant la vanité de toute violence.
Vont selon le chemin prescrit.

Paysages amis, si les sonnets me plaisent,
C'est que ce sont un peu des parcs à la française
Passionnés et réfléchis
Et je n'ai pas besoin des fontaines complices
Pour retrouver en vous comme un nouveau Narcisse
Mon propre reflet réfléchi.

Paysages si clairs et si fins où je passe,
Vous êtes le miroir persistant de ma race
Et vos conseils m'ont fait savoir
Qu'entre les Vérités qu'on rencontre au passage
La Vérité française a le plus beau visage
Et que l'orgueil est un devoir.
 
 
 
René Chalupt (1885-1957). La Lampe et le miroir (1911).
 
 
renaissance
 
 
 
Dans le canal stagnant agonisait l'eau verte,
Les nénuphars mouraient, très lentement, d'ennui ;
Les cygnes noirs, saisis d'un frisson dans la nuit
Au petit jour ont fui par l'écluse entr'ouverte.

Dans le canal stagnant que leur troupe déserte
A l'aube, quand les cygnes noirs se sont enfuis,
De blancs cygnes de jour et de lumière ont lui
Repeuplant à leur tour la rivière déserte.

Les vieilles ont sorti des bahuts leurs atours
Et les ont revêtus pour fêter le retour
De la sève de vie en leurs débiles veines.

Les nouveaux nénuphars, sur l'eau, ne sont pas morts
Et les vaisseaux dormant oubliés dans le port
Ont fait voile au matin vers des Iles lointaines.
 
 
 
René Chalupt (1885-1957). La Lampe et le miroir (1911).
 
 
extrême-orient
 
 
 
Pour Albert Roussel.
 
Parmi les nénuphars éclos,
Ma jonque vogue au fil de l'eau
Vers le pays du Matin-Calme ;
Dans le clair de lune étonné,
La brise choque et fait sonner
Les tiges flexibles des palmes.

Des pagodes aux toits pointus
Sur le rivage et des lotus
Mauves, blancs, jaunes, écarlates
Comme mis là pour un couvert
Dans la distance prennent l'air
De tasses sur leurs feuilles plates.

L'heure sonne au gong de métal ;
J'ai quinze boutons de cristal
Sur mon immense robe à queue ;
Des dragons flamboient sur les pans
Et, douce, une plume de paon
Frissonne sur ma toque bleue.

J'ai mes ongles dans des étuis ;
Du thé blond s'évapore et luit
Sous les lanternes polychromes.
Je rêve, je suis mandarin !
Ma jonque est pleine de marins
Qui chantent.... l'air nocturne embaume.

Je sens que je suis plus changeant
Que les étincelles d'argent
Que sur les vagues mon œil guette
Et mon cœur léger qui sourit
Est plus sec que ce grain de riz
Que je mange avec des baguettes.
 
 
 
René Chalupt (1885-1957). La Lampe et le miroir (1911).
 
 
 

Partager cet article

Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 23:00
 
 
les deux styles
 
 
 
Devant le parc anglais, plein d'ombre romantique,
Qui, même aux plus beaux jours, porte un deuil automnal,
Je ferai dessiner, ainsi qu'au temps royal,
Un parterre français, orné d'un marbre antique.

Tout le jour, aux détours du parc mélancolique,
J'errerrai, promeneur sombre et sentimental;
Et je serai, le soir, si lassé de mon mal
Que la Mort tentera mon âme chimérique.

Mais alors, retirant mes pas au jardin clos,
J'apaiserai mon sein, tout chargé de sanglots,
Près du dieu grec, devant la charmille française.

En sorte que mon coeur, épris d'un double amour,
Aura, sans nul dommage, accueilli tour à tour,
La raison la plus fière et le plus beau malaise.
 
 
 
Gustave Valmont (1881-1914). L'Aile de l'amour (1911).
 
 
je voudrais...
 
 
 
Je voudrais, comme se précise
La forme des monts au grand jour,
Voir s'éclairer votre âme exquise
Aux larges flammes de l'amour.

Je saurais alors le mystère
Que cache votre corps tremblant,
Et je saurais ce que veut taire
Votre cœur timide et dolent.

Mais pourrais-je, réelle amante,
Vous aimer plus profondément
Que je n'aime l'ombre charmante
Que je berce si doucement ?

Pour que votre baiser m'enlève
Toute peine et toute rancœur,
Il vous faudrait combler un rêve
Que ne conçoit pas votre cœur...

Aimons notre imparfait délice !
Et s'il faut quand même souffrir,
Savourons jusqu'à ce supplice
De trembler au bord du désir...
 
 
 
Gustave Valmont (1881-1914). L'Aile de l'amour (1911).
 
 
le piege
 
 
 
Vous choisîtes, un peu soucieuse, une allée
Qui dormait près d'une eau de branchages voilée...
Attentif et rêveur, je marchais près de vous,
Mesurant mon pas grave à votre pas si doux...
Derrière nous, avec des plaintes saisissantes,
L'Été vieilli pleurait ses grâces finissantes.
Un cygne au bord des eaux naviguait mollement.
Et parfois je croyais sentir, frisson charmant,
Un autre cygne blanc me frôler au passage
Quand le vent me poussait vos voiles au visage.
 
 
 
Gustave Valmont (1881-1914). L'Aile de l'amour (1911).
 
 
colombe-copie-1.jpg
 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 22:20
 
 
parfum d'octobre
 
 
 
Octobre, soir des mois et déclin de l'année,
Voici que tu parais à l'horizon des mers
Avec tes vents frileux où par les longs soirs verts
Rôde un doux souvenir de flûtes oubliées.

Au lac d'or du couchant vois naître les étoiles
Pour consoler du deuil affligeant de l'automne
Nos cœurs en qui s'éveille et renaît et frissonne
Ce désir endormi que recelaient nos moelles

Oh ! reste: nulle voile au large que n'émeuve
La brise, et descendu peut-être au long du fleuve,
Un bel Espoir défunt va revenir d'exil.

Selon l'aveu qui naît à nos lèvres tremblées
Voici ressusciter, vaguement puérils,
Les vieux passés défunts où nos âmes sont nées.
 
 
 
Roger Allard (1885-1961). La Divine Aventure. (1905)
 
 
petite fugue d'été
 
 
 
Moi qu'enchantèrent les regrets
Et les romans et les romance
Maintenant je souhaiterais
Des yeux ou rien ne recommence.

Quand le goût des baisers anciens
Remonte à deux bouches offertes,
Chacune entend garder les siens
Et veut l'autre nue et déserte;

Mais ce qu'un jour on a donné
Où donc irait-on le reprendre ?
Comme on dit au Pays du Tendre :
C'est macache et midi-sonné.
 
 
 
Roger Allard (1885-1961). Revue Le Divan. (1923).
 
 
tu me plais...
 
 
 
Tu me plais après le bain
Humide et lasse des vagues;
Garde ta couronne d'algues
O charmant monstre marin
Qui jaillis de cette écume
Hors le temps et la coutume !

Pour y gouter en secret
Ta peau de sel et d'iode,
J'aime ce lit incommode
Creusé dans le sable frais :
Sois-y l'épave ou je pille
Les fruits brûlants des Antilles.
 
 
 
Roger Allard (1885-1961). L'Appartement des jeunes filles. (1919).
 
  femme  

Partager cet article

Repost0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 22:20
 
 
clowns anglais
 
 
 
Dans le bruit, aux lumières électriques
Fardant les corps disloqués,
Mon coeur, souviens toi, tu fus consolé
Par les clowns britanniques.

C'est triste comme une fille exotique,
Comme un port plein de bateaux
Comme eux fertile en plaisir cérébraux
Et très vainement pathétiques.

Et c'est doux au coeur, pourtant comme un jour
Facile et de songeries;
Car la musique rythme tous les tours
A coup d'âpres harmonies.

Et le clown saute en l'air, tombe, se casse
Ironique, dédaigneux
Et ses pirouettes comme des aveux
Ont besoin des airs de valse.

Ses sauts les plus fous sont graves. Il a
Cette saveur un peu grossière,
Qu'ont dans les bars anglais les premiers verres
De gin, de whisky-soda.
 
 
 
René Bizet (1887-1947). Revue "Le Cahier des Poètes". (1912)
 
 
faust
 
 
 
Ne regarde pas la lumière
Ni les femmes. Ferme tes yeux.
Tu sentiras crouler les vieux
Palais où logent tes misères.

Et plus de soleils, ironiques
A ton coeur d'hiver. Plus de bruits
Insultants aux larges musiques
Qui chantent en toi. Mais la nuit...

En toi surgit toute la terre,
Toutes les mers où les bateaux
S'en sont allés, sans satisfaire
Nos nostalgies d'occidentaux.

Tous les cieux devinés, aux pages
Des livres, au rythme d'un vers,
Tout ce qui fait qu'on veut fuir, vers
Les Singapour de nos images,

Tout est en toi. Ferme les yeux.
N'écoute rien qui ne te vienne
Du fond de ton coeur riche, où règne
L'heure propice que tu veux.

Et vas, à ton seul gré. Contemple
Les humains qui sourient et font
Leurs tâches, en tournant en rond
Bombay t'accueille avec ses temples...
 
 
 
René Bizet (1887-1947). Inédit. (1913).
 
 
ces hotels où j'ai vecu
 
 
 
Hôtels peuplés de personnages de romans
Où le jeune romantique
S'isole pour surprendre un soir, sournoisement,
L'Elvire maigre et phtisique.

Hôtels des clowns, des acrobates, des jongleurs
Du cirque, des écuyères
Où tout le ramassis des routes et des coeurs
Vient se mettre à "l'ordinaire",

C'est dans vos murs que je voudrais, un soir, mourir,
Moi, scrupuleux locataire
D'années trop souvent bissextiles, qui veut fuir
Vers ce qui n'est plus la terre.
 
 
 
René Bizet (1887-1947). Poèmes posthumes. (1957).
 
 oiseau-copie-3.jpg
 
 

Partager cet article

Repost0

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche