Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 16:00
Le grand Coeur
 
de Jean-Christophe Rufin
Mis en ligne : [10-12-2012]
Domaine : Histoire  
RUFFIN-Jean-Christope-Le-grand-Coeur.gif
 
Jean-Christophe Rufin, né en 1952, est médecin, diplomate, journaliste et historien. Ancien ambassadeur de France en Sénégal et en Gambie, il a été élu en juin 2008 à l'Académie française, dont il esr le plus jeune membre. Il a récemment publié : La salamandre (Gallimard, 2005), Le parfum d'Adam (Flammarion, 2007), Un léopard sur le garrot (Gallimard, 2008), Katiba (Flammarion, 2010).
   

Jean-Christophe Rufin, Le grand Coeur, Paris, Gallimard, mars  2012, 497 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Dans la chaleur d'une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie hors du commun et tente de démêler l'écheveau de son destin. Fils d'un modeste pelletier, il est devenu l'homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la guerre de Cent Ans. Il a changé le regard sur l'Orient. Avec lui, l'Europe est passée du temps des croisades à celui de l'échange. Comme son palais à Bourges, château médiéval d'un côté et palais Renaissance de l'autre, c'est un être à deux faces. Aussi familier des rois et du pape que des plus humbles maisons, il a voyagé à travers tout le monde connu. Au faîte de sa gloire, il a vécu la chute, le dénuement, la torture avant de retrouver la liberté et la fortune. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l'Histoire de France, disparue à vingt-huit ans. Son nom est Jacques Cœur. Il faut tout oublier de ce que l'on sait sur le Moyen Age et plonger dans la fraîcheur de ce livre. Il a la puissance d'un roman picaresque, la précision d'une biographie et le charme mélancolique des confessions.
     
Le point de vue de La Revue Critique. "Tous les hommes rêvent, disait Thomas Edward Lawrence, mais pas de la même façon. Ceux qui rêvent de jour sont dangereux, car ils sont susceptibles, les yeux ouverts, de mettre en oeuvre leur rêve afin de pouvoir le réaliser". Ainsi fut Jacques Coeur. Fils d'un marchand pelletier de Bourges, lui-même marchand, il se fait négociant, puis banquier, puis armateur, pour devenir le grand argentier du roi Charles VII. La guerre de Cent ans se termine et il souffle sur le pays un air de reconstruction. Jacques, qui a découvert la puissance de l'argent à vingt ans, celle du négoce à vingt-cinq, commence à rêver les yeux ouverts. L'un des hommes les plus intelligents de son temps, selon Michelet, est distingué par le roi et rentre au service de la couronne. Il remet de l'ordre dans les finances du royaume et permet au "roi de Bourges" de consolider son trône et de gagner définitivement sa guerre contre les Anglais. Le bourgeois se fait alors gentilhomme et le pouvoir lui tourne la tête. Alors que Charles VII met toute son énergie, la paix retrouvée, à reconstruire l'Etat, son ministre s'achète des domaines, joue à l'humaniste et dépense des fortunes pour décorer son palais de Bourges. Son amitié débordante pour Agnès Sorel, maîtresse en titre de Charles VII, lui retire progressivement la faveur du souverain. Emprisonné, il s'évade et fait le tour de l'Europe à la recherche de nouveaux protecteurs. Le Pape l'envoie sur l'ile de Chios où il déjoue une offensive des Turcs et il y meurt en 1456. Jean-Christophe Rufin nous raconte cette incroyable histoire de grâce et de disgrâce avec les mots du conteur, tout autant qu'avec ceux de l'historien. Il a raison car Jacques Coeur a un profil de héros de roman. L'homme n'est pas fait d'une seule pièce, il se fie à la raison mais aussi au hasard, il a foi en l'argent mais aussi en l'amour, il aime l'ordre mais l'aventure ne lui déplait pas. Il a déjà un pied dans la Renaissance alors que l'autre est encore au Moyen-Age. Ses revers de fortune n'entament en rien la confiance qu'il met en sa bonne étoile et il sert le Pape, comme il a servi le roi, avec ferveur et avec enthousiasme. Jean-Christophe Rufin nous livre aussi un beau portrait du roi Charles VII : le gentil Dauphin a fait sa mue, il s'est transformé en Prince de la Renaissance, les épreuves de la jeunesse lui ont appris le courage, la tenacité et la ruse. C'est lui qui choisit Jacques Coeur, qui use de l'argentier, abuse du ministre, et finit par l'écarter du pouvoir lorsque le serviteur commence à prendre des airs de maitre. Ce roman d'aventure, où les personnages n'hésitent pas à tirer l'épée et à payer de leur personne, nous offre également une belle leçon de politique. Il parle d'un temps où le pouvoir était une chose trop sérieuse pour qu'on la confie aux financiers. Combien de ministres, grisés par les illusions de la richesse ou de la grandeur, devaient finir leur carrière à Pignerol, à Montfaucon, dans les cages de Blois ou sur les rivages de Chios ! La main de l'Etat avait alors de la force et l'argent et la vanité ne menaient pas le monde. Certains jours, on voudrait qu'il en soit encore ainsi. Jacques Darence.
      
L'article de Philippe Chevilley. - Les Echos, 10 avril 2012
Coeur, l'argentier poète. - Voilà un héros positif pour un lecteur des « Echos » ! Ils ne sont pas si nombreux dans l'histoire de France, les héros/hérauts de la finance et du commerce à faire rêver autant qu'un prince éclairé ou un explorateur. Jacques Coeur (vers 1400-1456) re-visité par Jean-Christophe Rufin n'est pas seulement un grand économiste -médiéval -, mais aussi un idéaliste et un humaniste qui voit dans le développement du négoce le moyen de rendre le monde plus fraternel. Habile conteur, l'académicien a choisi de coller très près aux faits historiques, mais de donner libre cours à son imagination pour interpréter les motivations du grand argentier de Charles VII. Dès les premières pages de « Grand Coeur », on entre dans la tête de Jacques. Réfugié dans l'île de Chio, à la fin de sa vie, il se dépêche de consigner ses Mémoires avant de recevoir le coup fatal de ses ennemis qui le harcèlent depuis sa disgrâce. Jean-Christophe Rufin lui donne le temps de justifier sa « brillante carrière » : l'enfance timide de ce fils de pelletier, qui comprend vite que son intelligence est une arme bien plus redoutable que la force physique; son mariage avec la fille d'un grand bourgeois de Bourges et ses premières armes dans la finance (la fabrication de monnaie); l'appel du large, son voyage en Orient et la mise sur pied d'un vaste réseau de négoce; son « embauche » par le roi, qui utilise à plein son talent pour renflouer les caisses, mais aussi ses dons de diplomate -auprès des Génois, du pape de Rome et du sultan du Levant; son pas de deux avec Agnès Sorel, la Dame de Beauté, favorite du roi; et enfin le rejet par Charles VII, l'emprisonnement et la fuite. Rufin brosse le portrait d'un rêveur à la tête froide... et bien faite. Son « Grand Coeur » n'est pas guidé par l'appât du gain, le désir d'accumuler des richesses : il a l'esprit d'entreprise et considère l'argent comme un levier. Levier pour mettre un terme définitif à la guerre de Cent Ans, rendre la France durablement prospère, reculer les frontières du monde et s'enrichir du savoir-faire des autres cultures et continents. Jusqu'à encourager le mécénat, en lançant notamment la carrière du peintre Fouquet, auteur des fameux portraits de Charles VII et d'Agnès Sorel. Jacques Coeur plus fort que Jeanne d'Arc ? Plus utile au royaume à la longue, sans doute. A travers son héros, le romancier nous fait ressentir toute une époque. Jacques Coeur est à la fois un pionnier qui anticipe la Renaissance. Mais c'est aussi un nostalgique de l'âge d'or médiéval, de l'amour courtois et de la chevalerie, qui ne s'illustre plus que dans les tournois lors des fêtes de cour - d'où sa passion pour les châteaux qu'il collectionne. Son fameux palais de Bourges reflète cette dualité : style forteresse côté pile (donnant sur les remparts) et style florentin côté face (donnant sur la ville)... Rufin n'oublie pas ses personnages « secondaires ». Son portrait acéré d'un Charles VII jaloux et cruel, mais supérieurement intelligent, qui fait de sa force une faiblesse (Louis XI a de qui tenir...) est saisissant. Jacques Coeur, l'homme libre, trouve l'âme soeur chez Agnès sorel, la femme libre... L'écrivain ne résiste pas à la tentation de faire de l'amie de Coeur la passion de toute une vie. Le portrait du vieux pape Nicolas V, plus inspiré par la philosophie grecque que par les Evangiles est également savoureux. En ces temps de déshumanisation de l'économie et de mondialisation à marche forcée, Jean-Christophe Rufin nous offre une sorte de retour aux sources. Lorsque le commerce était considéré comme une des plus belles conquêtes de l'homme. Que le monde, sans limites, rêvait d'une nouvelle naissance. Et que le plus grand des rêveurs pouvait être un richissime marchand, collecteur d'impôts -Jacques Coeur, l'argentier poète.
 
Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 17:39
Trotski
 
de Robert Service
Mis en ligne : [23-07-2012]
DomaineHistoire  
SERVICE-Robert-Trotski.gif
 
Robert Service, né en 1947, est un historien britannique. Spécialiste de la Russie contemporaine, il enseigne à Oxford et à la British Academy. Il a récemment publié : Stalin, a biography (Macmillan, 2004), Comrades! A History of World Communism (Macmillan, 2007). Une traduction française de sa célèbre biographie de Lénine sera publiée en septembre 2012 chez Perrin. 
   

Robert Service, Trotski, Paris, Perrin, septembre 2011, 606 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Soixante-dix ans après sa mort, que peut-on découvrir sur un homme célébré de son vivant et jusqu'aux années 2000 comme un archange de la "bonne" révolution? La véritable histoire de Trotski est loin des contes de fées longtemps colportés par l'Occident. Révolutionnaire, chef de guerre, mais aussi écrivain brillant, amoureux des femmes, juif en conflit avec ses racines, père de famille, icône puis bouc émissaire et victime traquée, Léon Trotski a vécu l'une des vies les plus extraordinaires qui soient. Fondateur de l'Armée rouge, opposant à son rival Staline qui le pourchasse, à partir de 1929, en Turquie, en France puis au Mexique, sa vie s'achève dans un apogée de violence à l'image de son existence tourmentée. Théoricien "pur" d'apparence, cet homme aussi monstrueux que génial fut habité par l'obsession du pouvoir, sans jamais parvenir à le conserver. Par les documents officiels et les archives privées, Robert Service nous restitue enfin cet homme dans son époque, livrant un récit qui s'achève en thriller, ainsi qu'un condensé psychologique lucide d'histoire politique.
 
Le point de vue de La Revue Critique. 
L'Histoire serait-elle en train de rattraper Léon Trotski ? Ses façons d'intellectuel, son statut d'éternel opposant et, pour finir, de martyr de Staline ont longtemps occulté la part tout à fait réelle qu'il a prise à la terreur bolchevique. Au point de rendre son image sympathique à des générations de jeunes bourgeois, sincèrement convaincus qu'en étant trotskiste on pouvait jouer au révolutionnaire sans avoir à porter sur ses épaules l'héritage sanglant de l'URSS. Mais voilà que les archives parlent et que les historiens nous racontent une toute autre histoire, moins belle, moins glorieuse, mais sans doute plus proche de la vérité. L'ouvrage de Robert Service est à l'image de l'historiographie anglo-saxonne : sérieux, clair, documenté aux meilleures sources. Non, nous dit M. Service, Trotski n'était ni le révolutionnaire impavide, ni le guerrier magnanime, ni le penseur lumineux dont une certaine littérature, complaisante, nous chantait encore hier les louanges. Il était l'inverse : un homme tourmenté, agité, écartelé entre ses origines aisées et ses convictions révolutionnaires, un dissident de la bourgeoisie, angoissé, brutal, et d'autant plus brutal et sans scrupule qu'il était angoissé. Il fut, au même titre que Lénine et Staline, l'artisan du système policier et totalitaire qui régna sur l'URSS jusqu'à la fin des années 50. Ni la terreur de masse, ni l'emprisonnement, la torture et l'assassinat des adversaires politiques, ni les exactions de la police secrète, ni les crimes de l'armée rouge ne lui furent étrangers. Robert Service souligne même qu'il en fut, la plupart du temps, l'instigateur, sinon l'exécutant. Quand à sa doctrine, celle de la révolution mondiale, longtemps présentée comme la "voie juste" vers le socialisme, elle aurait sans doute provoqué plus de victimes encore que le stalinisme si elle avait été vraiment mise en pratique. Les faits parlent d'eux-mêmes : les insurrections allemandes et hongroises des années 20, ordonnées par le Komintern, et qui s'achèvent dans de véritables bains de sang, les grandes grèves anglaises, françaises ou italiennes de 1919 et 1920, commanditées elles aussi par Moscou et réprimées elles aussi dans la violence... La chance du personnage, ce fut finalement d'avoir Staline comme adversaire. Un autre aurait sans doute cherché à ménager ou à récupérer Trotski, en jouant sur son narcissisme bien connu. Staline trancha les choses plus nettement : il le chassa et l'exonéra dans le même temps de leur sanglante histoire commune. Trotski, comme le montre Robert Service, ne tira pas vraiment parti de sa situation de proscrit. Ses longues années d'exil, il les consacra pour l'essentiel à ruminer ses échecs ou à justifier ses positions. C'est un vieil homme aigri, égoïste et sectaire que Malraux découvre en 1933 à Paris et avec lequel il polémique violemment en 1937. Puis ce sera l'exil mexicain. L'homme dispose encore de quelques poignées de fidèles. S'il est souvent d'une grande violence avec le contradicteur et l'adversaire, il sait communiquer et se montrer sous son meilleur jour avec les journalistes, notamment américains. On l'écoute, on le plaint, sa "légende dorée" commence à prendre forme, au point de convaincre Staline qu'il faut en finir. Ce sera fait le 21 août 1940, alors que la guerre fait à nouveau rage en Europe et qu'un cycle de l'histoire se termine. Pour Robert Service, l'échec de Trotski était inéluctable. Sa personnalité égocentrique, discoureuse, assez brouillonne ne lui laissait aucune chance face au tueur géorgien, sûr de lui et décidé. Il avait trouvé son maître. Vae victis ! Ne dit-on pas que la Révolution n'aime que les vainqueurs ?  Jacques Darence.
NB : La remarquable biographie de Lénine, publiée en 2000 par Robert service, sera prochainement disponible en version française chez Perrin. Nous la commenterons dès que possible ! J.S.
       
L'article de Philippe Cohen. - Marianne, 18 septembre 2011
Trotski déboulonné. Staline incarne l'une des principales figures du mal en politique. Son adversaire Léon Trotski était alors devenu, pour ses nombreux partisans, le saint du bolchevisme. Ceux-ci risquent d'être déçus par la biographie de l'historien britannique Robert Service qui s'attaque au mythe trotskiste. L'air du temps est plus sévère avec les idéologies qu'envers ceux qui les ont forgées. Il a fallu attendre près de trente ans après la mort de Staline, du moins en France, pour qu'un large public prenne la mesure de ce que fut la terreur qu'il infligea à la population russe. De même, le prestige de Mao Tsé-Toung a longtemps survécu à la mort du maoïsme, et il se trouve encore quelques épigones pour saluer sa performance d'avoir réussi à nourrir son peuple... Ignorant le bon mot de Simon Leys, rappelant que les maquereaux rendent le même service aux prostituées qu'ils esclavagisent. L'adage des icônes intactes est encore plus vrai de Trotski, dont l'idéalisation historique a assez bien survécu aux déboires du trotskisme. Il est vrai que l'homme a infiniment moins de sang sur les mains que d'autres. Justement. L'icône Trotski a pu prospérer confortablement à l'ombre de celle de son adversaire Staline. Chaque dévoilement des crimes du stalinisme nimbait «le Vieux» ou «Oncle Léon» - deux de ses innombrables surnoms - d'une auréole d'humanité supplémentaire, comme dans un mécanisme de balancelles de jardin d'enfants. Si Staline s'est révélé brutal, inculte, nationaliste et totalitaire, alors Trotski «ne pouvait qu'être» dialectique, infiniment cultivé, internationaliste et démocrate. A l'exception notoire des anarchistes qui ont toujours dénoncé la proximité entre les deux frères ennemis du bolchevisme Staline et Trotski, le stalinisme - et son rejet - a fait de ce dernier, par contraste, un humaniste assez éloigné de ce que furent sa réalité et ses croyances.

Déconstruction de la légende trotskiste
Un historien anglais, Robert Service, tente donc d'en finir, par une biographie publiée en 2009, avec la «mythologie Trotski». Dans les milieux trotskistes, tout croyant potentiel est invité à commencer l'oeuvre de Trotski par son autobiographie, Ma vie. La lecture, agréable, est moins ardue que le coeur de l'oeuvre du révolutionnaire, la Révolution trahie ou la monumentale Histoire de la révolution russe. Les trotskistes recommandent aussi la biographie de l'historien marxiste Isaac Deutscher. Une chose est sûre : la biographie de Robert Service ne fera jamais partie de la biblio de base du sympathisant trotskiste du XXIe siècle. Dès l'introduction, ce dernier révèle le sens général de sa recherche : «Staline, Trotski et Lénine avaient bien plus de points communs que de différences.» Il pousse le bouchon encore plus loin en prétendant que si Trotski avait triomphé de Staline, «le risque de voir l'Europe plongée dans un bain de sang aurait été bien plus grand». Après une telle mise en bouche, le livre ne pouvait se montrer trop indulgent envers le chef de l'armée Rouge de 1918. Robert Service entreprend une déconstruction méthodique, et souvent convaincante, de la légende Trotski, voulant grosso modo que celui-ci ait été à la fois un théoricien génial, un prophète accompli, un stratège hors pair et un esthète élégant. Robert Service lui reconnaît, certes, quelques qualités et faits d'armes aux sens propre et figuré. Trotski avait ainsi défendu, à l'inverse d'un Lénine, marxiste plus «conventionnel», l'idée que la Russie n'avait pas besoin d'une «étape capitaliste» avant de passer au socialisme. L'historien lui accorde également une conduite brillante de l'armée Rouge après la révolution d'Octobre, durant ce moment crucial où le jeune pouvoir soviétique devait affronter une guerre civile dans laquelle les forces contre-révolutionnaires étaient appuyées par des puissances étrangères. On en apprend au passage sur ce qu'était la vie concrète du révolutionnaire, et notamment l'existence de l'incroyable «train de Trotski» dans lequel plus de 200 personnes, de l'artilleur au cuisinier, veillaient sur son intégrité et son confort. Trotski excella également dans les manoeuvres diplomatiques conduisant à la paix de Brest-Litovsk, épisode qui lui valut les félicitations de Staline lui-même. Mais, comme dans le cas du cholestérol, il y eut aussi, selon Robert Service, un «mauvais Trotski», que le «bon» ne doit pas occulter.

Une vision putschiste de la révolution
Il se révèle d'abord un piètre interprète de sa théorie de la révolution permanente en poussant (avec Staline d'ailleurs), au début des années 20, les communistes allemands sur des barricades minoritaires et catastrophiques, témoignant, quoi qu'il en dise, d'une vision parfois putschiste de la révolution socialiste. Plus tard, Trotski discerne bien la nécessité d'une unité d'action des partis sociaux-démocrates et communistes contre la montée du fascisme, qu'il oppose à la théorie stalinienne du social-fascisme, laquelle prétendait que la social-démocratie était plus dangereuse que les hordes hitlériennes puisqu'elle semait davantage d'illusions dans la classe ouvrière. Mais cette lucidité n'alla point jusqu'à accepter l'entrée des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Pour Léon Trotski, celle-ci avait le même caractère «impérialiste» que la guerre de 14-18, et la jeune section américaine de la IVe Internationale fut incitée à combattre l'engagement de l'Amérique dans la lutte contre Hitler. Autre illusion à cultiver, selon l'auteur : l'opposition entre Staline et Trotski n'a pas été aussi radicale que le prétendent les trotskistes. Leurs divergences concernant l'industrialisation de la Russie ou la conduite à adopter face aux milieux agricoles étaient une affaire d'opportunité plutôt que de principes, Trotski n'ayant jamais rechigné à employer des manières autoritaires en ces domaines. Pour Robert Service, l'apport de Trotski à la théorie marxiste s'est par ailleurs révélé plus que modeste. Son incursion sur les terres de la philosophie, à travers son ouvrage Leur morale et la nôtre, pour contrer Boris Souvarine ou Victor Serge, relève de la scolastique marxiste plutôt que d'une quelconque percée épistémologique. Enfin, son approche de la littérature et de l'art (lire son ouvrage Littérature et révolution devenu culte dans les organisations trotskistes) nous ramène, toujours selon Service, au «stalinisme culturel». La formule aurait toutefois mérité davantage de développements. Reste l'esthétisme de Trotski. Le biographe pointe une coquetterie vestimentaire surprenante pour l'époque. Ses partisans «pablistes» - l'une des scissions de la IVe Internationale -, sensibles à cette caractéristique, auront été les dandys du trotskisme. Service, lui, détecte dans le comportement du «Vieux» la marque indélébile d'un narcissisme envahissant. Venons-en donc au noeud gordien du trotskisme : si le maître était si supérieur à son adversaire, et son art de la dialectique si sophistiqué, pourquoi donc a-t-il essuyé une défaite si cuisante, qui nous est retracée avec une précision parfois cruelle, chaque défaite succédant à la précédente et chaque exil l'éloignant un peu plus du coeur de la révolution mondiale et des affaires du monde ? Faut-il, comme les trotskistes d'hier et d'aujourd'hui, penser que son échec était inévitable et qu'il ne pouvait faire mieux que laisser derrière lui une IVe Internationale croupion de quelques centaines de membres, qu'une villa suffisait à réunir les délégués pour sa création ?

Intransigeant et égoïste
Robert Service propose, en pointillés, une autre interprétation. Trotski a tué Trotski et son échec est le fait, d'abord, de sa personnalité finalement plus réfractaire qu'on ne le croit à l'exercice du pouvoir. A plusieurs reprises, Trotski - le fait est méconnu - a argué de son origine juive pour refuser la direction du gouvernement ou devenir en 1922 le second de Lénine, ce qui lui aurait donné toutes les chances de lui succéder. Son argument laisse pantois : une telle promotion aurait favorisé, disait-il, une recrudescence de l'antisémitisme. Si l'auteur y perçoit un prétexte, il ne nous suggère pas directement une véritable explication. Mais on devine un homme finalement trop soucieux de sa liberté intellectuelle pour assumer le pouvoir dans des périodes de paix civile. Trotski, finalement, apparaît ici davantage comme un écrivain manqué - ses écrits, auxquels il prêtait une attention quotidienne, ne l'éloignent jamais de la révolution - que comme un révolutionnaire épanoui. Robert Service décrit bien toutes ses erreurs dans la lutte contre le stalinisme montant. Intransigeant, trop peu soucieux des autres pour engranger des soutiens ou des alliances, indifférent aux conséquences de ses actes et de ses discours, hésitant à porter l'estocade quand le moment s'y prêtait, il a finalement offert un boulevard à Staline alors que le fameux testament de Lénine - décrivant le Géorgien comme trop brutal pour exercer le pouvoir - lui donnait toutes les chances d'affaiblir son adversaire dans le Politburo du parti bolchevique. Trotski préférait toujours, nous explique cette biographie, se réfugier dans l'éloquence de ses discours ou l'élégance de ses écrits, quand le coeur de la bataille antistalinienne aurait dû le mobiliser à plein-temps. Les mêmes défauts du leader conduisent l'opposition de gauche puis la IVe Internationale à des déboires étincelants en URSS comme dans le reste du monde. L'égoïsme et le narcissisme ici pointés se retrouveraient aussi dans sa vie privée, domaine dans lequel le jugement historique devient plus délicat. Service rappelle l'abandon de sa première épouse et leurs deux enfants avant 1917, avec l'exil révolutionnaire comme alibi. Le biographe lui reproche d'avoir mis sur le compte de Staline la mort d'une fille schizophrène dont il était trop éloigné pour comprendre la maladie. Il le cloue enfin au pilori pour son attitude peu aimante envers son fils Liova, pourtant devenu son principal représentant en Europe dans les années 30. Robert Service apporte de nombreux éléments sur la personnalité de Trotski, utiles pour comprendre sa «face cachée». Mais certaines de ses critiques sèment le doute. Reprocher à Trotski d'en appeler aux libertés démocratiques bourgeoises alors qu'il s'est prononcé pour la terreur révolutionnaire paraît un peu faible (le fait est banal pour des marxistes révolutionnaires). Et surtout, Robert Service ne nous instruit pas suffisamment sur ses sources - les notes en russe non traduites ne facilitent pas la vie du lecteur qui en est curieux - et notamment celles qui furent ignorées par les hagiographies qui ont précédé son travail historique. Espérons toutefois que ces critiques ne prédisposeront pas à une réhabilitation en creux de Staline. Le travail sur Trotski de Robert Service procède de toute façon d'un révisionnisme historique salutaire. Martyr de la politique ou plutôt de sa version stalinienne, Trotski mérite mieux qu'une apologétique qui finit par obscurcir la vérité d'un homme forcément plus complexe que les portraits - caricature ou hagiographie - qu'en firent ses ennemis puis ses partisans.  
 
Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 15:39
Victoire sur les Alpes
Briançonnais, Queyras, Ubaye, juin 1940
 
de Max Schiavon
Mis en ligne : [9-07-2012]
Domaine : Histoire
Schiavon.jpg
 
Officier de l'armée de terre et docteur en histoire, Max Schiavon est directeur des études au Service historique de la Défense. Il est spécialiste de la période 1939-1940 et notamment du front des Alpes, auquel il a déjà consacré plusieurs ouvrages, dont Une victoire dans la défaite (Editions Anovi, 2007).
 

Max Schiavon , Victoire sur les Alpes. Briançonnais, Queyras, Ubaye, juin 1940. Paris, Editions Anovi, novembre 2011, 480 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Juin 1940. Alors que la France vit la pire défaite militaire de son histoire, l’armée des Alpes résiste victorieusement aux assauts des Italiens. Elle parvient même à contrer l’attaque à revers menée par les Allemands en direction de Grenoble. Ce livre propose un récit passionnant des opérations militaires qui se sont déroulées en juin 1940 sur le front central des Alpes, dans les secteurs du Briançonnais, du Queyras et de l’Ubaye, sans oublier de préciser le contexte dans lequel cette campagne a eu lieu, ni de revenir sur les longs mois de préparation, depuis septembre 1939. Le lecteur y découvrira comment l’armée des Alpes, sans beaucoup de moyens, a réussi à repousser les attaques italiennes, grâce à une préparation opiniâtre et minutieuse, grâce aussi à une combativité et un état d’esprit exceptionnels, mais également par de judicieuses improvisations au moment des combats. À partir d’archives inédites car accessibles depuis peu, Max Schiavon a réalisé une étude complète et argumentée de cette « victoire dans la défaite » riche en faits d’armes méconnus, telle la destruction du fort du Chaberton. Une iconographie exceptionnelle accompagne ce texte : des photos prises par les combattants italiens au moment de la bataille, des documents provenant du Service historique de la Défense et de nombreuses cartes. Les curieux comme les chercheurs trouveront dans ces pages des détails insoupçonnés et une source documentaire de premier ordre.
 
Le point de vue de la Revue Critique.
 Un très bel ouvrage sur un des épisodes les moins connus de la bataille de France, qui mettra du baume au coeur à tous ceux qui pensent que l'armée française s'est bien battue dans ces journées tragiques de mai et juin 1940. Le lieutenant-colonel Schiavon est un des meilleurs spécialistes de la bataille des Alpes à laquelle il a consacré un ouvrage d'ensemble en 2010 chez Economica. Son livre, documenté aux meilleurs sources, et rédigé d'une plume alerte, est aujourd'hui la meilleure référence sur le sujet.

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 23:00
Louis XIII et Richelieu           
 
de Jean Castarède
Mis en ligne : [23-04-2012]
Domaine : Histoire
CASTAREDE-Jean-Louis-XIII-et-Richelieu.jpg
 
Né en 1934, Jean Castarède est historien et essayiste. Il a publié plusieurs  grandes études sur la Renaissance et le Grand Siècle français, parmi lesquels :  Henri IV, le roi vengé (France Empire, 1996), Bassompierre (Perrin, 2002), La Fontaine (Studyrama, 2004), 1610, l'assassinat d'Henri IV, un tournant pour l'Europe (France Empire, 2009).
 

Jean Castarède , Louis XIII et Richelieu. Paris, France Empire, mars 2011, 346 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Au XVIIe siècle, la France a proposé au monde un système de gouvernance original, fondé sur le couple "Monarque-Premier ministre". Ce duumvirat, incarné par Henri IV et Sully, puis par Louis XIII et Richelieu, Louis XIV et Colbert, et dans une certaine mesure Anne d'Autriche et Mazarin, passera à la postérité avec un contenu dirigiste et technocratique que l'on appelle le colbertisme. C'est Richelieu qui en a le mieux fixé les règles et qui a su le plus clairement en déterminer le contenu par ses nombreux écrits et messages à son souverain. Ainsi, le couple Louis XIII-Richelieu, présenté ici pour la première fois comme un cas d'école, amène à réfléchir sur la difficulté, mais aussi les chances, de gouverner à deux. Même si les transpositions sont difficiles de nos jours, y compris dans certains pays émergents, l'histoire de cette dyarchie, indépendamment des spécificités psychologiques et caractérielles des deux êtres qui l'ont incarnée, est riche d'enseignements. On découvre également dans ce livre les deux véritables personnalités du roi et de Richelieu, différentes des images déformées par certains historiens ou par la légende, et, surtout, leur attachement mutuel, ce qui les réhabilite tous les deux.
 
La recension de Jean-Pierre Bédéï. - La Dépêche du 19 mai 2011.
Le pouvoir à deux tête. La politique a la réputation d’être brutale de nos jours. Il suffit pourtant de lire le livre de Jean Castarède sur le tandem Louis XIII-Richelieu pour prendre conscience qu’elle était beaucoup plus violente sous l’Ancien régime. C’est dans une atmosphère de luttes d’influences et de pouvoirs, de révolte des princes, d’assassinats, et de conflits entre Louis XIII et sa mère Marie de Médicis, que se construit, après une période de méfiance, la relation entre le roi et son premier ministre, l’un mystérieux et taciturne, l’autre calculateur et secret dégageant un « magnétisme », tous deux souffrant d’une santé défectueuse. « Richelieu se montrera sa pitié lorsque l’intérêt de l’Etat l’exigera », écrit Castarède qui bat en brèche l’idée selon laquelle Louis XIII n’a été que « l’instrument » du cardinal. Pour l’auteur, si le roi n’échappait pas à « l’ascendant » de son ministre, il a su aussi s’en « affranchir ». C’est sans doute là l’apport majeur de ce livre qui se lit par moments comme un roman de capes et d’épées tant l’Histoire est haletante en cette période.

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 13:40
La monarchie de Juillet
 
de Gabriel de Broglie
Mis en ligne : [19-03-2012]
Domaine : Histoire
Monarchie-de-juillet.gif
 
Gabriel de Broglie, né en 1931, est historien. Membre de l'Académie des sciences morales et politiques et de l'Académie française, il est un des grands spécialistes de l'histoire de l'orléanisme et de la monarchie de Juillet. Il a récemment publié :  Le XIXe siècle : l'éclat et le déclin de la France (Perrin, Paris, 1995), Mac Mahon, (Perrin, 2000), Le droit d'auteur et l'internet (Paris, 2001). 
 

Gabriel de Broglie , La monarchie de Juillet. Paris, Fayard, mai 2011, 462 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Le changement dynastique n'est que l'un des effets de la révolution de 1830. Les Trois Glorieuses et la monarchie qu'elles engendrèrent, portées par les parties les plus dynamiques de la société – gens de plume, artistes, entrepreneurs, jeunesse étudiante –, par l'impressionnante galerie des « hommes nouveaux », par la frange la plus éclairée de l'aristocratie et des catholiques, ne sacrifièrent guère à l'utopie. La volonté d'implanter en France des mœurs et des institutions libérales était un projet solide, réaliste, conçu pour l'avenir. C'est lui qu'il faut créditer du progrès des libertés, du développement économique, du maintien de la paix au prix de quelques déconvenues et même de l'exceptionnelle floraison romantique. Si ces avancées, cette acclimatation au parlementarisme, cet enrichissement , certes bien inégalitaire, du pays ont fini emportés par le torrent de 1848, c'est en partie parce que les équipes dirigeantes, à l'épreuve du pouvoir, n'ont pas bien su accompagner le projet : défaut d'imagination devant l'événement, routine, rivalités personnelles, aveuglement ou sincérité douteuse du roi, scandales, résistance au changement, particulièrement en matière sociale, tout vint pervertir et gauchir une construction qui aurait peut-être assuré à la France un avenir meilleur. On aurait tort de condamner les idées et les aspirations des hommes de 1830 au motif que le régime a sombré dans le discrédit et a partiellement échoué à unir la nation. Nourri de l'intime connaissance que son auteur a de l'orléanisme, éclairé par de longs passages dus à d'illustres témoins – de Hugo à Chateaubriand, de Tocqueville à Guizot, de Rémusat à Louis Blanc… –, enrichi des recherches et des problématiques les plus récentes, ce livre offre la synthèse précise et vivante qui manquait. Un grand pan de notre histoire, longtemps négligé, nous est ainsi révélé. Membre de l’Académie française et de l’Académie des sciences morales et politiques, chancelier de l’Institut de France, Gabriel de Broglie est l’auteur de plusieurs biographies sur l’orléanisme et sur les grands représentants de ce courant : Guizot, Mme de Genlis, Mac Mahon, etc.
 
L'article d'Alain Duhamel. - Le Point du 9 juin 2011.
Les leçons de la monarchie de Juillet. Louis-Philippe est l'un des souverains français les plus sous-estimés, et la monarchie de Juillet pâtit toujours d'une image caricaturale. On regarde encore aujourd'hui le roi des Français sous la forme de la fameuse poire dessinée par Daumier, on fait du parapluie son sceptre, on se gausse du roi bourgeois qui préconisait le "juste milieu". Dans notre historiographie et plus encore dans la mémoire collective, les modérés ont rarement bonne presse et, à droite, sous la Ve République notamment, on place plus haut les bonapartistes que les orléanistes. En son temps, Valéry Giscard d'Estaing en a souvent pâti. Aujourd'hui, les centristes en paient toujours le prix. D'où l'intérêt particulier de l'excellent livre que Gabriel de Broglie consacre à la monarchie de Juillet (1), à la fois érudit et d'une parfaite clarté, ne manquant ni d'empathie pour le sujet ni de la distance nécessaire vis-à-vis de ses acteurs. On sent ses préférences - il place plus haut Guizot, Victor de Broglie bien sûr ou même Molé que Thiers, qu'il méprise, ou que les médiocres maréchaux (Soult, Gérard, Mortier) dont le roi fait par fausse habileté les chefs nominaux de ses gouvernements et que l'auteur réduit à juste titre à leur piètre proportion politique. Il dépeint fort bien Louis-Philippe lui-même, sans doute le roi le plus intelligent depuis Louis XIV, assurément le plus moderne, le plus sage, le plus pacifique et le plus subtil. Le plus original aussi par son éducation, imprégnée des Lumières, par son itinéraire (après avoir brillé à Valmy et Jemmapes, il doit s'exiler vingt-cinq ans en Allemagne, en Suisse, en Scandinavie et jusqu'en Laponie, aux Etats-Unis puis en Angleterre, dans des circonstances extrêmement périlleuses, parfois sans le sou), par son mélange de bonhomie et de fierté, de courage et de ladrerie, de clairvoyance et de prudence. Quelqu'un en somme de très peu banal, à l'opposé même de sa légende.
Plutôt que par l'histoire événementielle, nécessaire mais classique, le livre de Gabriel de Broglie se distingue par de remarquables chapitres thématiques, avec de larges ouvertures sur la société. Bien sûr, l'histoire parlementaire de la monarchie de Juillet est intéressante, puisqu'il s'agit en fait de l'apprentissage de la démocratie libérale, malgré un corps électoral encore exigu. Louis-Philippe respecte scrupuleusement, il est le premier à le faire, la règle de la majorité sortie des urnes. On s'émerveille au passage de la qualité des orateurs et de la vivacité des articles de presse de l'époque. Plus stimulant est néanmoins le contraste souligné par l'auteur entre l'avènement d'une société bourgeoise, dominée par l'argent et par la notabilité, et l'explosion simultanée du romantisme, de Berlioz à Delacroix, d'Hugo à Vigny ou Lamartine, au moment où culmine Balzac et où s'affirme Stendhal. D'un côté, une France dominée par les banquiers et par les financiers plus que par les industriels - comme en 2011 -, de l'autre un bouillonnement intellectuel, artistique et littéraire presque sans égal, à la différence d'aujourd'hui. Au passage, Gabriel de Broglie scande d'ailleurs judicieusement ses récits et ses analyses par des extraits bien choisis d'Hugo ou de Chateaubriand, de Guizot ou de Tocqueville, de Remusat ou de la comtesse de Boigne.
De même la volonté de Louis-Philippe de restaurer méthodiquement l'unité nationale après des décennies de tempêtes, un objectif permanent du courant orléaniste, est-elle soulignée à bon droit. Après une phase d'anticléricalisme, le régime organise ainsi une cohabitation apaisée entre le catholicisme (qui cesse d'être religion d'Etat), le protestantisme et le judaïsme. Il propose une réécriture tolérante de l'histoire officielle. Il multiplie les symboles de fierté et de rassemblement : Versailles s'ouvre aux visiteurs, on dresse l'obélisque de Louxor place de la Concorde, on inaugure la colonne de Juillet place de la Bastille, on construit l'Arc de triomphe mais surtout on organise en grande pompe le retour des cendres de Napoléon. François Mitterrand, grand connaisseur de la période, avait retenu la leçon que Nicolas Sarkozy a oubliée.
C'est aussi une époque de croissance démographique(la seule au XIXe siècle), de développement économique, des premières lois sociales ou scolaires, des premiers équipements collectifs (éclairage au gaz, hôpitaux, bains publics). La France se redresse et s'apaise. Pourtant, le régime doit faire face à des émeutes, à des coups de force, à des attentats. Républicains, légitimistes, bonapartistes le harcèlent. S'il s'effondre subitement, c'est cependant par la conjonction d'une brutale crise économique, de scandales à répétition, de la mort accidentelle du très populaire héritier du trône et d'un conservatisme croissant qui sclérose le pouvoir : la France a besoin d'équilibre mais aussi de rêves, de bonne gestion mais également d'audace ou de gloire. Cela vaut toujours.

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 13:40
Talleyrand
Dernières nouvelles du diable
 
de Emmanuel de Waresquiel
Mis en ligne : [20-02-2012]
Domaine : Histoire
Talleyrand.gif
 
Emmanuel de Waresquiel, né en 1957, est historien. Ancien élève de l'Ecole normale supérieure, il est un spécialiste de l'histoire du XIXe siècle et du mouvement des idées. Il a récemment publié : Cent Jours, la tentation de l'impossible, mars-juillet 1815 (Fayard, 2008), Le duc de Richelieu (Perrin, 2009), Une femme en exil : Félicie de Fauveau, artiste, amoureuse et rebelle (Robert Laffont, 2010).
 

Emmanuel de Waresq uiel, Talleyrand, dernières nouvelles du diable. Paris, CNRS, septembre 2011, 210 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Après l’immense succès de son Talleyrand, Emmanuel de Waresquiel prolonge sa réflexion sur cette figure fascinante, ténébreuse, tortueuse, immorale et géniale, en une série d’études que l’on lira comme le complément indispensable à la biographie du grand homme d’Etat.Virevoltant d’un monde à l’autre, grand seigneur corrompu, cynique absolu, maître espion et maître chanteur, diplomate hors pair qui négocia le Concordat et orchestra le Congrès de Vienne, monarchiste sous la monarchie, révolutionnaire sous la Révolution, bonapartiste sous Bonaparte, le « diable boiteux » a traversé les régimes et sauté les obstacles avec une souplesse, une intelligence des hommes et une rouerie à nulle autre pareille.Emmanuel de Waresquiel nous rappelle qu’au-delà des trahisons et des reniements, l’évêque défroqué fut, d’abord et surtout, un fils des Lumières, un théoricien libéral habité par l’idée que la raison devait toujours l’emporter sur les sentiments, et le calcul des possibles sur l’utopie. Il nous montre le diplomate en action, l’homme de paix et l’Européen, le confident du tsar Alexandre, le négociateur de Presbourg, Erfurt, Paris et Vienne.Il nous montre le formidable metteur en scène de son propre personnage, l’étiquette et les convenances, l’intimité et le charme, le savoir-faire et le savoir-vivre. Il nous montre, derrière les miroirs, derrière ses images innombrables, un homme extraordinairement complexe, paradoxal, pudique et secret, dont la destinée a profondément marqué l’histoire de la France moderne.
 
Recension. - L'Histoire, novembre 2011.
Après le succès public et critique de son Talleyrand paru en 2003, Emmanuel De Waresquiel nous propose ces Dernières nouvelles du diable boiteux : en effet "le cadavre bouge encore" ! Ce nouvel opus se compose de textes inédits ou parus de manière dispersée depuis 2003. Evoquer le grand seigneur des Lumières, le visiteur curieux d'une Amérique en devenir, le gastronome le plus réputé de Paris, l'incomparable maestro du jeu politique du printemps 1814, le mourant tracassé par sa postérité, envisager la modernité du personnage, c'est montrer combien l'homme fut "complexe, divers et successif". "Successif": on aime ce dernier adjectif, qui manifeste autant de modestie que d'élégance chez son biographe. Car l'unité d'un homme est fait de vérités qui se construisent, se renforcent au fil du temps et se contredisent aussi, souvent. Soulignons le profit et l'agrément que le lecteur prendra à la lecture de deux chapitres, l'un consacré à la "vision européenne" de Talleyrand, l'autre au "bon usage de la méthode" en matière diplomatique. Et quand le savoir-faire sait trouver l'accord parfait avec le savoir-vivre, les leçons du diable sont toujours bonnes à prendre.

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 22:22
Condé
Le héros fourvoyé 
 
de Simone Bertière
Mis en ligne : [19-12-2011]
Domaine : Histoire
Conde-copie-1.gif
 
Née en 1926, Simone Bertière est biographe et écrivain. Elle est l'auteur de nombreux articles sur la littérature comparée, qu'elle a enseignée à Bordeaux puis à l'Ecole normale supérieure de jeunes filles. Elle a récemment publié : Mazarin, le maître du jeu (De Fallois, 2007) - Dumas et les "Mousquetaires", histoire d'un chef d'oeuvre (De Fallois, 2009).
 

Simone Bertière, Condé, le héros fourvoyé . Paris, De Fallois, octobre 2011, 544 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
A vingt-deux ans, il passait pour l'égal de César et d'Alexandre. De 1643 à 1648, durant la guerre franco-espagnole, il accumula les exploits et devint l'idole de la jeune noblesse d'épée. Il avait tout, naissance et fortune. Il ne lui manquait que d'être roi. Se croyant tout permis, il rejetait obstacles et interdits et cultivait le scandale. L'action politique, où il s'engagea imprudemment, fut son talon d'Achille. Il soutint d'abord Anne d'Autriche et Mazarin lorsque les magistrats déclenchèrent contre eux la Fronde parlementaire. Mais pour prix de ses services, il montra une telle arrogance et afficha des prétentions si outrées qu'elles lui valurent une année de prison. A sa sortie, il se jeta dans une guerre civile qu'il perdit et, plutôt que de s'incliner, il alla mettre son génie militaire au service des Espagnols, sans pouvoir empêcher leur défaite finale. De retour après la paix des Pyrénées, il se résigna à n'être qu'un homme privé, dans une France qui avait profondément changé. Il opéra alors une extraordinaire mutation psychologique et morale, faisant de son domaine de Chantilly un haut lieu de culture, de tolérance et de paix. A travers l'histoire d'un héros, ce livre invite à réfléchir à la gloire, à ses enjeux, à ses dérives. En arrière-plan, il évoque, avec la régente, Gaston d'Orléans, Mazarin, Turenne et le jeune Louis XIV, les grandes figures d'une époque où les derniers sursauts de l'esprit féodal s'effacent pour laisser place à la France moderne. Bien que solidement documenté et non romancé, il s'anime sous la plume alerte de Simone Bertière de plaisantes anecdotes et se colore d'humour.
 
Article de Jean Sévillia. - Le Figaro Magazine, 12 novembre 2011.
Le Grand Condé, prince, capitaine et mécène. C'est Bossuet, en 1687, qui prononça à Notre-Dame de Paris l'oraison funèbre du «Très Haut et Très Puissant Prince Louis de Bourbon, Prince de Condé, Premier Prince du Sang». Le plus bel hommage était venu de Louis XIV : «Je viens de perdre le plus grand homme de mon royaume.» Ils s'étaient réconciliés depuis longtemps, mais comment oublier que Condé, après avoir été le plus grand capitaine du roi de France, était resté pendant huit ans son pire ennemi ?
Simone Bertière, auteur d'ouvrages de référence sur les reines de France au temps des Valois et des Bourbons et biographe de Mazarin, s'est passionnée pour la question, qui oriente le livre qu'elle publie aujourd'hui sur Condé, «le héros fourvoyé». «La présente biographie, explique-t-elle, tourne autour d'une interrogation majeure : sa rébellion, qui l'amena d'abord à allumer sur place la guerre civile, puis à combattre dans les rangs espagnols, fut-elle vraiment un accident ou l'aboutissement prévisible d'un itinéraire?»*
Louis II de Bourbon, quatrième prince de Condé, dit le Grand Condé, naît à Paris en 1621. Sa famille, issue d'un oncle d'Henri IV, forme une branche des Bourbons où l'on est volontiers rebelle. Son arrière-grand-père, Louis de Bourbon, chef du parti huguenot, trempa dans la conjuration d'Amboise et mourut en affron tant les troupes royales à la bataille de Jarnac. Son grand-père, Henri Ier de Bourbon, cousin et compagnon d'Henri de Navarre, s'opposa à ce dernier quand il devint le roi Henri IV. Son père, Henri II de Bourbon, fut emprisonné pour avoir pris la tête des grands contre Marie de Médicis, veuve d'Henri IV, et son favori Concini.
En 1627, quand le jeune Louis s'apprête à entrer au collège, son père est cependant rentré en grâce et sert loyalement Louis XIII et son ministre Richelieu. Titré duc d'Enghien, le garçon devient un brillant élève des jésuites de Bourges. Celui qui se destine à la carrière des armes, comme l'exige son rang, reçoit, après ses 14 ans, une formation complémentaire en droit, en histoire et en mathématiques.
En 1640, Louis de Bourbon subit le baptême du feu à Arras, où se dévoilent ses qualités militaires. L'année suivante, il épouse une nièce de Richelieu, Claire Clémence de Maillé-Brézé, qu'il n'aimera jamais. Vainqueur à Perpignan en 1642, quelques mois avant la mort du cardinal ministre, il entre dans la gloire à Rocroi en 1643 - le jour même des funérailles de Louis XIII - en remportant une victoire décisive sur les tercios espagnols, réputés invincibles. A 22 ans, Condé vient de sauver Paris de l'invasion et passe pour l'égal de César et d'Alexandre. Successivement commandant des armées de Flandre et de Picardie, gouverneur de Champagne et de Brie, gouverneur de Guyenne, du Berry et de Bourgogne, grand maître de France, commandant sur le Rhin avec Turenne avec qui il remporte la victoire de Nördlingen, commandant pendant la campagne de Flandre au cours de laquelle il s'empare de Dunkerque, tout lui réussit. Et en 1646, à la mort de son père, il devient le premier prince du sang.
Désormais, il a tout : la naissance, la fortune, et un rare génie militaire soutenu par le courage physique. Toutefois, arrogant, doté d'une très haute idée de lui-même, il nourrit une ambition démesurée. «Il ne lui manque que d'être roi», observe Simone Bertière. C'est précisément cet orgueil qui va le perdre. Après six années glorieuses, Condé, qui ne peut pas monter plus haut, va descendre du pinacle où son talent l'avait hissé.
S'il entre au Conseil du roi en 1647, ses rapports avec Mazarin, qu'il méprise, sont difficiles. Un échec en Catalogne lui vaut d'être écarté du commandement en chef dans les Flandres, en 1648, même s'il prend sa revanche sur les Espagnols à Lens la même année, victoire qui hâte la conclusion des traités de Westphalie, mettant fin à la guerre de Trente Ans. Lorsque éclate la Fronde, il hésite entre son ressentiment contre Mazarin et le dédain que lui inspirent les parlementaires et les chefs de la révolte nobiliaire, auxquels il s'estime supérieur. Il sauve le trône, dans un premier temps, en mettant le siège devant Paris (1649), mais finit par rejoindre les frondeurs. Arrêté sur ordre de Mazarin en 1650, il est interné treize mois à Vincennes, puis au Havre.
Libéré en 1651, Condé prend la tête de la Fronde des princes, lève des troupes et combat l'armée du roi. Battu par Turenne, au faubourg Saint-Antoine, en 1652, déchu de ses dignités et gouvernements, privé de ses biens, qui lui sont confisqués, il passe dans l'armée espagnole et poursuit la guerre sur les lieux mêmes où, dix ans plus tôt, il servait la France : Rocroi, Arras, Valenciennes, Cambrai. En 1654, la justice royale le condamne à mort. Mais en 1658, Turenne écrase les Espagnols à la bataille des Dunes (où Condé n'était pas), et la paix des Pyrénées est signée en 1659.
En 1660, Louis XIV accorde son pardon au prince rebelle, qui finira par reprendre du service après plusieurs années d'inactivité. En 1668, Condé conquiert la Franche-Comté en trois semaines. En 1674, pendant la guerre de Hollande, il bat le prince d'Orange à Seneffe. En 1675, successeur de Turenne en Alsace, il est vainqueur des Impériaux à Saverne : ce sera sa dernière campagne. Perclus de goutte, il prend sa retraite et entame une nouvelle vie. Dans son domaine de Chantilly, acquis en 1643, Monsieur le Prince cultive les lettres et les arts et entretient Boileau, Racine ou La Bruyère. Il meurt à Fontainebleau en 1686.
Simone Bertière, dans ce beau livre, brosse le portrait d'une figure flamboyante. A travers cet homme, c'est aussi une époque qu'elle dépeint : on voit émerger la France moderne au milieu des sursauts ultimes de l'esprit féodal, dont le Grand Condé, à sa manière fastueuse, fut le représentant emblématique .
 
Autre critique. - Marc Riglet, "Condé, prince des frondeurs", Lire, novembre 2011.
 
Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 21:46
Le grand désenclavement
du monde, 1200-1600  
 
de Jean-Michel Sallmann
Mis en ligne : [21-11-2011]
Domaine : Histoire
le-grand-desenclavement-du-monde.gif
 

Professeur émérite d'histoire moderne à l'université de Paris X-Nanterre, Jean-Michel Sallmann a étendu son champ d'investigation originel sur l'Italie des XVIe-XVIIe siècles à une approche globale de la Renaissance à travers l'Europe. Il a récemment publié : Charles Quint : l'empire éphémère (Payot, 2000) - La circulation des élites européennes : entre histoire des idées et histoire sociale, dir. (Seli Arslan, 2002) - Géopolitique du XVIe siècle : 1490-1618 (Le Seuil, 2003).



Jean-Michel Sallmann, Le grand désenclavement du monde . Paris, Payot, avril 2011, 690 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Ce livre est né d'une constatation : le monde est en train de vivre des bouleversements considérables et les modalités d'ajustement sont difficiles. Tout se passe comme si l'effondrement de notre monde bipolaire, entre États-Unis et Union Soviétique, avait ouvert la boîte de Pandore des conflits disséminés auxquels nous avons bien du mal à donner un sens. Pourtant, si le monde est devenu plus insaisissable, parce redevenu multipolaire, il l'était déjà il y a plusieurs siècles.C'est entre 1200 et 1600 que l'ensemble du monde a progressivement été mis en relation, aboutissant à un grand désenclavement, ou à une première "mondialisation" pour reprendre un terme à la mode. Refusant l'approche traditionnelle, européo-centrée, de l'histoire des relations internationales, basée sur le concept de l'État-nation, Jean-Michel Sallmann privilégie dans cet essai "politiquement incorrect" le paradigme civilisationnel tel que l'ont décrit Samuel Huntington dans son Choc des civilisations et avant lui Fernand Braudel. Il souligne combien au début du XIIIe siècle, l'humanité est cloisonnée, divisée en quatre grandes civilisations - chinoise, européenne, musulmane et hindoue - qui, par leur poids démographique et leur dynamisme, jouent un rôle majeur sur le plan stratégique, culturel et économique, laissant pourtant des territoires entiers coupés du reste du monde : l'Amérique, l'Afrique noire et le continent austral. Les invasions mongoles viendront briser partiellement l'isolement de cet Ancien Monde, avant que le cataclysme de la seconde moitié du XIVe siècle, engendré par la Peste noire et ses conséquences, redistribue les cartes en faveur de l'Occident chrétien. C'est lui qui sera finalement, contre toute attente, le catalyseur du désenclavement qui se produira avec les Grandes Découvertes du XVe siècle.Un livre foisonnant et ambitieux, à la curiosité salutaire, qui nous entraîne dans un style enlevé sur les routes humaines qui, d'Alep à Quanzhou, d'Ormuz à Calicut, ont de tout temps sillonné le globe, nous offrant un regard neuf sur le monde d'aujourd'hui.
 
Recension de Pierre de Charentenay. - Etudes, novembre 2011.
Empruntant l’idée de civilisation aux travaux de Samuel Huntington, avec le rôle d’État phare et de la religion, l’auteur décrit vers 1200 de notre ère la division du monde en espaces culturels. Il observe les relations qui vont s’y développer dans la période 1200 à 1600. À chaque fois, c’est l’Europe qui réalise cette mise en communication, alors qu’elle était plutôt en retard économiquement et technologiquement. La Chine constitue un autre ensemble massif et solide, mais relativement statique. Entre les deux, l’islam contrôle les routes du commerce international. De son côté, la très riche civilisation indienne s’est repliée sur elle-même et résiste à l’islam. Ces quatre grandes civilisations laissent des régions isolées et peu peuplées, l’Amérique ou l’Afrique où vivaient de multiples sociétés autonomes. Ce livre volumineux présente cette situation en 1200, puis la crise provoquée par la peste noire à la fin du xive siècle, et la recomposition des rapports de force entre les civilisations à la fin du xvie. Un bilan sur le début du xviie montre comment l’Europe est freinée dans l’expansion qu’elle développe vers l’Asie. Les seize chapitres qui constituent cet immense parcours sont fouillés, détaillés, bien informés. Ils s’achèvent sur une conclusion qui met en mouvement tous ces éléments historiques de la vie de quatre siècles mouvementés de notre monde. Voilà un grand panorama qui vaut d’être parcouru si l’on a la capacité et le désir de passer d’une civilisation à l’autre pour en suivre les évolutions et les relations
 
Recension. - L'Histoire, octobre 2011.
Choc des civilisations. Certains historiens tentent aujourd'hui de réinventer une histoire du monde émancipée du grand récit de l'affrontement, en longue durée, des civilisations. Dans un livre surprenant et ambitieux, Jean-Michel Sallmann prend crânement le contrepied de cette tendance historiographique : il propose une large fresque, écrite d'une seule plume et d'un même élan qui, parcourant les espaces à vastes enjambées, décrit le "grand désenclavement d'un monde" cloisonné en 1200, unifié sous l'emprise de l'Occident en 1600. Les amateurs d'histoire à grand spectacle ne seront pas déçus: depuis la "tornade mongole" du XIIIe siècle jusqu'à la "fermeture" du Japon à la fin du XVIe siècle, ils seront transportés en seize chapitres lestes et fortement documentés, articulant de manière fort habile tableau et récit. Il convient de saluer l'héroïsme de la synthèse, au moment où les complexités de l'histoire et les scrupules des historiens la découragent le plus souvent. Reste qu'on ne doit pas feindre d'ignorer que Jean-Michel Sallmann propose ici une histoire résolumment orientée. Elle l'est dans son mode de récit, qui vise à expliquer, et en partie justifier, l'occidentalisation du monde. Elle l'est surtout dans sa manière de faire de quatre "grandes civilisations" (chinoise, européenne, musulmane et hindoue) les héros anonymes de l'histoire mondiale, selon un modèle qui s'inspire explicitement du Choc des civilisations de Samuel Huntington, "ouvrage (qui) n'a pas reçu en Europe l'accueil qu'il méritait". On ne pourra pas reprocher à l'auteur de masquer ses intentions idéologiques. Elles s'expriment de manière éclatante dans sa conclusion, regrettant qu'en critiquant leur propre histoire "les Occidentaux fournissent des arguments à ceux qui n'en demandaient pas tant pour les affaiblir", et affirmant finalement que " l'Occident n'a pas à rougir de ses actes ni à présenter ses excuses au monde entier" ni à recevoir de leçons "de ceux dont l'histoire n'est guère plus édifiante". Que répondre, sinon que l'on peut être en droit d'attendre autre chose de l'histoire que l'édification des uns et l'affaiblissement des autres ? 
 
Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 21:14
Aliénor d'Aquitaine  
 
de Philippe Delorme
Mis en ligne : [24-10-2011]
Domaine : Histoire
Alienor-d-Aquitaine.gif
 

Né en 1960, Philippe Delorme est historien et journaliste. Spécialiste des familles royales, journaliste à Point de Vue, il est l'auteur d'une trentaine de livres traitant des grands destins et des « têtes couronnées ». Il a récemment publié :  Entretiens avec Henri comte de Paris - L'homme qui rêvait d'être roi. (Buchet-Chastel, 2006), Albert II de Monaco - Les surprises du prince. (Michel Lafon, 2006), Les Princes du malheur - Le destin tragique des enfants de Louis XVI et Marie-Antoinette. (Perrin, 2008), Henri comte de Chambord - Journal. (F.X. de Guibert, 2009), Les Dynasties du monde. (L'Express-Point de Vue, 2010), Henri IV - les réalités d'un mythe. (L'Archipel, 2010).

 

Philippe Delorme, Aliénor d'Aquitaine. Paris, Tallandier, juin 2011, 311 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Tour à tour duchesse d'Aquitaine, reine de France épouse de Louis VII, puis reine d'Angleterre par son mariage avec le futur Henri II, Aliénor domine par sa personnalité hors du commun le XIIe siècle occidental. Cette souveraine lucide et lettrée s'imposa vite comme une femme de pouvoir, outrepassant les traditionnelles attributions conférées à une reine et occupa une place déterminante dans les relations entre la France et l'Angleterre en apportant à l'un puis à l'autre de ses deux maris et souverains le puissant domaine d'Aquitaine. Elle fut encore un véritable mécène protégeant artistes et troubadours. Philippe Delorme peint ici le portrait d'une femme maîtresse de son destin, mère du fameux Richard Coeur de Lion et qui s'éteignit à l'âge exceptionnel de quatre-vingt-deux ans.
 
La critique de Christian Tarente. - Politique Magazine, septembre 2011.
Aliénor, ce diable de femme. Vie passionnante que celle d'Aliénor d'Aquitaine, passionnante à vivre sans doute, passionnante à lire sous la plume de Philippe Delorme certainement. Élevée à la Cour de Poitiers, une des plus brillantes d'Occident, elle voit, à 15 ans, son mariage avec le futur Louis VII organisé par l'abbé Suger, conseiller avisé de Louis VI. Reine de France, Aliénor, de fort tempérament, se plaint de ce mari trop monacal. Elle le suit quand il part secourir les Chrétiens de Syrie, mais l'échec de la croisade précipite l'échec conjugal. Le mariage qui, en quinze ans n'a donné que deux filles, est annulé.
  Redevenue duchesse d'Aquitaine, Aliénor épouse en 1152 Henri Plantagenet, héritier du trône anglais. Deux ans après, la voilà reine d'Angleterre. Elle donnera huit enfants à Henri II, dont deux rois, Richard Coeur de Lion et Jean sans Terre. Quand ceux-ci se rapprocheront du roi de France, Alénor les soutiendra. Arrêtée, emmenée à Salisbury, elle passera quinze ans en résidence surveillée.
  En 1189, Henri meurt : Aliénor, veuve, a encore quinze ans à vivre, qui seront bien remplis. Aussitôt roi, Richard Coeur de Lion la libère, et part en croisade : elle assure brillamment la régence.  Pour marier son fils, elle parcourt mille et mille lieues et décroche la main de Bérengère de Navarre qu'elle emmène en Sicile rejoindre Richard pour l'épouser... à Chypre! Et au retour, quand Richard est capturé par Léopold d'Autriche, Aliénor réunit la rançon et le fait libérer. 
  Le sort tourne en 1199 : Richard tué d'un coup d'arbalète, son frère Jean sans Terre se révèle incapable de tenir tête à Philippe-Auguste, qui fait prononcer la "commise" de ses fiefs, conquérant ainsi la Normandie et l'Aquitaine. A Fontevraud, entourée d'une cour de lettrés et de troubadours, Aliénor assiste à l'écroulement de ses rêves : l'heure est capétienne. Le 1er avril 1204, à quatre-vingts ans, elle meurt à Fontevraud où elle repose toujours.
   Des chroniqueurs anglais et même Michelet l'ont accusé d'adultère avec son oncle Raymond lors de la croisade avec Louis VII, et du meurtre de Rosamonde, la favorite d'Henri II... Philippe Delorme fait justice de ces ragots.

Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 21:49
Voyage en Amérique
Un Prince français dans
la guerre de sécession
 
de Philippe d'Orléans
Mis en ligne : [26-09-2011]
Domaine : Histoire
Philippe-d-Orleans-Voyage-en-Amerique.gif
 
Louis Philippe Albert d'Orléans (1838-1894. Petit-fils de Louis-Philippe, il devint le chef de la Maison de France à la mort du Comte de Chambord en 1883. Principales oeuvres politiques:  Les associations ouvrières en Angleterre (1869), De la situation des ouvriers en Angleterre (1873), Histoire de la Guerre civile en Amérique.(1874-1896), Discours de monseigneur le comte de Paris (1891), Lettres et documents politiques (1844-1907).
 

Philippe d'Orléans, Comte de Paris, Voyage en Amérique. Un Prince français dans la guerre de sécession. (Texte établi, annoté et présenté par Farid Ameur). Paris, Perrin, mars 2011, 655 pages.

 
Présentation de l'éditeur.
Sous le second Empire, les jeunes princes d'Orléans, subissant la loi d'exil, sont désoeuvrés. Le comte de Paris, 23 ans, et son frère le duc de Chartres, 21 ans, petits-fils de Louis-Philippe, décident d'aller s'informer sur place de l'état de la démocratie américaine, sous la houlette de leur oncle le prince de Joinville. Arrivés à New York en septembre 1861, six mois après le déclenchement de la guerre de Sécession, ils sont aussitôt reçus par le président Lincoln et le secrétaire d'Etat Seward. Désireux d'aller sur le terrain servir la bonne cause et d'y trouver la gloire, ils revêtent l'uniforme bleu des soldats de l'Union fédérale et sont affectés comme capitaines à l'état-major du général McClellan, chef de l'armée du Potomac. Souvent en première ligne, ils participent pleinement aux opérations, d'ailleurs sans succès, contre les Confédérés. En juillet 1862, ils quittent l'Amérique riches d'une expérience multiple. De ce poste d'observation exceptionnel, le comte de Paris, doté d'une remarquable maturité d'esprit et d'une jolie plume, a rapporté un journal dense, varié, précis, véritable mine jusqu'à présent inexploitée pour les historiens des Etats-Unis, et aussi de la politique française, car ces princes sont les plus démocrates des monarchistes. L'ouvrage est publié en partenariat avec la Fondation Saint-Louis, détentrice des papiers de la Maison de France.
 
La critique de Emmanuel Hecht. - L'Express, 24 février 2011.
Philippe d'Orléans chez les Yankees. La guerre de Sécession, dont on va célébrer le 150e anniversaire du début des hostilités, est pour beaucoup un sujet de film, où les sudistes, aristocrates pleins de panache, résistent vaille que vaille aux coups de boutoir de nordistes brutaux et cyniques. Et où la ségrégation raciale est hors sujet. Naissance d'une nation (1915), chef-d'oeuvre de David W. Griffith, précurseur du western - un genre bien disposé à l'égard des confédérés - n'exalte-t-il pas les cavaliers du Ku Klux Klan rétablissant l'ordre dans un Sud miné par les soudards nordistes et les anciens esclaves noirs se livrant au pillage et au viol ? Le célèbre Autant en emporte le vent (1939), de Victor Fleming, ne vante-il pas l'héroïsme de Scarlett O'Hara (Vivien Leigh) et la bravoure de Rhett Butler (Clark Gable) dans Atlanta mise à sac par les colonnes du général Sherman ? 
  Le Voyage en Amérique, de Philippe d'Orléans, remarquable chronique de deux années de guerre, publié pour la première fois, n'est pas du même tonneau. Le jeune comte de Paris (23 ans), petit-fils de Louis-Philippe, a choisi sans barguigner le Nord, Lincoln, les abolitionnistes et l'Union : "Comme Français, nous sommes attristés de voir le déchirement d'un grand peuple qui n'a jamais fait la guerre à la France, qui est son allié naturel ; comme libéraux, de l'argument que ces événements donnent aux ennemis des peuples libres et de leurs institutions." 
  Lorsqu'il quitte son exil londonien, en août 1861, à l'invitation de son oncle le prince de Joinville, en compagnie de son frère, le duc de Chartres, et de ses deux cousins, c'est avec la ferme intention de "voir la bagarre de près". Celle-ci a été déclenchée quatre mois plus tôt, lorsque le général confédéré (sudiste) Pierre de Beauregard fit donner l'artillerie contre Fort Sumter, un bastion fédéral (nordiste), rapidement contraint à la reddition. La Civil War, la guerre civile américaine, venait d'éclater. Elle durera quatre ans : une guerre terrible, la première "guerre moderne" par son ampleur (voir page plus bas) et l'expérience de la mort de masse (620 000 morts, soit 2 % de la population des Etats-Unis, qui comptent alors 31 millions d'habitants). 
  Moins d'un mois après leur arrivée, le comte de Paris et le duc de Chartres sont admis dans l'armée du Potomac, comme officiers à l'état-major du général McClellan. Ils ont alors une pensée émue pour leur grand-père, qui s'était distingué dans les armées républicaines en 1792 et 1796. Mais les six premiers mois sont trop statiques à leur goût. Leur participation à une grande offensive amphibie de 120 000 hommes, en mars 1862, sonne comme une délivrance. De courte durée. Car la confusion et les hésitations de leur chef donnent l'ascendant psychologique aux sudistes, galvanisés par des raids audacieux. Trois mois plus tard, les deux frères se félicitent de se jeter à nouveau au coeur de la bataille des Sept Jours. Le général McClellan ne tarira pas d'éloges sur ses recrues françaises, "de chics types et de remarquables soldats". 
  Officier d'élite, Louis-Philippe d'Orléans est un observateur aigu de l'Amérique. Si les aspects militaires - la levée en masse de volontaires, les effets dévastateurs de nouvelles armes, le ravitaillement, l'usage de la cavalerie - retiennent d'emblée son attention, c'est souvent comme point de départ de développements plus généraux. Le débraillé des soldats qui ne savent pas tenir leur fusil, l'amateurisme folklorique des Garibaldi guards, volontaires d'origine italienne et espagnole ? On pourrait le reprocher à l'Américain, note-t-il, "mais pas moi, car c'est le produit de son indépendance, de son énergie individuelle". Le comte de Paris est bon prince. Cultivé, ouvert, c'est un authentique libéral, un Orléans pur jus. Et, lorsqu'il condamne l'esclavage, ce n'est pas tant au nom de la morale que de l'efficacité économique. 
  A la lecture de ce récit, on ne peut s'empêcher d'évoquer les deux tomes de De la démocratie en Amérique, d'Alexis de Tocqueville, parus en 1835 et 1840 : souci de la description, doute méthodique, finesse d'esprit. Dans l'entourage du jeune prince, le gentilhomme normand était d'ailleurs l'exemple à ne surtout pas suivre. Depuis son voyage outre-Atlantique, "M. de Tocqueville s'est faussé l'esprit [...] et son jugement était constamment en défaut", se lamentait le comte de Ségur, en apprenant le départ de l'héritier du trône pour le Nouveau Monde. 
  Ce brigadiste international avant l'heure n'a pas craint de déplaire, rappelle Farid Ameur, le jeune historien qui a exhumé, annoté et commenté ce témoignage majeur, avec le soutien de la fondation Saint-Louis, détentrice des archives royales. En France, les légitimistes du comte de Chambord, meilleurs ennemis des Orléans, et Napoléon III, soutiennent le Sud. Pour des raisons divergentes : les premiers veulent le maintien d'un système, tandis que l'empereur, satisfait de voir les Etats-Unis coupés en deux, rêve de vastes échanges commerciaux avec le premier producteur mondial de coton. A l'étranger, les commentaires ne sont pas plus amènes. Si la presse américaine est partagée, le roi des Belges, leur oncle, est furieux, et la reine Victoria, consternée. Même Karl Marx s'en mêle : "Tout Français qui tire l'épée pour le gouvernement national américain apparaît comme l'exécuteur testamentaire de La Fayette." 
  Lorsque le comte de Paris quitte l'Amérique, en octobre 1863, la guerre est à un tournant. Après la terrible bataille de Gettysburg (plus de 50 000 morts), les Nordistes marquent chaque jour des points. Mais les confédérés résistent et ne signeront leur reddition que le 9 avril 1865. Cinq jours avant l'assassinat du président qui avait été élu pour mener cette guerre, et qui l'a gagnée : Abraham Lincoln. 
 
Repost 0
la Revue critique des idées et des livres - dans Notes Histoire
commenter cet article

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche