Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 14:48
Les princes
du malheur

le destin tragique des enfants
de louis XVI et Marie Antoinette
                                                       

de Philippe Delorme

Mis en ligne : [25-02-2009]

Domaine : Histoire

les-prince-du-malheur.jpg

Philippe Delorme, historien, journaliste, connu pour son enquête sur Louis XVII, (Louis XVII, la vérité (Pygmalion, 2000))  a récemment publié Albert de Monaco (Michel Lafon, 2006), Les princes de la mer (Bartillat, 2006), L'homme qui révait d'être roi (Buchet-Chastel, 2006), Aliénor d'Aquitaine (Pygmalion, 2001).


Philippe Delorme, Les princes du malheur. Le destin tragique des enfants de Louis XVI et Marie-Antoinette, Paris, Perrin, Août 2008, 398 pages.

 

Dans les tourments de la Révolution, personne ou presque ne s'attarda sur le sort des enfants d'une royauté à l'agonie. La culpabilité supposée des parents avait-elle rejailli sur leur progéniture ? Le terrible destin de l'enfant du Temple ne fut en réalité connu du plus grand nombre qu'à la fin du XXe siècle. La République n'avait pas à son sujet la conscience tranquille... Emprisonné de longs mois au Temple dans l'obscurité la plus complète, affaibli par une tuberculose généralisée, Louis XVII meurt dans un extrême dénuement. Mais ses souffrances ne furent pas moins brutales que celles de son frère mort le 4 juin 1789 ou de sa petite soeur Madame Sophie partie sans avoir atteint son premier anniversaire. La mortalité infantile, une médecine balbutiante rendraient encore longtemps précaire toute vie humaine. L'histoire des enfants inspire depuis peu les historiens. Philippe Delorme fait revivre le quotidien des «princes du malheur» qui se double ici d'une tragédie. On les suit pas à pas grâce aux nombreuses archives, inédites pour beaucoup, où perce toujours l'amour de parents attentifs, Louis XVI et Marie-Antoinette...

Partager cet article

Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 14:47
Jeanne d'Arc
vérités et légendes                                                                                                       

de Colette Beaune

Mis en ligne : [25-02-2009]

Domaine : Histoire


 

Normalienne, agrégée d'histoire, Colette Beaune figure parmi les plus brillants historiens de sa génération. Professeur émérite à l'université de Paris X. Elle a notamment publié Naissance de la nation France (1985) et Journal d'un bourgeois de Paris (1990). Sa biographie Jeanne d'Arc (2004) a reçu le prix du Sénat du meilleur livre d'histoire.


Colette Beaune, Jeanne d'Arc, vérités et légendes, Paris, Perrin, Octobre 2008, 234 pages.


Jeanne, la petite bergère de Domrémy... Une putain doublée d'une sorcière... Fille cachée du roi, elle ne serait pas morte sur le bûcher à Rouen en 1431... La médiéviste Colette Beaune est en colère ! Peut-on laisser tout écrire au prétexte que la " grande " histoire serait parfois trop complexe, ou pas assez " folklorique " ? Dans un livre court, incisif, et avec beaucoup d'humour, l'historienne bat en brèche les nombreuses légendes qui circulent encore aujourd'hui sur la plus célèbre de nos grandes figures françaises.

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 23:40
Les vichysto-résistants
De 1940 à nos jours.           
                                                                            

par Bénédicte Vergez-Chaignon

Mis en ligne : [23-07-2009]

Domaine : Histoire


 

Bénédicte Vergez-Chaignon, docteur en histoire, a écrit notamment Le Docteur Ménétrel, (Perrin, 2002), Vichy en prison (Gallimard, 2006), Les Résistants (en collaboration avec Robert Belot, Larousse, 2006), Les Français au quotidien, 1939-1949 (en collaboration avec Eric Alary, Perrin, 2009).


Bénédicte Vergez-Chaignon, les vichysto-résistants, de 1940 à nos jours, Paris, Perrin, Septembre 2008, 773 pages.

 

" M. Mitterrand a un passé. " Les révélations sur les attaches du président de la République avec Vichy ont fait, voilà une décennie, l'effet d'une bombe. Perplexes ou choqués, les Français se sont demandé comment on pouvait prétendre avoir été à la fois résistant et partisan de Pétain. Le livre de Bénédicte Vergez-Chaignon est la première étude d'ensemble sur ce qui a constitué, pendant cinquante ans, un tabou. Grâce à de multiples archives ouvertes depuis peu, l'auteur dresse un panorama complet de cette résistance au profil très particulier puisqu'elle est née en 1940 autour du thème de la revanche militaire, et pas de la résistance. Au fil des pérégrinations idéologiques et des rapprochements tactiques, on voit notamment défiler le maréchal de Lattre, Marie-Madeleine Fourcade, Pierre Bénouville, Henri Frenay, André Bettencourt, Maurice Clavel, François Mitterrand et beaucoup d'autres, aujourd'hui moins connus. Ressurgit une nébuleuse qui a voulu concilier combat contre l'ennemi allemand et redressement national prôné par Pétain. Or, dès 1945, ce phénomène a été consciencieusement gommé jusqu'à devenir presque impossible à imaginer. En étudiant la manière dont s'est figée l'image d'une " Résistance " mythifiée, Bénédicte Vergez-Chaignon montre comment les vichysto-résistants se sont insérés dans la France d'après-guerre et comment les clivages ont évolué - après les procès de l'épuration, la guerre d'Algérie et les affaires Bousquet ou Papon. Richesse des sources, sûreté de l'analyse et péripéties multiples font de cette somme un ouvrage indispensable pour qui s'intéresse à la Seconde Guerre mondiale et à ses suites.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 23:32
Le Comte                  
de Chambord                          

                                                                         

de Daniel de Montplaisir

Mis en ligne : [30-11-2009]

Domaine : Histoire


 

Daniel de Montplaisir, conseiller de l'Assemblée nationale et historien, est notamment l'auteur de La Monarchie (Le Cavalier Bleu, collection " Idées reçues ", 2003).


Daniel de Montplaisir, Le comte de Chambord, Paris, Perrin, Mai 2008, 735 pages.

 

Pour l'histoire, l'homme reste le " comte de Chambord ". Pour les royalistes, qui l'ovationnèrent comme " duc de Bordeaux puis le reconnurent comme " Henri V ", il fut le " roi ", le dernier roi de France. Il le fut doublement : le 2 août 1830, lorsque son grand-père Charles X abdiqua en sa faveur, et le 24 août 1883, lorsqu'il mourut sans enfants, laissant béante une succession de France qui demeure irrésolue à ce jour. L'alternance de ses silences et de ses prises de position publiques, les choix qu'il fit, dans des conditions souvent mystérieuses, passionnèrent les historiens. Pourquoi avait-il refusé la couronne que la chute du second Empire lui offrait sur un plateau ? Son obstination à n'accepter de Restauration qu'avec le drapeau blanc cachait-elle un prétexte pour échapper à son destin ou bien un manque consternant de sens politique ? Faute de réponse, l'histoire oublia le comte de Chambord. Jusqu'à ce que ses archives privées, que l'on croyait perdues, soient récemment retrouvées. Leur exploitation permet de redécouvrir le roi Henri V et sa raison d'être : se préparer à assumer la charge de la France. Elle permet aussi de dépeindre l'homme qui, loin des cercles royalistes qui en firent une icône, mena la vie quotidienne d'un haut personnage de son temps. Le présent ouvrage dissipe le mystère politique et humain. Mais l'héritage du dernier monarque continue de planer comme une ombre sur l'histoire de France.

Partager cet article

Repost0

 
Revue trimestrielle
N°1 - 2009/01
 
Présentation
 

Accueil

Présentation

Manifeste

Historique

Rédaction

Nous contacter

Recherche